RECEVEZ LES NOUVELLES DE Audrey Akoun
 
RECEVEZ LES NOUVELLES DE Isabelle Pailleau
 

3 conseils pour favoriser l'estime de soi chez l'enfant

Publication: 20/09/2013 09:09

Ce billet a précédemment été publié sur le blog La Fabrique à Bonheurs

L'estime de soi... Tout le monde est d'accord pour dire qu'elle est essentielle mais savons-nous exactement ce que c'est? Et comment la favoriser chez nos enfants?

Nous sommes, en général, plus à l'aise avec le concept de "confiance en soi". Qu'il s'agisse de la confiance en soi ou de l'estime de soi, nous les connaissons surtout par leur absence: "Mon enfant n'a pas confiance en lui" "Ma fille n'est pas sûre d'elle" "Il manque de volonté" "Elle se trouve nulle " tant de petites phrases qui caractérisent une faible estime de soi et une faible confiance en soi.

L'estime de soi peut être définie comme le sentiment intime qu'a une personne de sa valeur et de sa capacité à être aimable (dans le sens d'être aimée).

La confiance en soi découle de l'estime et correspond au sentiment d'avoir la capacité à répondre avec succès aux exigences et se débrouiller, d'adapter, réussir ce que l'on entreprend. Un enfant qui a une bonne estime de soi sait qu'il est capable et fiable.

Vous ne savez pas si votre enfant a une estime de soi élevée ou faible? Voyez comment votre enfant évalue ses propres capacités. Si votre enfant est enclin à dire "je ne peux pas le faire, c'est trop dur", et d'abandonner, ou s'il évite défis, alors vous êtes probablement face à un problème d'estime de soi.

Si votre enfant est constamment en train de dire des choses comme "je n'ai pas d'amis" ou "tout le monde est meilleur que moi", alors il peut souffrir d'une faible estime de soi.

Gardez à l'esprit que tous les enfants -et les adultes- ont des sentiments comme cela parfois. Mais si ces sentiments et ces pensées se produisent assez fréquemment, et engendrent de la douleur et de la détresse, alors vous aurez envie d'aider votre enfant à reconstruire son estime de soi. Construire l'estime de soi commence tôt, mais c'est un long processus.

Que pouvez-vous faire pour construire l'estime de soi de votre enfant? Voici quelques idées qui peuvent fonctionner.

Reconnaître sa valeur et ses compétences

"Faut pas trop lui dire qu'il/elle est intelligent, car aprèsil/elle va prendre la grosse tête." Qui n'a jamais entendu cette petite phrase? En réalité, cela dépend de la manière dont vous valorisez votre enfant. Evitez les faux éloges, ou la surenchère de compliments. Si un enfant n'a clairement pas de talent dans l'art, ne dîtes pas que c'est un futur Picasso.

Ensuite, ne félicitez pas seulement pour les résultats. N'oubliez pas de valoriser l'effort et le travail que votre enfant a fourni pour arriver au résultat. Car même si les résultats ne sont pas top, reconnaitre l'effort et les progrès (même si votre enfant passe de 7/20 à 9/20 en maths) va aider votre enfant à garder une bonne image de lui et l'encourager à poursuivre ses efforts; efforts qui déboucheront surement sur une plus grande réussite.

Valoriser les comportements " Whouaa! Je trouve ça tellement gentil que tu aies aidé ta soeur" "J'ai vu tout les efforts que tu as fait pour préparer ton contrôle et je suis fière de ta persévérance!" plutôt que sa personne pour éviter à l'inverse de le dénigrer et de le rabaisser quand il adopte des comportements négatifs. Il n'y a rien de pire pour l'estime de soi que les jugements de valeur tels que "tu es égoïste" "tu es trop feignante!" "tu es méchant ". Ces jugements rabaissent votre enfant et l'enferment dans une définition négative de lui-même. À la place,vous pouvez dire: "Tu n'as pas voulu prêter ton jouet. C'est important d'être généreux et de partager. je sais que c'est difficile mais je vais t'aider à y arriver. La prochaine fois, je te demande de partager tes jeux." ou encore "Je vois bien que tu n'arrives pas à travailler et que tu manques de motivation. Voyons comment nous pouvons t'aider à t'y mettre." "Tu as mordu ton camarade de classe. C'est interdit car ça fait très mal. Je veux que tu arrêtes de faire ça car c'est mauvais pour toi. Voyons ce que tu pourrais faire pour exprimer ta colère différemment." Vous avez compris le principe?

Mais rappelez-vous -l'éloge n'est ni bon ni mauvais. Ce qui importe est de savoir comment la louange est livrée et à quelle fréquence. Pas trop de louanges sans fondements et surtout pas de paroles dénigrantes et dévalorisantes.

Encourager la curiosité

En tant que parent, vous avez la possibilité d'encourager la curiosité de votre enfant. Les enfants sont naturellement curieux. C'est pourquoi les très jeunes enfants posent la question "pourquoi?" tellement souvent. Et c'est merveilleux de voir ce petit être explorer le vaste monde. Sauf qu'au bout du 12549ème "pourquoi?", nous sommes tentés de couper court à l'exploration car il faut avouer que c'est un peu agaçant quand même.

Quand nous répondons à leurs questions avec sarcasme ou par un "parce que c'est comme ça " systématique, nous risquons de diminuer leur intérêt et le plaisir dans la découverte du monde. Avec ce genre de réaction, notre enfant peut penser que son intérêt n'a pas assez de valeur ou être blessé car il pensera qu'il n'est pas intéressant. Idem pour les parents qui ont la réponse à tout et apparaissent comme les détenteurs du savoir universel; ce qui peut filer des complexes à votre bambin et le couper de sa capacité à se questionner.

Ce qu'on en dit: "La curiosité est un merveilleux défaut". Encouragez-le à poser des questions. Plutôt que de répondre systématiquement, posez lui la question: "Et toi, qu'en penses-tu?".

Réhabiliter le droit à l'erreur

L'estime de soi de votre enfant dépend directement de la façon dont vous considérez les erreurs (les siennes, les vôtres). Si vous êtes plutôt du genre perfectionniste, que vous êtes très perméable à la pression de la société et au pessimisme ambiant sur l'avenir, il y a de fortes chances que vous ne laissiez pas trop le droit à votre enfant de se tromper.

Vous serez vite agacé s'il n'arrive pas à faire ses exercices du premier coup, à lacer ses chaussures en un temps record etc.Si vous lui sautez dessus à chaque erreur et portez un jugement négatif, votre enfant va être atteint dans sa confiance en sa capacité à "bien faire". Il aura, dès lors, beaucoup de mal à vouloir retenter l'expérience de peur d'échouer à nouveau et de se faire gronder. Autant que possible, abstenez-vous de déterrer les erreurs du passé. Quand un enfant fait une erreur, concentrez-vous sur la façon d'y réagir correctement. Posez des questions comme "Qu'est-ce qui s'est passé là? Que penses-tu que tu pourrais faire différemment la prochaine fois? "

Créez un lien bienveillant avec votre enfant et encouragez-le à se servir de ses erreurs comme tremplin pour mieux faire la prochaine. Sachant qu'on peut toujours réparer ses erreurs et que l'apprentissage de la vie passe par l'essai, l'erreur et l'ajustement. Montrez-lui également qu'il vous arrive de vous tromper et sachez demander pardon. Vous êtes son meilleur exemple. Un enfant qui sait qu'il a le droit de se tromper et que ce n'est pas la fin du monde aura envie de tenter plein de choses nouvelles et persévérera plus facilement dans les efforts. C'est la base d'une bonne estime et d'une bonne confiance.

Et vous? Vous vous situez où question estime et confiance? Les parents sont les modèles pendant longtemps de leur enfant. Si vous affichez une bonne estime et une bonne confiance, que vous êtes optimiste et humble, votre enfant verra que c'est possible!

Loading Slideshow...
  • Leur poser les bonnes questions

    Essayez de formuler les demandes d’une manière qui les pousse à vous en dire un peu plus. Par exemple, «Avec qui as-tu joué à la récréation aujourd’hui?»

  • Passer du temps ensemble

    Le meilleur moment pour leur poser des questions, c’est peut-être lorsque vous faites des activités ensemble, par exemple durant une marche ou lorsque vous faites un bricolage.

  • Demander aux enfants de tenir un journal

    Les enfants plus vieux aimeront peut-être avoir un cahier où ils pourront écrire quelques lignes chaque jour sur leur temps passé à l’école.

  • En faire un jeu

    Par exemple, vous pouvez leur raconter trois anecdotes de votre journée, incluant une qui est fausse. Les enfants doivent deviner laquelle, puis faire de même.

  • Faire de l’écoute active

    Soyez à l’affût de petits commentaires que vos enfants pourraient faire ici et là, sur les enseignants ou d'autres élèves. Il pourrait s’agir là d’un point de départ pour une conversation.

 
Suivre Le HuffPost Québec