profile image

Maxime Bernier

Député de Beauce, candidat à la direction du Parti conservateur du Canada

Élu pour la première fois à la Chambre des communes en 2006, Maxime Bernier a été réélu en 2008, en 2011 et en 2015. En juillet 2013, M. Bernier a été nommé ministre d'État (Petite Entreprise et Tourisme, et Agriculture). Auparavant, il avait été nommé ministre de l'Industrie en février 2006, ministre des Affaires étrangères en août 2007, et ministre d'État (Petite Entreprise et Tourisme) en mai 2011. Il est candidat à la direction du Parti conservateur du Canada. Avant d'occuper les fonctions de député de Beauce, M. Bernier était vice-président de la société d'assurances Standard Life du Canada, et directeur des relations corporatives et internationales à la Commission des valeurs mobilières du Québec. Il a aussi agi à titre d'expert-conseil en ce qui concerne la législation régissant les institutions financières et l'élaboration de la réglementation dans ce secteur. M. Bernier est diplômé en droit et en commerce. Il a aussi été membre du conseil d'administration de l'Institut économique de Montréal et œuvre auprès de plusieurs organismes de charité. M. Bernier est né et a grandi en Beauce.
Chris Wattie / Reuters

Le juste équilibre entre l'expérience du secteur privé et celle de la politique

Les politiciens de carrière qui n'ont jamais travaillé dans le secteur privé ont tendance à ne voir le monde que par la lorgnette de la politique et à être déconnectés des priorités des citoyens ordinaires. D'autre part, quelqu'un qui veut devenir premier ministre doit avoir la capacité de gouverner et doit connaître le fonctionnement de nos institutions s'il veut réussir à mettre en œuvre un programme de réforme audacieux.
29/04/2017 04:53 EDT
Georgijevic via Getty Images

La pire raison d'avoir des ministres forts

L'éditorialiste de La Presse François Cardinal, a déploré que le départ de Stéphane Dion constitue une énorme perte pour le Québec. Non pas parce que Dion était un ministre des Affaires étrangères exceptionnellement compétent. Plutôt parce qu'il était l'un des rares ministres importants à pouvoir frapper à la porte du premier ministre pour le presser de prendre une décision favorable au Québec.
17/01/2017 06:38 EST
PC

Une politique d'immigration pour répondre aux besoins économiques du Canada

Le Canada a toujours été un pays largement ouvert à l'immigration, en raison de son large territoire et de sa relative jeunesse. Je crois que dans l'ensemble, notre politique d'immigration a été très fructueuse. Mais nous ne sommes pas à l'abri des conflits et des tensions sociales qui se produisent ailleurs.
09/01/2017 10:41 EST
DKAR Images via Getty Images

La tarification du carbone n'est pas une solution de libre marché

Dans une récente chronique, Stephen Gordon accuse les conservateurs de «gaspiller ce qui leur reste de capital intellectuel sur le plan économique» en s'opposant à une taxe fédérale sur le carbone ou à une bourse du carbone. Un parti favorable aux solutions de marché devrait au contraire, selon lui, promouvoir ces «politiques fondées sur le marché». Permettez-moi de ne pas partager cet avis.
06/08/2016 05:25 EDT
DebMacFadden/Flickr

Un élan pour nos destinations cet été

La saison touristique estivale s'apprête à battre son plein et votre rôle compte. Je vous invite à rendre visite à votre famille et à vos amis, et à explorer les grands attraits de notre pays, et à souligner votre intérêt pour nos destinations dans tous les coins de pays.
25/06/2015 11:58 EDT
CP

Les absurdités économiques de Justin Trudeau

Devrait-on accorder notre confiance à un leader politique qui ne comprend pas les notions de base de l'économie? C'est la question qu'on peut se poser alors que le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, multiplie les déclarations absurdes en ce qui a trait à l'économie.
10/04/2014 07:28 EDT
CP

Justin Trudeau veut nous endetter davantage - Maxime Bernier, ministre aux Petites entreprises, de l'Agriculture et du Tourisme

Justin Trudeau et son conseiller américain Larry Summers croient encore à la vieille théorie keynésienne selon laquelle le gouvernement crée de la richesse en dépensant davantage. La réalité, c'est que chaque fois que le gouvernement prend un dollar additionnel dans la poche de quelqu'un, c'est un dollar que cette personne ne pourra pas dépenser ou investir.
25/02/2014 10:25 EST

Les entrepreneurs assainiront les sables bitumineux

Ceux qui s'opposent à l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta nous disent depuis des années qu'il faut y mettre fin, en réduire l'ampleur, ou à tout le moins taxer fortement cette activité et la réglementer sévèrement de façon à en limiter les impacts sur l'environnement. Ces critiques ont tort sur deux points.
29/06/2012 10:57 EDT