profile image

Emmanuel Cree

Chroniqueur sociopathe pour Laplusgrandegueule.com

Emmanuel est un jeune auteur à ses premières armes, un étudiant occasionnel et un militant engagé dans plusieurs causes. Autodidacte et lecteur acharné, il acquiert ses idéaux au travers de quelques voyages formateurs, en Irlande comme fermier bénévole, serveur dans une crêperie en Bretagne et vendeur de sapins à New York. C’est durant le Printemps Érable que la politique et les problématiques sociales sont définitivement devenues ses principales thématiques littéraires.

Auteur de plusieurs nouvelles et courtes histoires mettant en scène les laissés pour compte, les marginaux et autres indésirables de notre société, il publie à titre de chroniqueur pour Laplusgrandegueule, un blogue indépendant où sont débattues différentes problématiques sociales et politiques.
Radio-Canada

Bibi et le Grand Prix

C'est avec une curiosité morbide que je suis passé dans le coin des rues Peel et Crescent durant le Grand Prix. J'avoue sans gêne que ce sport de multimillionnaires, non seulement me répugne, mais m'apparait ridicule. Ceci dit, cette immersion au milieu des clients grisés parcourant les kiosques m'a dressé un portrait douteux et pervers.
15/06/2013 11:01 EDT
Getty Images

La modération a bien mauvais goût

À constater la naissance depuis quelques années de mouvements progressistes un peu partout, à voir l'utilisation astucieuse des réseaux sociaux pour contrer la censure et les mensonges des médias de masse, à admirer la résistance de ces indignés et le soutien qu'ils se témoignent, il n'y pas lieu de se décourager. Non seulement l'espoir persiste, mais peut-être survivrons-nous à la modération de nos idées.
09/06/2013 10:57 EDT
PC

Pour une amie militante

Pour une amie militante, la gronde judiciaire vient de tonner. Accusée de voie de fait sur un policier durant une manifestation - sans toutefois avoir été reconnue coupable, ni condamnée - de sévères conditions lui sont imposées jusqu'à la tenue de son procès. Couvre-feu, interdiction de participer à tout rassemblement déclaré illégal, période probatoire, interdiction de consommer, posséder, transporter, acheter ou fréquenter un lieu où l'on sert de l'alcool. Un cas parmi tant d'autres...
26/05/2013 10:32 EDT
Getty Images

Littérature et anarchisme

Le Salon du livre anarchiste, probablement le seul évènement littéraire qui attire une présence policière, mais surtout l'occasion de mettre à mal des préjugés véhiculés couramment sur un courant politique un brin marginalisé. C'est la perspective de sortir des sentiers battus (et imposés), de ne pas se retrouver avec un autre roman torche-cul affublé d'un Coup de Cœur vendeur, d'entendre un discours différent de celui entretenu à grands frais par les grands Pontes, soucieux de l'adhésion de tous.
24/05/2013 12:10 EDT
QMI

Le scénario policier

N'en déplaise à M. Fukuyama, l'Histoire n'est pas encore finie. La hargne politique et le débat idéologique persistent. Mais si l'on tient encore à faire paraitre le corps policier comme un arbitre impartial dans cette arène, ne changeons surtout pas de réalisateurs ni de scripteurs, car la critique est depuis longtemps conquise...
14/05/2013 11:00 EDT
Agence QMI

Le Diktat des miséreux

Le 1er mai de chaque année, c'est au tour de la majorité de faire part de ses doléances, et ce, sous la bannière des travailleurs. Eux autres, encore, ces ingrats à qui l'ont fourni du travail, rémunéré en plus. 2013 n'y échappe pas, malgré le sourcil indigné des conseils du patronat de ce monde. Ces derniers auront encore à souffrir les complaintes de la manne, cette ingrate sangsue vivant du labeur de ces intrépides entrepreneurs.
05/05/2013 01:42 EDT
Shutterstock

Le déni écologique

Dimanche dernier, 21 avril, quelques dizaines de milliers de personnes déambulent dans les rues de Montréal, célébrant la Journée de la Terre. Le même jour, Radio X Montréal, incarnation du bon goût et de la pensée critique, faisait un pied de nez à l'évènement et aux mauviettes d'écolo-gauchistes du Plateau, ennemies jurées, semble-t-il, des représentants du «vrai monde». On promettait un chandail à l'effigie de la station à qui se présenterait dans un gros char huit cylindres, pour des vrais qui n'ont pas peur de ça, la pollution!
25/04/2013 05:51 EDT
AP

Cachez ce bum que je ne saurais voir...

Ce n'est pas un secret que la population d'itinérants est largement affectée par des troubles mentaux de toutes sortes. Schizophrènes, épileptiques et autistes sont laissés à eux-mêmes; les organismes communautaires, les travailleurs de rue ont beau se démener, la tâche est non seulement lourde, mais elle n'est pas simplifiée par des autorités espérant souvent une solution plus rapide et discrète, pressées qu'elles sont par des acteurs économiques influents.
18/04/2013 06:53 EDT
Radio-Canada

P-6 ou la patate chaude

Pour un gouvernement péquiste se prétendant social-démocrate, renoncer de se mouiller sur la loi municipale P-6, malgré des déclarations dénonciatrices de la Ligue des droits et libertés et de l'Association des juristes progressistes, relève de la mauvaise foi. On se souviendra toutefois que le Parti québécois avait décrié à maintes reprises le projet de loi 78, le dénonçant comme un bâillon à la liberté d'expression, eux qui ont eux-mêmes participé à quelques manifestations sans qu'un itinéraire ait été fourni aux autorités policières et qui ont de fait utilisé cette prise de position comme un argument électoraliste.
13/04/2013 12:24 EDT
Reuters

«<em>The witch is dead...</em>»

Ce n'est pas un sentiment très noble que d'espérer la mort d'un être humain ou s'en réjouir, mais le peu d'empathie que Margaret Thatcher avait pour autrui se reflète aujourd'hui dans la réciprocité de ses détracteurs.Son décès n'atténuera pas les blessures qu'elle a infligées durant son règne à sa propre nation, ni aux victimes de sa politique étrangère. Cela ne renversera pas non plus un système politique et économique génocidaire et suicidaire.
10/04/2013 10:01 EDT
AP

Vent de droite à l'horizon

On rigole jaune-cirrhose dans la zone Euro ces temps-ci. Grosses instabilités économiques, dissensions politiques, inquiétudes sur l'avenir de la monnaie unique et des nations, chômage suffocant, plans d'austérité, etc. Et puis, dans ce bouillon merdique, il y a un ingrédient bien connu qui ressort encore. Dans l'incertitude, dans les périodes troubles, on a ce vilain réflexe de se rattacher aux vieilles traditions, aux vieilles mœurs, et on remet le nationalisme à l'ordre du jour.
06/04/2013 11:12 EDT
PA

Histoire de bar

Il y a deux ou trois ans, un magazine culturel montréalais a publié une rubrique sur les dix tavernes les plus crades en ville, la nôtre y figurait. On y vantait les charmes d'un bar authentique et vieillot, que les modes n'avaient pas bouleversé, que le temps n'avait pas altéré. Merci et félicitations les dénicheurs de trésors! Depuis, c'est plus pareil: les mœurs et us ont changé, les marginaux ont été remplacés par des jeunes branchés en manque d'originalité.
30/03/2013 11:30 EDT
Sh

La jungle libertarienne

S'il est une chose que je reproche à l'État, c'est son autoritarisme, son utilisation de la police comme outil répressif, son peu de préoccupation pour les plus défavorisés, son manque de sévérité à l'endroit des grandes industries, sa répartition schizoïde des richesses, son élitisme, sa corruption, etc. Les libertariens voudraient eux que l'État rende les armes devant la grande entreprise, privatisant la santé, l'éducation; en fait, tout ce sur quoi on peut mettre un signe de piastre! Mais dans ce bordel, qui est-ce qui mettrait un peu d'ordre, s'assurerait qu'il n'y ait pas de collusion, de corruption? Qui veillerait à ce que le marché libre ne dérape pas en une machine à égorger les moutons?
24/03/2013 09:57 EDT
Shutterstock

Les pauvres d'icitte versus les misérables de là-bas

Il est certain que je ne me ferai pas que des amis avec celle-ci, mais qu'importe... Les voyages forment la jeunesse, éduquent, enrichissent l'expérience humaine, nous confrontent à l'inconnu, nous sortent de notre zone de confort, etc. Je ne parle bien évidemment pas du tout compris au Club Med à Santa Banana, du Resort de Cuba ou de l'hôtel cinq étoiles de Londres.
15/03/2013 11:28 EDT
AP

La foi politique

Chaque génération a son aventure politique, et lorsque le parti sur lequel son choix s'est dévolu emprunte le chemin de l'égoïsme, de l'élitisme ou de la banale rhétorique électorale, se présente un dilemme. Il y a chez plusieurs le goût de déserter l'univers politique, de succomber à l'apitoiement comme certains ne se relèvent pas d'une peine amoureuse. Il y a aussi ceux qui voient venir de loin, défrichent mieux la langue de bois, et adaptent leur scrutin selon leur idéologie personnelle; ils ne prennent pas la poussière à chaque fois qu'ils visitent l'urne, conscients des failles du régime électoral.
06/03/2013 04:07 EST
ShutterStock

Justice marchande

Comme dit Chinasky, alter-ego de Bukowsky, dans le film Barfly: «No one suffers like the poors!» Et ma grand-mère d'ajouter, parodiant Michel Foucault: «Qui vole un œuf va en prison, qui vole un bœuf gagne ses élections!»
25/02/2013 04:23 EST
PC

Dérives

La misanthropie est le fruit d'un espoir déçu, ai-je déjà lu quelque part. Un genre de traumatisme « post-écoeurantite aiguë ». Après le visionnement du documentaire Dérives, exposant l'institutionnalisation de la brutalité policière comme méthode d'intimidation politique, majoritairement durant la grève étudiante de 2012, on pourrait en venir à vouloir gerber sur le genre humain, une réaction un poil adolescente.
21/02/2013 11:56 EST
AFP

Gandhi version Full Metal Jacket

Le cynisme est une bête qui se nourrit de peu, une petite relecture de l'histoire et on est rassasié. Rien de mieux qu'un bon film américain à la Il faut sauver le soldat Ryan pour péter un câble et vouloir ligaturer les trompes du Tout-Hollywood. Les clichés ne sont pas que nombreux, ils sont odieux. Les hauts gradés qui envoient un escadron sauver le petit dernier rescapé de quatre frères massacrés en France occupée, les bons Américains qui viennent à la rescousse des Juifs et des opprimés, les Allemands qui sont tous d'horribles salopards; côté nuance, on repassera, tandis que pour l'hypocrisie, un gros bravo!
19/02/2013 06:26 EST