LES BLOGUES

Bonne fête de l'indépendance au Kosovo

21/02/2016 09:45 EST | Actualisé 21/02/2017 05:12 EST

Le Kosovo a été proclamé pays indépendant le 17 février 2008. Depuis, 111 pays l'ont reconnu officiellement, dont 22 pays de l'Union européenne et 24 de l'OTAN. Cela reste une grande victoire pour le peuple kosovar, qui a tant souffert sous le régime impitoyable du «boucher des Balkans», Slobodan Milosevic.

Lors de la guerre qui s'est déroulée entre mars 1998 et juin 1999, des centaines de milliers de civils kosovars ont été déportés de leurs territoires. La plupart d'entre eux ont trouvé refuge en Albanie, le temps de la guerre. Les visages meurtris d'enfants, de femmes, d'hommes et de grands-parents ont marqué à jamais les esprits des Albanais et des alliés du peuple kosovar, l'OTAN.

Ces derniers, constatant les crimes acharnés ordonnés par Milosevic envers les civils qui étaient dans l'incapacité de se défendre, ont alors décidé d'intervenir entre mars et juin 1999. Les forces alliées de l'OTAN ont réussi à mettre fin à l'hémorragie causée par la soif de pouvoir d'un criminel de guerre qui avait déjà laissé son empreinte en Croatie (1990-1995) et en Bosnie-Herzégovine (1992-1995).

De ce fait, en juin 1999, à travers la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité, le Kosovo passe sous administration des Nations unies, et cela jusqu'en février 2008. Le 17 février 2008, les politiques kosovars, réunis lors d'une session extraordinaire au Parlement, décident unanimement de proclamer l'indépendance de Kosovo. Le président du Parlement de l'époque - Jakup Krasniqi - déclarait : «À partir de maintenant, le Kosovo a changé de position politique. Nous sommes désormais un État indépendant, libre et souverain».

Le Kosovo est une république jeune qui se reconstruit lentement. Les tensions entre les leaders (partis) politiques n'ont pas épargné le pays depuis son indépendance. Peut-être que le manque d'expérience, la soif du pouvoir et l'occupation de postes clés dans les plus hautes institutions politiques y sont pour quelque chose. Pour cette huitième année d'indépendance, la classe politique kosovare semblerait être dans la discorde totale en raison d'un accord réalisé auprès de l'Union européenne, qui permettrait la «normalisation» des relations avec la Serbie afin de mettre en place une association des municipalités serbes au Kosovo.

Cet accord semblerait n'être pas clair et permettrait en réalité à la Serbie d'être influente au Kosovo.

De ce fait, il semblerait plus que nécessaire que les leaders politiques du Kosovo mesurent l'impact de leurs décisions, qui ont un effet direct sur l'avenir du pays et, donc, de leurs citoyens. Les mésententes entre le gouvernement et l'opposition nécessitent d'être résolues autour du dialogue, plutôt qu'à travers les violences.

Le Kosovo aspire à devenir membre de l'Union européenne. Il est déjà membre du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), et de la Banque de développement du Conseil de l'Europe. C'est un pays qui a une population très jeune. Sa classe politique pourrait justement faire d'avantage confiance à ses jeunes, qui sont un atout pour l'avenir et le développement du pays.

Malgré ces tensions politiques, bonne fête de l'indépendance à l'ensemble du peuple kosovar, au Kosovo et dans la diaspora.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les désirs d'indépendance dans le monde

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter