profile image

Louis Balthazar

Membre de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM

Louis Balthazar détient un Ph. D. en science politique de l'Université Harvard (1971) de même qu'une maîtrise en littérature française de l'Université de Montréal (1955), une licence en philosophie (1956) et une licence en théologie (1963) des Facultés jésuites de Montréal. Il est officier le l’Ordre national du Québec depuis 2007. Il a été professeur au département de science politique de l'Université Laval de 1969 à 1997. Il a été nommé professeur émérite en 1998. Il est membre de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM. Il a été codirecteur de la revue Perspectives internationales (ministère des Affaires extérieures du Canada) de 1974 à 1981, membre du Conseil supérieur de l'éducation du Québec de 1982 à 1986, président de la Société québécoise de science politique pour l’année 1997-1998. Il a publié un grand nombre d’articles et monographies sur des sujets tels que la politique extérieure des États-Unis, les relations canado-américaines, le nationalisme et le fédéralisme canadien. Il dispense des enseignements à l’Université du Troisième Âge de Québec (Université Laval) depuis les débuts de cet organisme. Entre autres publications, il est l'auteur de Bilan du nationalisme au Québec (Montréal, L'Hexagone, 1986 : prix Air Canada, 1987), le coauteur (avec Charles-Philippe David et Justin Vaïsse) de La Politique étrangère des États-Unis : fondements, acteurs, formulations (Paris, Les Presses de Science Po, 2008), le coauteur (avec Alfred O. Hero Jr) de Le Québec dans l’espace américain (Montréal, Québec Amérique, 1999 : prix Richard-Arès) et de Contemporary Québec and the United States (Lanham, Maryland, University Press of America, 1988). Il est codirecteur (avec Gordon Mace et Louis Bélanger) de Trente ans de politique extérieure du Québec, 1960-1990 (Québec, Septentrion, 1993) et coauteur (avec Jules Bélanger) de L’École détournée (Montréal, Boréal, 1989).
Getty

Les nouveaux défis du président Obama

Barack Obama ne cherche plus à gagner une élection et ne peut plus se permettre de planifier sa présidence à moyen terme. Le temps presse, les appuis lui manquent, et les yeux sont déjà tournés vers la course à sa succession. Sa grande et légitime préoccupation, c'est de laisser un héritage à ses concitoyens.
08/12/2014 11:10 EST
AP

Les contradictions de Barack Obama - Louis Balthazar

Il y a cinq ans, le 4 novembre 2008, Barack Obama, élu président des États-Unis, s'adressait à une foule en délire à Chicago. Nous étions plusieurs au Québec et un peu partout dans le monde à applaudir l'avènement d'un Afro-Américain à la tête de son pays. Tous les espoirs étaient permis. Quel contraste avec le piètre spectacle que nous offre aujourd'hui la présidence américaine!
04/11/2013 12:36 EST
AP

La leçon philosophique politique de Barack Obama

Le discours inaugural qui a fait suite à la seconde investiture de Barak Obama peut être considéré comme un des grands discours présidentiels de l'histoire américaine. Je voudrais souligner ici les éléments de philosophie politique inclus dans ce discours. Les Américains sont très fiers, à juste titre, de leur déclaration d'indépendance, judicieusement conçue et rédigée par le grand fondateur de la démocratie américaine, Thomas Jefferson.
24/01/2013 09:58 EST
Getty

La succession de Hillary Clinton

Il semble bien que le voyage de Hillary Clinton, accompagnant le Président Obama en Asie et son bref séjour en Israël et en Égypte, auront été les derniers périples de son brillant mandat à la tête du Secrétariat d'État américain. Qui lui succèdera? Le président n'a pas annoncé officiellement le nom de la personne qui sera soumise à la ratification du Sénat. D'après la plupart des observateurs, c'est Susan Rice, présentement ambassadrice aux Nations Unies, qui sera nommée.
22/11/2012 01:58 EST
AP

Un choix de politique étrangère pour les Américains

La politique étrangère demeure le plus souvent un enjeu mineur pour l'électorat américain. Pour le reste du monde cependant, la politique étrangère est la question fondamentale. Nous nous demandons tous, hors des États-Unis, comment le comportement de la superpuissance affectera le monde dans lequel nous vivrons au cours des quatre prochaines années.
16/10/2012 11:02 EDT
AP

Perspectives de la campagne présidentielle aux États-Unis

« Ben Laden est mort, General Motors est en vie ». Voilà le slogan de campagne proposé par le vice-président Joe Biden lors de la récente Convention du Parti démocrate. Quel que soit l'impact de cette formule, il est clair que la grande manifestation partisane a donné un léger avantage aux Démocrates en dépit de l'état lamentable de l'économie. Jamais, dans l'histoire récente, un président américain n'a été réélu alors que le taux de chômage dépassait 7,2%. Barack Obama fera-t-il mentir cette règle impitoyable avec un taux qui dépasse 8%?
12/09/2012 10:10 EDT
AP Images

L'espoir de changement, cette fois-ci, appartient aux Républicains

En 2012, on ne peut plus affirmer que « tout est possible » et les Démocrates peinent à démontrer que les États-Unis sont en meilleure posture qu'ils l'étaient il y quatre ans. Le Président peut cependant se targuer d'avoir relancé l'économie, imposé une certaine discipline aux milieux financiers, instauré un programme d'assurance-maladie presque universel, mis sur pied des programmes d'aide à l'éducation et proposé des solutions pour contrer des déficits insupportables, rejetés cavalièrement par un Congrès républicain hostile.
10/09/2012 04:22 EDT
CP

PQ minoritaire et promotion de la langue française

Il est bien regrettable que des quartiers montréalais autrefois francophones se soient transformés aussi rapidement. Non pas qu'il faille déplorer l'apparition de la multiethnicité dans plusieurs secteurs de la ville. C'est là, au contraire, un enrichissement. Le grand mal, c'est plutôt l'exode massif des francophones vers les banlieues. Comment voulez-vous que les immigrants s'intègrent à la majorité si cette majorité n'est plus visible autour d'eux?
08/09/2012 01:14 EDT
AP

Le culte des armes à feu

Dans un pays où un timide programme d'assurance-maladie est encore impopulaire, comment penser qu'on puisse accepter facilement le contrôle des armes ? Si les Américains sont encore si peu sensibles au sort de trente millions des leurs qui n'ont pas les moyens de s'assurer des services de la médecine, comment voulez-vous qu'ils croient opportun de prévenir d'autres tueries au moyen de nouvelles règlementations et de restrictions aux libertés individuelles ?
21/07/2012 12:57 EDT
AFP

Une victoire limitée pour Obama

Certes, il a dû se plier à de pénibles compromis, comme celui d'abandonner sa nette préférence pour un système public universel. Le programme qui a été sauvegardé par la Cour suprême demeure confiné au privé. Il se contente de stimuler l'assurance individuelle en offrant une aide ponctuelle et surtout en limitant les coûts de l'assurance. Malgré tout, ce programme constitue un grand pas en avant pour la sécurité de dizaines de millions d'Américains.
29/06/2012 09:26 EDT
KPAX

Modèle américain ou utilitarisme

À l'occasion de cet interminable conflit étudiant, plusieurs ont voulu voir dans les revendications étudiantes le rejet d'un soi-disant modèle universitaire américain qu'on aime opposer à un modèle européen. Le premier serait fondé sur des frais de scolarité élevés, sur l'esprit de compétition et la marchandisation du savoir. Le second s'appuierait au contraire sur un financement étatique assurant la gratuité scolaire, sur une tradition humaniste et la valorisation des connaissances pour l'amour d'elles-mêmes.
30/05/2012 01:20 EDT

Obama et le mariage gai: audace et risque calculé

La déclaration du Président Obama en faveur du mariage gai, ce mercredi, 9 mai, constitue une percée historique dans l'histoire des droits civils aux États-Unis. Sans doute, il ne s'agit que d'un simple avis sans aucune conséquence légale. Il faut noter aussi que le président réagit à des initiatives de son entourage.
11/05/2012 11:29 EDT
AP

Six millions de Français se réfugient dans l'extrême droite

Comment expliquer ce succès du Front national qui constitue la grande nouvelle de cette élection? Il faut d'abord constater que le Parti d'extrême droite a réussi à sortir de sa marginalité et à élargir considérablement sa clientèle électorale. Il a profité du désenchantement de la classe ouvrière à l'égard au Parti socialiste. En France aujourd'hui, tout comme aux États-Unis, au Canada et dans bien d'autres pays, le travailleur moyen s'est éloigné de la gauche syndicaliste.
25/04/2012 02:10 EDT
By Sean Vivek Crasto [Public domain], <a href="http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ACristo_Redentor_-_Rio.jpg"'via Wikimedia Commons</a'

L'Amérique n'est pas bénie par Dieu

« L'Amérique [entendez les États-Unis] n'est pas bénie par Dieu. Elle est la pourvoyeuse de violence dans le monde d'aujourd'hui ». Voilà ce que déclarait en 1967 un pasteur baptiste. Il s'appelait Martin Luther King, grand inspirateur du mouvement d'émancipation des Afro-Américains, assassiné en 1968. Devenu une icône dans le paysage américain, il est invoqué à plusieurs reprises par le président actuel qui en a fait son modèle.
07/04/2012 09:47 EDT
AP

Obama et son calvaire afghan

Au cours de la campagne présidentielle de 2008, Barack Obama revenait souvent sur son mindset, l'état d'esprit qui l'avait amené à s'opposer à l'aventure militaire en Irak. Il se disait essentiellement porté vers la solution pacifique des conflits. Selon cet esprit, la guerre ne devait être envisagée que comme un ultime recours. On peut dire que le président est demeuré fidèle à cet esprit dans l'ensemble de sa politique étrangère. En témoigne sa récente déclaration en ce qui a trait à l'Iran.
19/03/2012 12:18 EDT
Getty Images

Barack Obama à son meilleur

Devant les travailleurs de l'automobile réunis en congrès à Washington, le 27 février dernier, Obama prononce un discours singulièrement inspiré qui rappelle les beaux moments de la campagne de 2008. Il peut se targuer d'être parvenu à sauver l'industrie automobile avec une audacieuse intervention pour venir en aide à General Motors qui a repris aujourd'hui son premier rang mondial.
01/03/2012 11:28 EST