LES BLOGUES

Apprendre un nouveau sport à 35 ans

21/06/2015 11:49 EDT | Actualisé 21/06/2016 05:12 EDT

Résumé de mon premier cours de ballet classique niveau débutant au Grands Ballets Canadiens, auquel je me suis inscrite lors d'une bulle d'air au cerveau à l'âge de 35 ans.

J'arrive au cours et toutes les participantes sont déjà en train de s'étirer comme des pros. Il y a six madames qui pesent 175 livres dans des maillots grandeur un pis deux granolas weird qui sont tellement souples que j'ai l'air d'une barre de fer à coté d'elles.

Il y a un pianiste dans le coin. Un pianiste! J'avais meme pas de musicien à mon mariage, et puis là, je suis dans un cours de ballet débutant et j'ai un pianiste? Je m'attendais à un tape cassettes dans le coin, pas d'avoir un sosie de Ron Jeremy au piano!

Je me dis que je suis à la mauvaise place. Que c'est une pratique de Marie-Antoinette pour la Place des Arts.

En plus, j'ai pas eu le temps d'acheter mes souliers de ballet, alors je suis en vieux bas dépareillés et j'ai l'air d'une cr**** de toute croche.

Je commence donc à m'étirer, mais tout ce que je connais en étirements date de mon cours d'education physique en 1994, donc j'ai l'ai de Mr Bean au ballet en essayant de m'étirer sur une jambe avec des bas qui datent de la même année que mes étirements...

Ça commence, et la prof dit: «OK, tout le monde en position un.» Je regarde partout. Position «un»? Et paf! La toune part au piano.

Les filles font la position un, ensuite la quatre, puis ça n'arrête plus, je suis sans mots. Je regarde partout et je dis, assez fort:

«Coudonc, j'suis-tu au premier cours débutant moi là, ou j'ai manqué 96 cours?»

Le pianiste arrête. Les filles me regardent avec l'air bête.

La prof: «Le cours est debutant, mais il y en a qui en ont déjà fait avant.»

Moi: «OK, mais moi j'suis "débutante débutante". Genre, ma seule experience, c'est que j'ai deja eu un coffre à bijoux avec une ballerine dedans, c'est toute

- Essayez de suivre!

- Calice!

- Pardon?

- Pfffff!

Alors, je fais mon possible pour suivre. Dans votre tête, vous ne pouvez même pas passer proche de vous imaginer ce dont j'avais l'air! Mes bras croches et raides, mon cerveau qui n'arrive pas à assimiler les demandes, mes pieds semi-pointés dans mes bas sales... Sans compter qu'après 30 minutes de cours, la prof dit: «OK, là on debute sur le huitième temps.»

Le huitième temps? Crisse, fallait-tu que je passe un cours de musique avant de venir ici?

Résultat: je suis incapable de suivre, je pars en retard, je me déplace du mauvais bord parce que je regarde la prof qui est devant nous et mon cerveau ne comprends pas que je dois aller de l'autre coté.

Alors je regarde les autres. La prof me dit de regarder en avant, la tête haute. Je fais comment pour suivre? La chorégraphie, je l'ai pas étudiée toute la semaine, moi!

Et là, pendant que je bouscule les autres parce que je vais du mauvais bord, je remarque que, dans la fenêtre de la salle, il y a à peu près 10 personnes qui regardent notre cours. Du monde habillé en «vrai» ballet, avec des toques serrées sur la tête et des vrais maillots. Là, j'ai vraiment honte.

Comment ai-je pu penser que je pouvais faire autre chose que de l'aquaforme à 35 ans? Comment?

En désespoir de cause, j'essaie de me tenir comme la fille dans la video de Barbie fait du ballet que ma fille écoute de temps en temps. Ça semble marcher. En tout cas, dans ma tête ça marche: je suis une ballerine.

Et là, au moment où je pointe les pieds au max avec les bras comme si je tenais une grosse brassée de linge propre qui sort de la sécheuse, je me fais pincer la fesse!

- Hey!!!

Prof: «On rentre les fesses.»

Fallait bien que je me ramasse dans un cours de ballet avec des bonnes femmes en maillot serré qui se croient dans une chorégraphie de Christensen pour me faire pogner le cul par une fille de 20 ans, avec Ron Jeremy comme pianiste. À ce moment-là, je suis certaine que Marcel Béliveau va rentrer et me dire que je me suis fait poigner à Surprise sur prise.

Je pense à tous mes amies, mon chum, ma famille... S'ils me voyaient! Je pars à rire. Tout le monde arrête. Oui, tout le monde arrête, parce qu'on ne rigole pas quand on fait du ballet. Même quand t'es dans un niveau debutant, le ballet, c'est sérieux! Même si t'as l'air d'un rôti de boeuf dans ton maillot trop moulant à 50 ans, on ne rit pas!

La prof me demande si je veux sortir.

- Non, ça va. Ça fait souvent ça quand j'ai pas pris ma médication.

On continue.

Après une heure et quart, je suis en train de m'évanouir de fatigue. Mais toutes les autres survivent plutot bien. Je n'en reviens pas. Puis là, la prof me dit de me tenir droite, les bras bien en rond, d'imaginer que j'ai un tutu. Un tutu!

Eh! Ça va pas? Je suis déjà en train de me ridiculiser dans un cours de ballet débutant, (débutant, mon cul!), penses-tu que je vais m'imaginer en plus avec un tutu? No way! Évidemment, ça, c'etait dans ma tête. Ma bouche a plutôt émis un faible: «Ouiiiii...»

Bref, j'ai passé à travers, mais j'ai pas pu m'empêcher de lâcher, à la sortie du cours un: «Ouan, ben on fera pas Casse-noisette c't'année.»

Puis je suis allé boire deux litres de vin dans une fin de 5 à 7 en me faisant à croire que j'étais une ballerine.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter