LES BLOGUES

Le respect vis-à-vis des religions : une vision athée sur ce sujet d'actualité

08/08/2016 08:18 EDT | Actualisé 08/08/2016 08:19 EDT

Récemment lors d'une cérémonie, on a vu le premier ministre d'un pays occidental poser sa main sur son cœur au lieu de la tendre à une femme voilée. Ces gestes que l'on retrouve de plus en plus souvent dans le monde occidental peuvent-ils enrichir le multiculturalisme, ou au contraire l'appauvrir?

De la liberté de critiquer une religion

Tout d'abord, il est bon de rappeler que le respect de toutes les croyances va de pair avec la liberté de critiquer les religions, quelles qu'elles soient. D'autre part, dans la plupart des pays occidentaux, il est bon aussi de rappeler que le blasphème n'existe pas. (On a vu récemment avec l'affaire Charlie Hebdo que cela n'était pas accepté par tous.) Jusqu'à cet attentat contre Charlie, on pouvait aussi se moquer librement d'une religion, quelle qu'elle soit, sans inquiétude, mais, bien sûr sans s'en prendre aux individus qui la pratiquent.

Il était aussi admis en Occident qu'utiliser la liberté d'expression à mauvais escient n'était pas un délit. Le problème posé par cette phrase est flagrant. Le droit universel à la liberté d'expression, tel qu'on le conçoit entre autres en Amérique du nord et en Europe, permet aux individus de heurter les sentiments religieux des autres. Et c'est bien là que réside la liberté que l'on ne souhaite surtout pas perdre!

On retrouve ici un aspect récurent de l'incompréhension entre plusieurs cultures.

Nous ne devons jamais oublier que la plupart des sociétés occidentales se revendiquent de l'héritage des Lumières, qui a conduit à la séparation de l'Église et de l'État avec la volonté de se libérer du carcan de la religion

Distinction entre ce qui relève de la religion et de la vie dans la cité

Certaines cultures ne font pas du tout la distinction entre ce qui relève de la religion et ce qui relève de la politique.

N'oublions pas que sans liberté́ d'expression, il n'y a pas de débats démocratiques. Aujourd'hui, il est clair qu'il est devenu un devoir pour chaque journaliste et homme politique d'éviter tout ce qui pourrait attiser les conflits confessionnel. Cela s'apparente de plus en plus à de l'autocensure!

Si on ne prend garde, on pourrait aussi conclure que les partis politiques, particulièrement de gauche, ont assez souvent des difficultés à soutenir le droit des femmes contre toute agression, quel que soit l'agresseur. Inaptitude certaine de ces hommes et femmes politiques à reformuler la théorie de l'« ennemi principal ». Pour ces partis, c'est les droites nationalistes et les populistes, pour certaines femmes, c'est souvent l'intégrisme religieux!

Car aujourd'hui, par peur d'être taxés de racistes, certains dirigeants et journalistes sont en train d'abdiquer devant le principe de l'égalité entre hommes et femmes. Nous devons prendre garde : bientôt des lois d'abord locales, puis nationales, faites par des hommes réactionnaires utilisant la légitimation religieuse pour servir leurs intérêts et asseoir leurs pouvoirs, seront votées!

Cela pourrait commencer par un régime de faveur pour certaines banques se réclamant des principes d'une loi religieuse imposant justice, équité et transparence. Ces banques sont impliquées dans tout ce qui est produit et donc dans tout ce qui est susceptible d'être finançable en commençant par les véhicules. Les études et sondages terrain montrent que le pratiquant religieux reste très conservateur face aux produits financiers classiques. Proposer des crédits automobiles de ces banques octroierait aux négociants qui les utilisent un argument de vente incontestable. Cela s'est déjà produit aux États-Unis, en contrepartie de financements de ces banques, certains promoteurs se sont même engagés à ne pas autoriser l'implantation de bars et restaurants servant de l'alcool. Business is business!

Enfin rappelons que, ne pas accepter que des heures de piscine soient réservées aux femmes. C'est offensant pour une infime minorité de conservateurs! Que de ne pas se couvrir dans certains lieux essentiellement fréquentés par des pratiquants, c'est offensant pour une infime minorité de conservateurs! Que de ne pas tolérer que des locaux à vocation sociale ou sportive ne deviennent des lieux de prière, c'est offensant pour une infime minorité de conservateurs! Que de faire voter une loi sur la laïcité, c'est offensant pour une infime minorité de conservateurs!

De l'antagonisme entre les religions

Il est bon de rappeler aussi qu'il existe de nombreux antagonismes entre les religions, notamment entre chrétiens ou hindous et musulmans, et parfois même au sein de la même religion, comme entre chiites et sunnites, ou entre catholiques et protestants.

Sachant que, si se tromper une fois est une erreur, se tromper deux fois est un choix, les pays occidentaux devraient se poser très rapidement les questions suivantes :

  • Peut-on privilégier une religion par rapport à d'autres?
  • Peut-on afficher sa religion sur son lieu de travail, si on est fonctionnaire, éducateur, enseignant, soignant, médecin, ou infirmière?
  • Quelle charte appliquée dans le secteur privé?
  • La « société » doit-elle tenir compte de votre religion sur votre lieu de travail et dans la vie civile?

Des réponses claires sont nécessaires. Sinon de nombreux pays occidentaux peuvent dans les 20 ou 30 prochaines années basculer dans une société à la libanaise, comme cela s'est passé très lentement dans ce pays depuis le remodelage de la grande Syrie, il y a exactement 100 ans.

Que se passera-t-il de plus en plus si nous n'apportons pas des réponses claires?

Récemment en France lors d'une manifestation, un jeune étudiant immigré a été brutalisé par un policier casqué! Très vite, la presse s'est emparée du sujet, et très vite le policier a été accusé d'être raciste. L'affaire a fait la Une quelques jours, puis elle a disparu! En fait, on a appris que le policier était issu de l'immigration et bien sûr, cela changeait tout! Un méchant policier ne pouvant être que caucasien!

Aujourd'hui, Il ne faut pas beaucoup de choses pour se faire traiter de raciste, alors que moquer ceux que l'on nomme « de souche » est admissible.

Si nous n'offrons pas de réponses claires, bientôt, les Caucasiens seront tous taxés de racistes, de bigots, ou encore pire, de laïcs. Il est de plus en plus commun, lors de petits quiproquos dans un magasin, dans la circulation, on se fait traiter de raciste par des gens à qui on n'a pas encore adressé la parole. Le fait d'être blanc et habillé à l'Occidental nous faisant immédiatement devenir un indécrottable raciste. Enfin, lors d'un conflit même très mineur, les premiers mots de beaucoup de non-natifs sont assez souvent : « Tu me dis cela parce que je suis xxxx, xxxx, xxxxx... ».

Conclusion

Nos dirigeants recherchent des électeurs, nos médias recherchent des lecteurs, mais nous, citoyens, ne nous assoyons pas sur nos valeurs, ne tombons pas dans le piège d'une minorité de réactionnaires créationnistes. Sinon, et comme souvent, c'est vous Mesdames qui subirez ce retour de l'intégrisme.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

PLUS: