profile image

Mario Beaulieu

Député de La Pointe-de-l’Île et porte-parole du Bloc québécois en matière de Langues officielles

Président du Bloc québécois depuis le 14 juin 2014, Mario Beaulieu est un militant indépendantiste extrêmement actif depuis une vingtaine d’années. Il a aussi œuvré inlassablement pour la promotion de la langue française, de la culture québécoise et de l’enseignement de l’histoire. Fondateur du Mouvement Montréal français ainsi que de Partenaire pour un Québec français, il était de plus président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal avant de se lancer dans la course à la direction du Bloc québécois. Mario propose d'axer fermement l’action du Bloc québécois sur la promotion de l'indépendance du Québec avant, pendant et après les élections. Organisateur des premières fêtes nationales dans le quartier multiethnique de Parc-Extension, président du Parti québécois de Montréal-Centre de 1997 à 2002 et candidat du Bloc québécois en 1997, il est un des membres fondateurs du club politique Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ Libre). Il a siégé au Conseil supérieur de la langue française pendant cinq ans jusqu'en 2007 et a fondé en 2006 le Mouvement Montréal français et le Mouvement Québec français en 2011. Pour lui, «faire du français la langue publique commune à Montréal est un facteur essentiel de l'inclusion des nouveaux arrivants à la société québécoise et c'est la condition première pour assurer l'avenir du français au Québec, seul État majoritairement francophone de l'Amérique du Nord. C'est contribuer à la défense de la diversité culturelle dans la mondialisation.»
nito100

Le déclin du français au Québec, c'est assez !

Ce qui menace le français au Québec n'est pas en soi l'augmentation de la proportion d'allophones, mais la force d'attraction disproportionnée de l'anglais. La proportion des transferts linguistiques des allophones vers le français est trop faible pour assurer sa pérennité par rapport à la langue anglaise.
26/01/2017 01:32 EST
CP

Un terrorisme acceptable au Canada?

Les dérapages racistes du Canada anglais envers le Québec se poursuivent toujours. Il s'agit d'une tendance latente qui resurgit au gré des revendications pour le français, des campagnes indépendantistes ou de toute forme d'affirmation nationale. Il est donc nécessaire de relancer la mobilisation citoyenne contre ce Québec bashing violent et pernicieux, en redoublant d'efforts pour susciter un réel débat public.
18/11/2016 09:29 EST
Alice Chiche

Retrouvons le plaisir de militer pour l'indépendance

TEXTE COLLECTIF - Les membres ont une occasion en or de donner un signal clair pour que le Parti québécois redevienne le parti du changement avec le projet le plus mobilisateur, le plus prometteur et le plus urgent pour notre avenir : faire du Québec un pays.
04/10/2016 11:38 EDT
Alamy

Les temps sont durs pour le français au Québec

Le français est ce qui donne son identité au Québec, c'est ce qui fait de nous un peuple unique. Nous ne devons pas céder sur ce point parce que si le français disparaît, ne serait-ce que de sa métropole, l'avenir de notre peuple est sérieusement compromis.
09/05/2015 08:50 EDT
juanljones via Getty Images

Nous prenons le pari de la responsabilité

Les conservateurs et les néodémocrates se livrent à une guerre de démagogie en utilisant l'enjeu ô combien important et délicat de la sécurité. Entre la tentation de la police politique et le statu quo, il doit y avoir une place entre les deux pour l'intelligence.
25/02/2015 10:33 EST
CP

En français, s'il vous plaît!

Le français n'est pas suffisamment important pour être un prérequis obligatoire afin de diriger la diplomatie au Canada. Visage d'un pays bilingue, le nouveau ministre des Affaires étrangères ne parlera que dans une langue, celle de la majorité.
10/02/2015 11:51 EST
Shutterstock

Sommes-nous Charlie?

«Nous ne nous laisserons pas intimider», nous dit le premier ministre. Eh bien! Qu'il pose des gestes pour la liberté d'expression, qu'il appuie le droit à la parole, qu'il défende le droit de s'exprimer de celles et ceux qui ne pensent pas comme lui.
14/01/2015 12:19 EST
Paul Bradbury via Getty Images

Le coût du dépendantisme

Avec des adversaires sur tous les fronts, le mouvement indépendantiste, le Québec a besoin d'être fort, a besoin de se faire entendre. Face à l'indifférence des conservateurs et à la complicité du NPD et des libéraux, il nous faut des femmes et des hommes pour qui c'est le Québec d'abord, le Québec tout le temps.
05/12/2014 12:04 EST
CP

Hubert Lacroix doit partir

Les conservateurs ont décidé de faire de Radio-Canada une télévision d'État plutôt qu'une télévision publique. Les conservateurs ont décidé d'utiliser la SRC comme instrument de propagande fédérale. Ce n'est pas nouveau, me direz-vous. Eh bien! même sous Rabinovitch, je n'ai pas souvenir d'une telle complicité empressée de la direction.
17/11/2014 09:12 EST