profile image

Abdennour Bidar

Philosophe spécialiste des évolutions contemporaines de l'islam et des théories de la sécularisation et post-sécularisation

Abdennour Bidar, 43 ans, docteur en philosophie, agrégé de philosophie, normalien, français issu d'une famille de convertis à l'islam par le soufisme (mystique islamique), spécialiste des évolutions de l'islam contemporain et des théories de la sécularisation, auteur à ce sujet de nombreux essais : Un islam pour notre temps (Seuil, Paris, 2004), Self Islam, Histoire d'un islam personnel (Seuil, Paris, 2006), L'islam sans soumission, Pour un existentialisme musulman (Albin Michel, Paris, 2008), L'islam face à la mort de Dieu, Actualité de Mohammed Iqbal (François Bourin, Paris, 2010), Comment sortir de la religion ? (La Découverte, Paris, 2012). Dans ces ouvrages ainsi que dans ses articles (revues Esprit, Diogène/Unesco), il passe la tradition théologique de l'islam au crible des valeurs modernes des Droits de l'Homme et reconstruit les fondements d'un islam libéral pleinement compatible avec celles-ci. Il entreprend simultanément une critique des impasses de la modernité venue d'Occident, en proposant des pistes pour sortir de la situation de "désenchantement du monde" où cette modernité a abouti. A cet égard, il a fait la théorie d'une "désoccidentalisation" des conceptions de la "sortie de la religion", et donc d'une post-sécularisation dans laquelle les autres grandes civilisations ont leur mot à dire pour interpréter le sens de cette "sortie de la religion" - il montre ainsi comment l'islam, de façon inattendue ici en Occident, peut contribuer à repenser ce processus pour lui donner peut-être de nouveaux horizons de sens et d'espérance. Parmi ces horizons, il tente notamment d'élaborer les fondements de ce qu'il nomme "un humanisme partageable entre Orient et Occident", thème récurrent de ses livres. Son dernier ouvrage, Histoire de l'humanisme en Occident (Armand Colin, Paris, 2014), interroge dans cette logique les grandes matrices de l'humanisme occidental (monothéismes, antiquité, Renaissance, Lumières) et s'interroge sur ce qu'il en reste aujourd'hui qui pourrait être mobilisé dans le cadre d'un dialogue sur le sujet entre les différentes civilisations de la planète. Après avoir enseigné la philosophie et la pensée critique de l'islam pendant plusieurs années dans l'enseignement supérieur français (classes préparatoires aux grandes écoles, université de Nice, sciences Po Paris), il est chargé par le ministère de l'éducation nationale, depuis 2011, d'une mission de construction d'une « pédagogie de la laïcité » au service du « vivre ensemble », de l'expression et de la conciliation des libertés et identités personnelles. Son expertise sur l'islam lui a valu d'être nommé en 2013, par le président de la République François Hollande, membre de l'observatoire national de la laïcité comme personnalité qualifiée.
ASSOCIATED PRESS

Lettre ouverte au monde musulman

D'où viennent les crimes de ce soi-disant «État islamique»? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps
15/10/2014 10:58 EDT