profile image

Pascal Ordonneau

Ancien dirigeant de la banque HSBC, auteur d'ouvrages économiques

En 1973, au sortir de Sciences Po, après une licence en Droit Public et un DES de Droit Privé, Pascal Ordonneau rentre à la Banque Hervet, Banque privée berrichonne et ne quittera pas le secteur bancaire, avec une prédilection pour les activités de Commercial Banking. Il exerce ses activités dans des banques petites ou grandes, des banques françaises (Banque Hervet, Crédit Lyonnais), des anglo-saxonnes : Citibank, HSBC. En 2008, il quitte la Banque après une dernière mission en tant que PDG d’HSBC Invoice Financing et, depuis, se consacre intégralement à l’écriture. Ce sont, tout d’abord, trois ouvrages d’économies très tôt publiés. Deux d’entre eux, « Les Multinationales contre les Etats » et « la Bataille mondiale des matières premières » sont toujours cités et référencés. Le premier a été traduit en portugais. Plus récemment un livre de voyage : « Au Pays de l'Eau et des Dieux: Sept Voyages Symboliques entre Bangkok, Hanoï et Angkor ». JFE éditions ; Puis, un ouvrage d’économie : "La Désillusion, Abécédaire décalé et critique de la Banque et de la Finance", JFE éditions et « Promotion » un roman chez Numériklivre. Le dernier livre qui vient d’être publié est un essai : « Le retour de l’Empire Allemand ou le Modèle Imaginaire » chez JFE éditions. Pascal Ordonneau est aussi un contributeur régulier de plusieurs journaux numériques, le Figaro, les Echos et Atlantico. Il participe régulièrement à des émissions de radio : RFI, Arte, Sud-Radio, et est invité à des conférences et des débats : les derniers en date portaient sur les « monnaies numériques » et « le modèle allemand ». Pascal Ordonneau anime un site, pascalordonneau.com, où sont présentées d’autres facettes de ses activités.
JOHN MACDOUGALL via Getty Images

L'Allemagne coupable du Brexit

Le Brexit n'est pas à proprement parler une affaire européenne. C'est pire. C'est une vraie affaire anglaise. Il serait commode de renvoyer la Grande-Bretagne à ses doutes, incertitudes et fractures sans passer un peu de temps à se demander si l'Europe n'a pas ajouté du piment sur quelques plaies.
13/07/2016 10:08 EDT
AP

La destruction de la monnaie

La Grèce a le choix de procéder à une saignée à l'ancienne ou de se confier à la coopération de la zone euro. Dans tous les cas, la destruction de la monnaie, si elle n'est pas interrompue, détruira la société.
11/07/2015 08:21 EDT