Arielle Grenier

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Arielle Grenier
 

La démocratie étudiante à coups de akis sac et bombes puantes

Publication: 21/04/2012 10:19

Cette semaine, le cours de « forces et comportements politiques » n'a pas pu se donner aux élèves de l'Université de Montréal. Bien loin de moi l'envie de critiquer le professeur, que j'ai d'ailleurs beaucoup apprécié, ce sont les élèves qui sont à critiquer aujourd'hui. Le monde de Facebook est une mine d'informations assez croustillantes! Tout le monde connaît bien les conséquences de ce monde virtuel : le partage d'informations ou la signature électronique peuvent parfois être très révélateurs sur les intentions réelles.

Le 12 avril dernier, un étudiant a demandé à l'AÉSPIUM s'ils prévoyaient continuer à piqueter les cours malgré l'injonction. Nommons-le Ulice. Plus d'une centaine de commentaires découlent de ce commentaire, mais ce qui est réellement inquiétant, ce sont les commentaires des « grévisssses ». Un membre ayant comme photo profile un carré rouge lui a dit « oui, mais se sera du piquetage symbolique et tu vas voir qu'on va jouer assez limite sur l'injonction, on a toujours le droit d'être en grève et de manifester et de faire beaucoup de bruit pour être entendu ». (Les fautes d'orthographe sont conservées, car il est vrai que personne ne voudrait avoir là un cas de mauvaise transmission de l'information).

Qu'en est-il de ce jeu de « limites » annoncé de la part de l'étudiant? Et bien chers lecteurs, la limite s'inscrivait dans la catégorie jeux de cours de récréation, révision de l'hymne national du Canada et de la Marseillaise, vérification du système d'alarme d'incendie, tapage de bureau tout en criant tels des singes et finalement, l'auto applaudissement indiquant qu'ils sont les maîtres absolus du corridor. Vous êtes mes étudiants préférés, mais le camp de jour débute après l'école primaire, pas au milieu d'une institution qui compte des étudiants matures et adultes. Comme dirait ma grand-mère, le département des conneries publiques n'est pas encore ouvert. Petite remarque de la part de ceux qui vous ont entendu chanter l'hymne national . . . Vous ne connaissez pas les paroles, tout comme vous ne connaissez pas la loi, sauf si bien entendu vous ignorez les deux pour faire passer votre message.

Suite à toutes ces perturbations dignes d'enfants chialant à l'épicerie parce que maman ne veut pas acheter de sucre, le professeur a annulé la classe. Petite erreur de sa part, il n'a pas pu demander aux élèves de quitter la classe parce que ceux-ci étaient trop nombreux et que les conditions ne permettaient pas la tenue du cours. Malgré la présence policière, plusieurs élèves ont tiré les alarmes de feu défiant ainsi la classe au complet et la sécurité. Lorsque Marie-Ève Pelletier, étudiante en sciences politiques à l'Université de Montréal, s'est dirigée pour aller se plaindre au directeur de son département une jeune femme bien pacifique s'est mise à l'insulter et à la menacer. Selon cette dernière, les étudiants privés de leur éducation par la force et la violence doivent respecter les membres de leur association étudiante. Vraiment? Qui respecterait un tyran au nom du plus grand nombre? Non, mais qui de sensé peut encore faire des bêtises de la sorte?

Vous savez, dans ce débat nous essayons tous de respecter les autres. D'ailleurs, chers étudiants de sciences politiques, vous devez certainement vous souvenir de la définition très simple de la liberté civile? « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. » Cependant, pendant l'un des cours d'aujourd'hui vous vous êtes clairement attaqués aux élèves en lançant des bombes puantes à travers la classe. Ce n'était pas vous qui trouviez que la brutalité policière c'était épouvantable? Pourtant, ce sont vous chers étudiants qui lancez des bombes à travers les cours, qui chantez pour perturber volontairement et qui n'avez aucun respect des droits d'autrui.

N'oublions pas que la semaine dernière, plusieurs étudiants se sont adonnés au défoncement des portes du pavillon Roger-Gaudry à coup de bélier. Je vous pose la question suivante : êtes-vous passé de la CLASSE à la CASSE?

 
Suivre Le HuffPost Québec