LES BLOGUES

Attentat de Boston: une chasse à l'homme 2.0

22/04/2013 10:51 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT
AP

Le dernier drame américain, survenu à Boston, en plus du désastre humain et des dommages collatéraux qu'il a causé, a apporté, comme à l'accoutumé, son lot de nouveautés et de surprises.

La technologie et le web 2.0 se sont illustrés et ont littéralement volé la vedette aux traditionnelles images des agents à la casquette noire du FBI que nous avons l'habitude de voir fouillant les rues dans les séries américaines.

Les investigations basées sur le crowdsourcing, ou ce que j'appellerai la cyber-investigation, ont marqué l'événement. Pendant quelques jours, tout ce monde s'est adonné sur la toile au jeu du policier chassant le malfaiteur.

On a même dit que le serveur du site web du FBI est devenu rapidement saturé par à cause de l'engouement des cyber-agents en herbe à la recherche de plus de détail.

2013-04-21-photo_tweet_policeboston.jpg

De l'ordre donné aux habitants de rester cloués chez eux, en passant par la fouille dans les antécédents des suspects jusqu'à l'identification des suspects, les médias sociaux ont surpassé l'audience des chaines de télévision.

Tout le monde s'est mis à (re)tweeter et les experts et analystes 2.0 se multipliaient sur des sites tel que Reddit pour faire des recoupements dans l'espoir pour chacun d'être le premier à identifier les suspects.

Le billet de Bouazza Mache se poursuit après la galerie

Chasse à l'homme à Boston

Arrivé à un certain seuil, le processus était devenu hors contrôle et ces outils ont failli mettre en péril la vie de personnes innocentes. Les médias mainstream ont causé beaucoup de dommages collatéraux en publiant injustement les photos et les noms de personnes innocentes. Salah Barhoun et Sunil Tripathi ont été ainsi successivement des suspects pendant quelques heures.

Même le New York Post s'est basé sur les médias sociaux pour publier faussement en couverture la photo de deux personnes qui étaient innocentes.

Finir sa soirée au lit en lisant les tweets après avoir été rivé à la télévision, basculant entre différents appareils fixes et mobiles, tel a été le cas de plusieurs d'entre nous.

Suite à ce drame, le compte Twitter de la police de Boston a vu ses statistiques exploser. De 54 660 abonnés au 14 avril 2013, le nombre de followers a doublé le lendemain pour être multiplie par six le 19 avril, jour de l'arrestation des suspects. Au moment d'écrire ces lignes, ce nombre est de 334 464.

Le web 2.0 a pris le dessus sur les médias traditionnels et la cyber-investigation citoyenne est née, encore une fois, aux États-Unis.

2013-04-21-bost_police_stat2.jpg

VOIR AUSSI

LES PHOTOS CI-DESSOUS PEUVENT CHOQUER CERTAINES PERSONNES.


Boston Marathon Explosion (GRAPHIC PHOTOS)