LES BLOGUES

Un forum des idées pour l'éducation, vraiment?

27/09/2015 09:05 EDT | Actualisé 27/09/2016 05:12 EDT

C'est ce vendredi que s'ouvre le forum du Parti libéral du Québec sur l'éducation. Sous le thème L'éducation du 21e siècle, ce forum des idées, d'une durée de trois jours, prétend notamment dresser le portrait d'un «système d'éducation idéal».

Cependant, il n'y a qu'à regarder le programme pour être persuadé que les discussions semblent mal parties!

En effet, sur une soixantaine d'invités, nous trouvons des experts universitaires, un ancien ministre de l'Éducation, des gestionnaires de l'éducation, des gestionnaires et des consultants de tout acabit, des gens d'affaires, mais... mais aucune enseignante, aucun enseignant, ni aucun autre travailleur de l'éducation non plus, il va sans dire. Aucun représentant des parents. Bref, aucune personne qui, jour après jour, vit sur le terrain les immenses défis de l'éducation au Québec, et ce, dans un contexte de plus en plus difficile. Sur soixante personnes invitées, je vous le rappelle! Vraiment, il faut le faire. C'est à croire que les organisateurs ont reçu la consigne de ne pas convier les profs à cet évènement de réflexion.

J'ouvre aussi une parenthèse pour signaler que les membres du comité de direction de ce forum, ainsi que les gens que l'on prend la peine de remercier spécialement pour leur contribution, soit une dizaine de personnes en tout, sont tous des hommes. Pas très représentatif de la population non plus! Peut-être plus représentatif du pouvoir par contre... Fin de la parenthèse.

Alors, où sont les parents et les acteurs du monde scolaire, de l'enseignement supérieur? Ils sont autour des écoles, à former des chaînes humaines pour défendre leur école publique. Tout ce beau monde s'est mobilisé le printemps dernier et poursuit la lutte cet automne pour dénoncer les compressions en éducation et leurs effets néfastes, particulièrement pour celles et ceux qui ont besoin de plus de support, ces jeunes vulnérables qui auront encore plus de difficultés à réussir leur parcours scolaire.

En fait, nous assistons présentement à la plus grande mobilisation populaire à la défense de l'éducation que nous ayons vu depuis des années, voire des décennies.

Je crois qu'il ne reste que le ministre de l'Éducation et son gouvernement, pour refuser de voir, et surtout d'admettre, que l'austérité fait mal. Oui, elle fait mal, cette austérité, elle fait mal à notre avenir. Les enfants et les jeunes qui ne recevront plus les services nécessaires à leur réussite scolaire représentent un véritable drame humain et social.

Est-ce de l'hypocrisie ou du cynisme de la part du Parti libéral que de se réunir en fin de semaine pour réfléchir avec ses amis à l'avenir du système d'éducation au Québec alors que ses actions quotidiennes procèdent à son démantèlement, à sa destruction tranquille?

Comment peut-on sacrifier une génération de jeunes à d'éventuelles baisses d'impôts?

Combien nous coûtera à moyen et à long terme, comme société, ce saccage?

Notre gouvernement n'a-t-il pas comme devoir de travailler pour notre avenir collectif?

L'éducation, il faut le rappeler, est un droit humain inaliénable et une responsabilité sociale de toute démocratie. L'éducation, c'est la clé de l'épanouissement personnel, d'une population en santé, d'une économie dynamique, d'une démocratie active.

Le ministre de l'Éducation, François Blais, nous promet un plan pour l'éducation. Il serait plus que temps que le ministre et le gouvernement se mettent à l'écoute de la population et qu'ils cessent leur oeuvre de démantèlement de cette richesse collective qu'est l'éducation.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les 10 villes où il fait bon étudier

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter