LES BLOGUES

Le plan de Gaétan Barrette

03/01/2016 09:28 EST | Actualisé 03/01/2017 05:12 EST

Le plan stratégique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) 2015-2020 rappelle que la Loi modifiant l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l'abolition des agences régionales, qui est entrée en vigueur dans les premiers mois de 2015, est une loi transitoire qui conduira à une autre qui sera permanente.

Pour atteindre son objectif, Québec doit poursuivre ses travaux administratifs, juridiques et financiers et procéder à un ensemble de petites réformes législatives. À terme, elles seront toutes regroupées en une seule.

Ainsi donc, le ministre Gaétan Barrette a encore du travail devant lui. Celui qu'il a commencé est loin d'être terminé.

Cette méga réforme fait partie d'une volonté qu'il y ait à l'Assemblée nationale du Québec une révision permanente de tous les programmes «afin d'examiner leur pertinence et la façon dont ils sont appliqués, dans le but non seulement de faire des gains de productivité, mais aussi d'accroître l'efficience clinique et administrative», écrit-on dans le plan quinquennal.

Le patron du réseau de la Santé du Québec indique en présentation du document: «Parmi les nombreux défis auxquels est confronté le système [...], il faut compter l'augmentation importante de la demande des soins et des services provoquée largement par les changements démographiques et l'ampleur du phénomène des maladies chroniques. [...] Cela crée une pression importante sur le système».

Le Plan stratégique est fort intéressant pour les personnes qui veulent s'informer en première ligne des intentions gouvernementales sans subir le filtre des médias et se faire elles-mêmes une opinion. Lorsqu'on veut une information fiable, il est toujours préférable de remonter le plus près possible de sa source.

On nous y rappelle le rôle et la mission du MSSS, les rôles et responsabilités spécifiques de celui-ci et de ses établissements, les principes sur lesquels on s'appuie, les grands enjeux et les choix stratégiques.

On dresse aussi un «état des lieux» statistiques de la population québécoise, son état de santé et les besoins les plus fréquents. On y rappelle que...

a) La population du Québec était estimée au 1er juillet 2014 à 8 214 672 personnes;

b) L'espérance de vie à la naissance de la population, selon les chiffres de 2013, est de 82,2 ans;

c) En 2031, le quart de la population aura 65 ans ou plus, et que le nombre des 85 ans ou plus va doubler d'ici 20 ans;

d) Depuis 2000, le cancer est la première cause de mortalité. Il est responsable du tiers des décès;

e) En 2011-2012, 12% de la population était atteinte de troubles mentaux. Les troubles anxio-dépressifs ou troubles de l'humeur (dépression, idéation suicidaire, etc.) occupent 7,4% de ce chiffre;

f) Environ 8000 enfants sont pris en charge chaque année dans le cadre de la Loi sur la protection de la jeunesse;

g) En 2010-2011, 48% de la population de 15 ans ou plus était atteinte d'un problème de santé chronique. Ces troubles s'accentuent avec l'âge: 40% chez les 15 à 64 ans, contre 84% des 65 ans et plus.

Enfin, le plan informe des orientations et les cibles à atteindre.

Dans un premier temps, le MSSS veut travailler à «favoriser les saines habitudes de vie et la prévention des problèmes de santé». Pour y arriver, il mise sur la poursuite de la promotion de saines habitudes de vie. À ce chapitre, le ministre Barrette donne lui-même l'exemple. Sa perte massive de poids est remarquable et encourageante. S'il a pu le faire, chaque Québécois peut parvenir à améliorer sa santé.

Québec encourage l'augmentation de la consommation des fruits et des légumes, de l'activité physique et de la lutte au tabagisme. Sur ce dernier point, «malgré les progrès des dernières années, le Québec est l'une des provinces où la proportion de fumeurs est la plus élevée au Canada», indique le document.

La prévention passe aussi par la lutte aux maladies infectieuses. Il mise bien entendu sur l'augmentation du nombre de personnes vaccinées, mais il vise surtout la recrudescence des maladies transmises sexuellement. Il semble que ce soit un problème majeur qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques au Québec.

On spécifie: «Chez les jeunes de 15 à 25 ans, [...] on observe [...] une hausse constante de l'incidence de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis et d'infection gonococcique, augmentation plus prononcée chez les jeunes hommes».

En second lieu, on s'attaque à l'accessibilité aux soins de santé en première ligne et à l'urgence des hôpitaux. Déjà, avec la Loi 20, le ministère est en train de régler une partie du problème en donnant accès à la population à un médecin de famille. On travaille aussi dans le réseau - et c'est palpable lorsqu'on travaille en première ligne - à diminuer la durée des séjours à l'urgence et le temps d'attente.

Les aînés sont aussi au cœur des préoccupations ministérielles. Le défi est d'augmenter les services à domicile afin de réserver les places en centres d'accueil pour les cas les plus lourds.

Québec a compris que la prise en charge des personnes âgées en institutions accélère leur dégradation de santé: «La littérature scientifique nous démontre que l'hospitalisation est un facteur augmentant le risque de déclin des capacités fonctionnelles [...]»

Les personnes vulnérables, comme les autistes, sont aussi ciblées par les orientations.

Enfin, moins intéressant pour le grand public, le troisième enjeu concerne l'organisation interne du réseau de la santé.

Le Plan stratégique est une mine d'informations à consulter pour bien comprendre la direction qu'a prise le MSSS et son ministre et ce qui occupera les discussions jusqu'aux prochaines élections québécoises.

D'ailleurs, d'ici cette date, le gouvernement fera le cadeau à la population d'une diminution et de l'abolition de la fameuse taxe santé. Cela est inscrit dans leurs promesses électorales de 2014.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter