profile image

Jacques Beaulieu

Communicateur scientifique

Après des études universitaires en biologie et l’obtention d’un certificat en microscopie électronique pour microbiologiste de la Faculté de médecine de l’Université de Toronto et quelques années en recherche scientifique, Jacques Beaulieu a orienté sa carrière en communication scientifique. Il a signé et co-signé 34 livres dans le domaine de la santé, fut pendant 5 ans chroniqueur régulier à l’Actualité médicale et a publié une chronique mensuelle dans la Revue Médecine en France. Il a aussi participé à la rédaction de plusieurs rapports pour des directions de santé publique. Il est fréquemment appelé à commenter l’actualité médicale sur de nombreux médias parlés ou écrits.

Depuis octobre 2017, il publie aussi le journal Le patient du Québec où les patients et le personnel de la santé sont invités à écrire leurs témoignages et opinions.

M_a_y_a via Getty Images

Les probiotiques: enfin la reconnaissance

En 1907, Ilya Ilyich Mechnikov avait émis l'idée que les paysans bulgares vivaient plus longtemps parce qu'ils consommaient régulièrement du yogourt. Il formula alors l'hypothèse que la consommation régulière de lait fermenté a pour effet de maintenir un équilibre entre la flore intestinale digestive pathogène et la flore bénéfique.
17/12/2016 08:11 EST
jarun011 via Getty Images

Salvarsan: la chimie au service de la santé

En 1909, Ehrlich et Hata mettent au point le premier dérivé d'arsenic efficace contre la syphilis. Ehrlich le nomme Salvarsan (Salva, pour sauveur et arsan pour arsénique). Il améliora ensuite son médicament qui fut alors commercialisé en 1912 sous le nom de Néosalvarsan.
03/12/2016 08:14 EST
Creatas via Getty Images

La diphtérie : de garottillo à Balto

Le premier est espagnol, le second, américain. Ces deux termes n'ont aucun lien entre eux si ce n'est une des maladies les plus meurtrières de l'histoire humaine : la diphtérie. Jusqu'à la fin du XIXème siècle, elle formait la plus grande cause de mortalité infantile.
11/11/2016 10:33 EST
PASIEKA via Getty Images

Il était une fois la maladie: le cancer du sein

Le traité chirurgical du papyrus Smith est le plus vieux papyrus médical jamais découvert. Le rouleau qui fait près de 5 mètres de longueur décrit 48 histoires de cas classées anatomiquement de la tête aux pieds. Le cas numéro 45 traite des tumeurs saillantes du sein, le pronostic d'alors : défavorable; et l'indication: ne pas traiter termine le tout. Il faudra plusieurs dizaines de siècles avant d'améliorer cette situation.
07/10/2016 10:46 EDT