profile image

Anne Sinclair

Directrice éditoriale, Le Huffington Post

Anne Sinclair est la directrice éditoriale du Huffington Post. Elle a produit et présenté pendant 13 ans l'emission 7sur7 sur TF1 puis travaillé successivement à RTL et France Inter. Elle a couvert les élections américaines de 2008 pour Le Journal du Dimanche, ainsi que pour Canal+. Elle a également tenu un blog "Deux ou trois choses vues d'Amérique" et a publié un livre sur l'histoire de sa famille sorti chez Grasset en 2012: 21 rue La Boétie.
AFP

Messieurs les Anglais, vous avez tiré les premiers

Est-ce la fin d'un monde connu ? Personne n'y croyait vraiment à ce Brexit, malgré les alarmes, et pourtant c'est arrivé. Cela fait 43 ans que nous vivions avec elle, beaucoup d'entre nous n'ont jamais connu l'Europe sans la Grande Bretagne. Alors, en vrac quelques réactions émotionnelles, non pas sur l'économie de l'Union qu'on va analyser en abondance, mais sur ce "farewell" qui - ne nous rassurons pas à bon compte - n'est pas un au revoir mais un adieu.
24/06/2016 06:39 EDT
ASSOCIATED PRESS

L'histoire est définitivement tragique

Il y a un moment où les hommes prennent la dimension de leur destin : celui qui vient de vivre une «annus horribilis», le Président qui tente désespérément de coaliser autour de la France une union à laquelle il vient de se convertir, est désormais un homme qui sait qu'elle est bien mince, la frontière entre l'ordinaire et le tragique, entre le côté paisible et le côté obscur de la force.
29/11/2015 01:54 EST
AFP

Après

(Re)vivre. Le mot est sur toutes les lèvres, dans tous les verres levés entre République et Canal Saint-Martin, comme autant de défis à la peur, au chagrin, au choc. Toute la semaine s'est passée entre sidération, travail et tendresse. Pour les proches-qui-auraient-pu-y-être, pour les amis auxquels on ne dit pas assez qu'on les aime.
23/11/2015 11:32 EST
AFP

Matin de guerre, Jour 4

ATTENTATS - Ce dernier jour de deuil national restera marqué par les premières mesures vraiment martiales. Par ce qu'il en est fini, de fait, avec le vieil idéal d'une gauche qui, dans l'imaginaire populaire, a laissé longtemps à la droite la revendication de la sûreté des citoyens. Qu'on est loin de la fameuse loi Peyrefitte dite "Sécurité et Liberté" tant combattue avant 1981 !
17/11/2015 02:59 EST
KENZO TRIBOUILLARD via Getty Images

Matin de guerre, Jour 3

On est lundi, l'école, le travail. Tout devrait être normal, sauf que rien ne l'est. D'autres noms s'impriment dans notre mémoire: après ceux des frères Kouachi, ceux des frères Abdeslam. Après la filière des Buttes Chaumont, celle de Molenbeek en Belgique. Pour tenter de comprendre, les mêmes experts, et les mêmes mises en garde qu'en janvier: «le terrorisme peut encore frapper», disait Valls encore une fois ce matin. Mais on ne retrouve pas, loin de là, le même esprit de concorde. L'esprit du 16 novembre n'est pas celui du 11 janvier.
16/11/2015 09:59 EST
ASSOCIATED PRESS

Matin de guerre, J+ 2

Le temps pleurait lui aussi hier. Pour la première fois depuis des jours et des jours, le ciel était sombre et le vent était froid. La journée s'est écoulée entre le cauchemar de la nuit et l'hébétude du réveil.
15/11/2015 08:17 EST
Reuters

Matin de guerre

Les pensées se bousculent, se mélangent, confuses, personnelles, collectives. Et pour finir, une goutte d'espoir infime dans une mare de sang. S'assurer qu'aucun enfant ou ami n'était dans les parages, et rassurer les amis qui appellent de partout, tant la planète est une, tant l'information n'a plus ni frontières, ni délai.
14/11/2015 07:45 EST
ASSOCIATED PRESS

Marche républicaine: l'espace d'un matin?

Mais que se passera-t-il demain ? Craignons les célébrations sans suite et les désillusions après l'euphorie. Dans un autre registre, celui de la joie partagée et non celui du deuil, la foule des Champs Elysées en juillet 1998, glorifiant sa jeunesse Black-blanc-beur lors de la victoire de la Coupe du Monde de football, devait aussi annoncer des lendemains qui chantent.
12/01/2015 11:23 EST
AFP

Pour Cabu, Charb, Wolinski et tous les autres...

Des amis sont morts. Des signatures familières ne sont plus, victimes d'une barbarie indicible. Des hommes ont été liquidés. Abattus comme des chiens, comme on n'oserait pas abattre des chiens. Un journal décapité. Pas n'importe quand: le jour de la réunion de rédaction dont les assassins étaient visiblement avertis. Et pas n'importe quel journal.
07/01/2015 11:59 EST

Dégoût - Anne Sinclair

Mais comme le personnage de Simone dans le film "Welcome to New York" prétend me représenter, je veux seulement dire ici mon dégoût.
18/05/2014 09:14 EDT
AFP

Joyeux (?) anniversaire

On cherche l'épaisseur, on voit les atermoiements, on cherche l'audace, on voit le refus du conflit, on cherche l'autorité, et on voit un certain désordre dans la majorité comme au gouvernement. Les Français aiment les chefs, Bonaparte à Arcole, de Gaulle à Alger, Mitterrand au Bundestag, qui les emballe, les fasse vibrer, leur parle de la France, leur montre une vision, leur dise surtout où nous allons. Sarkozy avait abusé des coups de menton qui le rendaient peu crédible. Hollande, avec son air plus notarial que martial, peine à rassurer des Français désabusés et inquiets comme jamais.
06/05/2013 10:16 EDT
PC

Investiture d'Obama: je me souviens du 20 janvier 2009

Il faisait froid à pierre fendre dans les rues de Washington ce jour-là. Tous les habitants de la ville (à 90% démocrates) et tous ceux qui s'y étaient rendus pour l'événement (beaucoup de maisons débordaient de parents venant des quatre coins des USA et même d'amis ayant fait le voyage de l'étranger) partirent tôt à pied vers le Mall, le parc national du centre-ville de Washington.
21/01/2013 10:24 EST
AP

Les deux habits de François Hollande

Dans le conte d'Andersen, le roi est nu et seul un enfant ose le dire. L'image fut reprise de multiples fois, (notamment par Simon Leys dans Les Habits neufs du Président Mao) et figure dans le langage courant pour signifier une imposture que personne n'ose énoncer, mais que l'évidence finit par faire éclater. Il en va tout au contraire pour le président François Hollande qui est aujourd'hui revêtu de deux habits différents, visibles par tous, mais regardés différemment.
14/01/2013 10:00 EST

Chronique d'un massacre annoncé

Après l'épouvantable massacre de Newtown dans le Connecticut ce vendredi, l'un des plus atroces commis dans un établissement scolaire aux Etats-Unis, les larmes essuyées par Obama au coin des yeux, loin de m'émouvoir, m'ont indignée, comme la marque de la plus grande hypocrisie qui soit. On savait en effet qu'une tuerie semblable ou pire se reproduirait sur le sol américain.
17/12/2012 09:37 EST
Four More Years

Four more years!

On peut déjà tirer des leçons et de la victoire d'Obama et de la campagne interminable qui s'achève. La première leçon à tirer, c'est que la crise n'est pas une fatalité. Il est le seul dirigeant occidental confronté à la grande débâcle économique et financière de ce début de siècle qui ait résisté. Souvenez-vous des premiers G8 ou G20 de l'ère Obama : Sarkozy, Zapatero, Berlusconi, Gordon Brown étaient autour de la table. Le seul qui se maintienne hors de l'eau, c'est Obama. Et cela amplifie encore sa victoire. Superman sort abîmé, quelques habits en lambeaux, mais vainqueur.
07/11/2012 01:00 EST
AP

Le prochain président des États-Unis

Il sera probablement le même que le précédent, illustrant cette drôle d'Amérique. Violente et consensuelle à la fois. Capable de brutalité et d'outrance, mais aussi d'Union nationale, n'aimant rien tant que montrer à la face du monde que l'Amérique est soudée face à l'adversité. Tout est excessif aux Etats-Unis, à commencer par le déchaînement des éléments: l'ouragan Sandy qui a frappé le Nord-Est des USA est sans précédent. Les éléments ne sont pas seuls à porter des coups à l'Amérique. Les faits divers eux aussi sont hors normes, causés par des déséquilibrés utilisant les armes à feu tellement protégées par le Deuxième Amendement.
05/11/2012 10:22 EST
AFP

Nous sommes tous des Prix Nobel

Si on prenait conscience que tous ensemble nous sommes aussi puissants que les États-Unis, que, demain, face à un bloc constitué de l'Amérique du Nord et du Centre, un autre de l'Amérique Latine autour du Brésil, un bloc indien, un autre chinois, sans parler du Japon, de la Corée, ou de l'Indonésie, il faut qu'une Europe de cinq cents millions d'habitants, superbe puissance industrielle, monument culturel refusant son déclin, s'unisse pour le meilleur pour peser sur la marche du monde ?
15/10/2012 09:57 EDT