LES BLOGUES

Le sommeil des Lions

20/07/2014 08:20 EDT | Actualisé 19/09/2014 05:12 EDT

Il y a quelques années, il était courant de parler de dragons en matière de pays (du Sud-Est asiatique notamment) à fort taux de croissance et par extension des fleurons qui assuraient cette réussite. J'utilise cette métaphore aujourd'hui et je la mets au gout du jour des réalités africaines pour parler d'un phénomène courant dans les diasporas : la mise en sommeil d'entreprises ethniques.

Le cas est fréquent.

Miné par les contraintes financières à l'issu de son immigration ou de ses études, on met l'emphase sur la recherche d'emploi dans un premier temps. Puis lorsque cette ressource demeure inaccessible, on se retourne vers l'entrepreneuriat pour vivre l'espoir de l'autonomie financière. Cela se fait donc dans l'urgence et sans réelle vocation ni préparation. C'est la première cause de ce qui va entraîner une baisse de motivation ultérieure.

La vie d'entrepreneur est marquée par d'innombrables obstacles qui demandent soit une grande abnégation soit un moral à toute épreuve. Aux barrières classiques à l'entrepreneuriat ethnique que sont le faible accès au financement, viennent s'ajouter à une idée de départ qui n'a pas assez tenu compte des réalités du terrain. Le manque de réalisme initial est le deuxième facteur de mise en sommeil d'une activité commerciale.

Tout au long du processus qui vise à s'établir en tant qu'entrepreneur à part entière, on reste en contact avec le monde professionnel et les opportunités que l'on pourrait saisir. On lorgne voire postule en parallèle pour laisser le destin choisir pour nous. N'ayant pas un intérêt marqué pour le métier d'entrepreneurs certains décident d'arrêter leur rêve une fois qu'une ouverture se crée au niveau de l'emploi. Après tout pourquoi avoir tant étudié pour finir entrepreneur? Ou encore combien de temps faudra-t-il patienter pour être suffisamment stable pour se permettre l'hypothèque tant rêvée? Cette fois-ci c'est, je le pense, le manque d'engagement et de vision qui est à blâmer.

Enfin, ceux qui ont la ferme détermination d'entreprendre, lorsqu'ils se lancent, butent aussi sur des moments de soudure (« sous durs ») très éprouvants entre deux contrats. Le recours à divers produits de crédit fait prendre des risques importants et mène à long terme à la case départ du marché de l'emploi pour effacer l'ardoise. C'est ici la contrainte du terrain qui est à montrer du doigt.

Que faire alors?

Rien! Déçu? Cela peut en effet vu comme un processus de sélection naturelle où seuls les plus motivés et besogneux arrivent au succès. On a en effet un nombre important d'intentions d'entreprendre, puis un nombre de créations d'entreprise moindre, puis moins d'entreprises qui tiennent un an ou même trois, etc. Certains analystes se servent alors de ces chiffres pour se questionner sur la capacité des communautés noires (les autres étant mieux loties du fait de leur solidarité) à montrer une ferme culture des affaires. Pour ma part je pense qu'il est possible d'améliorer ces chiffres et de réveiller ces Lions dont a besoin dans la communauté noire. Il me semble clair que cette communauté doit se résoudre inexorablement à faire preuve de réalisme et gagner en professionnalisme (on y reviendra). L'informel est notre force, mais celle-ci peut être décuplée en codifiant certains aspects de nos pratiques naturelles.

Des solutions?

Il n'est pas honteux de recourir à l'emploi en tant qu'entrepreneur ethnique c'est la source de financement la plus simple lorsque l'on sait faire des économies. Le défi sera de garder une activité à la structure créée. Par exemple travailler dans son projet d'affaires les soirs ou la fin de semaine pour continuer de croître son portfolio. Autres solutions les prestations ponctuelles qui permettent de cibler certains clients et d'avoir un impact important lorsque l'on optimise la visibilité de chacune de nos actions. En somme, capitalisez en efficacité par des contrats à grands impacts lorsque vous ne pouvez pas avoir d'activité régulière. C'est donc concentrer les gains et la visibilité qui permettra à votre Lion de rester menaçant et de rugir un jour lorsque vous serez prêt à régner sur votre partie de savane...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Des bureaux pour vous donner envie de travailler


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?