profile image

Richard Perron

Président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)

Avant son élection à la présidence du SPGQ, M. Perron a été successivement, de 2001 à 2012, chef du pupitre Washington, Antilles, Afrique australe et centrale, Proche-Orient et Égypte au ministère des Relations internationales du Québec (MRI). En 1995, il a été l’attaché aux communications de la Délégation du Québec à Bruxelles. De 1996 à 1999, il a été conseiller et directeur p.i. au Bureau du Québec à Washington. Membre du Barreau du Québec depuis 1991, M. Perron détient un baccalauréat en droit de l'Université de Montréal, une maîtrise en Relations internationales à l'Université Laval, une maîtrise en administration publique et un diplôme de cycle international long à l'École nationale d'administration (ÉNA) en France. Père attentionné de trois enfants, il est un grand promoteur de la conciliation travail / vie personnelle. Depuis juin 2012, à titre de président du Syndicat, M. Perron met à profit sa formation et ses expériences professionnelles, syndicales et associatives au service des 25 000 membres que compte le SPGQ.
DNY59 via Getty Images

La résignation n'est pas une option

Nous espérons toujours que le premier ministre Couillard était sincère quand il a affirmé, dans son discours inaugural à l'Assemblée nationale, que l'expertise était importante pour lui et qu'il voulait donner le goût aux jeunes de faire carrière dans la fonction publique.
06/03/2017 09:19 EST
Eric Vidal / Reuters

Que cache le gouvernement Trudeau avec l'Accord Canada-Europe?

TEXTE COLLECTIF - Les organisations membres du Réseau québécois sur l'intégration continentale dénoncent le blocage démocratique du gouvernement Trudeau afin de mettre en œuvre l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne. Cette attitude contraste avec l'ouverture au dialogue démontrée par le gouvernement à propos du Partenariat transpacifique.
06/12/2016 05:41 EST
Mario Beauregard/La Presse canadienne

Loi spéciale? Illégale!

Plusieurs fois au cours de la dernière année de négociation, M. Coiteux a prétendu que le gouvernement négociait de bonne foi! Faux et archi faux, car depuis un an, rien ne bouge à la table de négociation du SPGQ, le gouvernement restant campé sur ses positions.
17/12/2015 03:26 EST