RECEVEZ LES NOUVELLES DE Arianna Huffington
 

¡Hola! El Huffington Post est né!

Publication: 06/06/2012 20:34

MADRID - ¡Hola! Je suis fière d'annoncer le lancement du site El Huffington Post, en partenariat avec le quotidien El País. Cette édition nationale offrira la même variété de reportages, de billets de blogue et de commentaires qui a établi la réputation de l'édition américaine, et saura tirer profit de l'expertise acquise par El País depuis plus de trente ans.

El Huffington Post sera un site enraciné dans la culture espagnole et dirigé par des Espagnols. Tout comme son pays hôte, ce site aura une saveur distincte et offrira un regard unique sur le monde. Sa parution survient à un moment crucial, car les événements qui ont lieu en Espagne ces jours-ci pourraient avoir des conséquences insoupçonnées sur le reste de l'Europe et de la planète.

La directrice de cette édition espagnole est Montserrat Dominguez, que la plupart des gens surnomment Montse. J'ai rencontré cette femme pour la première fois un dimanche matin, à l'occasion d'une entrevue radiophonique à l'émission A vivir que son dos días, qu'elle anime sur la chaîne SER. J'ai été immédiatement conquise par son intelligence, son entregent et sa passion pour le reportage.

El Huffington Post sera à la fois un organe de presse classique et une plateforme d'échange qui assurera le rayonnement des peuples et des cultures propres à l'Espagne. Une raison supplémentaire d'avoir uni nos forces à El País et au groupe PRISA est leur engagement indéfectible envers la démocratie et la liberté d'expression. Ensemble, nous allons non seulement aborder les sujets les plus pertinents, mais aussi laisser le public raconter sa propre version des faits.

Comme l'a si bien dit Alan Solomont, ambassadeur des États-Unis en Espagne, «la participation citoyenne n'est pas un luxe, mais plutôt un élément essentiel d'une démocratie en santé.» El Huffington Post entend devenir un rouage important de cette participation populaire, en conformité avec les principes fondateurs de la maison mère adoptés en 2005. Sur un ton plus imagé, nous souhaitons publier les discussions qui ont lieu autour de la distributrice de café - peu importe leur sujet.

Le timing ne pouvait être meilleur pour lancer cette nouvelle édition. En effet, l'Espagne doit faire face à des défis majeurs. Une crise économique sans précédent a fait grimper le taux de chômage à 24%, un score que l'Amérique a connu à l'époque de la Grande dépression. Pas moins de 50% des jeunes de 16 à 24 ans sont à la recherche d'un emploi. Selon Jonathan Blitzer, «cette génération est la plus qualifiée de toute l'histoire du pays. Et pourtant, ses membres sont les premiers depuis la guerre civile à souffrir de perspectives d'emploi aussi défavorables.»

Au moment d'écrire ces lignes, le système bancaire espagnol est en train d'imploser. Les PME sont incapables de contracter des prêts, ce qui freine la création d'emplois et anéantit les espoirs des chômeurs. Bon nombre d'entre eux doivent s'exiler pour travailler, à tel point que la proportion d'Espagnols vivant à l'étranger atteint maintenant 23%. Le pays souffre donc d'une « fuite des cerveaux » et d'un déficit entrepreneurial criant.

Le journal El País est même allé jusqu'à se demander si la «marque de commerce» de l'Espagne n'était pas en train de disparaître. À l'instar du pays qui m'a vu naître, c'est-à-dire la Grèce, l'Espagne souffre d'une crise d'identité profonde. Le correspondant du New York Times Raphael Minder prétend que « l'optimisme y disparaît rapidement ». Pour ne pas être alarmiste, je dirais que la fierté nationale a besoin d'un nouvel élan.

Sans ignorer les problèmes du pays, El Huffington Post va porter une attention particulière à ses nombreux atouts. L'Espagne dispose d'un fort capital de créativité et d'empathie. Il ne lui manque que les emplois. Comme le suggérait le chercheur José Ignacio Torreblanca la semaine dernière, il s'agit maintenant de rebâtir la confiance en ses institutions, et de faire place à l'initiative de ses citoyens. Si l'Espagne a la mine basse, comme le prétend El País, et bien il faut parier sur les personnes capables de la transformer.

En lisant les premiers articles de notre édition espagnole, vous en saurez plus sur les œuvres caritatives du club de soccer Real Madrid, qui a établi des programmes d'athlétisme dans les banlieues défavorisées de la capitale. Vous ferez connaissance avec les citoyens de Higuera la Serena, un village qui s'est retrouvé sans le sou au début de l'année. Leur bénévolat a permis de préserver certains services municipaux comme le nettoyage des rues et la garde des enfants. Chaque dimanche, plus de 80 personnes s'y réunissent pour effectuer diverses tâches, avant de prendre le repas du midi en commun.

Les entrepreneurs sociaux ne sont pas en reste, puisqu'ils déploient des trésors d'imagination pour répondre aux besoins de leurs concitoyens. Vous ferez ainsi la connaissance de Cristóbal Colón, fondateur de La Fageda, une ferme laitière catalane dirigée par des personnes atteintes de déficience intellectuelle. Vous ferez également la connaissance de Jerónimo Aguado Martínez, fondateur de l'Université Paulo Freire, qui offre des programmes de formation aux personnes vivant loin des grands centres. Son initiative permet de freiner l'exode rural, à une époque où les Espagnols ont tendance à s'entasser dans des villes surpeuplées. Enfin, il sera question d'Antonio García Domínguez, fondateur de l'Association des hommes pour l'égalité des genres (AHIGE), pour qui la gent masculine n'a rien à craindre de l'émancipation des femmes.

El Huffington Post va bien entendu couvrir toute l'actualité culturelle espagnole, qu'il s'agisse d'architecture, de littérature, de cinéma, de sport, de musique ou de gastronomie. Quelques faits divers viendront pimenter le tout. Je pense notamment au fastueux et controversé voyage de chasse à l'éléphant du roi Juan Carlos. Je pense aussi aux joueurs de l'équipe nationale de soccer, qui devaient être privés de Twitter durant l'Euro 2012. Bref, il y aura de la place pour les échanges vigoureux si typiques de l'identité espagnole.

En tant que directrice, Montserrat Dominguez vous fera bénéficier d'une grande expertise acquise à l'Agence EFE, Canal +, Antena 3 et Tele 5 - sans oublier la Cadena SER, dont elle anime la principale émission du week-end depuis cinq ans. En outre, Mme Dominguez écrit régulièrement dans La Vanguardia à titre d'analyste politique, et occupe le poste de vice-présidente de l'Association des journalistes européens, section Espagne.

Mme Dominguez va travailler de concert avec le rédacteur en chef Guillermo Rodríguez, qui a pris du galon au quotidien Público, à l'agence de presse régionale Vocento ainsi qu'au site technologique Baquía.com.

Le poste de chef des nouvelles a été attribué à Delia Rodríguez, qui travaillait auparavant à S Moda, un hebdomadaire culturel appartenant à El País et Condé Nast. Son blogue Trending Topics, dans El País, demeure une valeur sûre pour quiconque s'intéresse aux nouvelles tendances en matière de technologies numériques.

Il m'a fait grand plaisir de connaître personnellement nos partenaires au fur et à mesure que prenait forme le projet. Je pense notamment à Juan Luis Cebrián, fondateur du quotidien El País et PDG du groupe PRISA. M. Cebrián est devenu un ami intime, et d'ailleurs je vous conseille de lire son billet de blogue concernant «l'Europe à la croisée des chemins». J'ai apprécié tout autant la présence du rédacteur en chef Javier Moreno et du directeur numérique Borja Echevarría.

Depuis plus de trois décennies, El País est une figure de proue du journalisme espagnol et international. À partir de 1976, sous la gouverne de José Ortega Spottorno, ce quotidien a favorisé le retour à la démocratie d'un pays qui émergeait difficilement de la dictature franquiste. De nos jours, l'influence du groupe PRISA se fait sentir dans toute l'Espagne et au-delà de ses frontières, par l'entremise de l'École de journalisme UAM/El País, qui offre un diplôme spécialisé en reportage multimédia. PRISA soutient également l'Institut Cervantes, qui fait la promotion de la langue espagnole à l'étranger. Enfin, PRISA finance le programme éducatif El País de los Estudiantes, dont la mission est la création de journaux étudiants en ligne.

En ce jour de lancement, nos blogueurs sont l'Indigné Pablo Prieto, qui raconte la montée du mouvement social espagnol; la directrice du Centre national de recherche sur le cancer Maria Blasco, qui aborde la question des traitements personnalisés; le chanteur hip-hop El Meswy, qui démontre comment la musique permet de changer les choses; l'écrivain Francisco Mora, selon qui le cerveau est «conçu pour le bonheur»; le pédiatre Jesús Martínez, qui souligne la contribution des parents et des médecins aux soins d'urgence pour enfants; et le journaliste sportif Eduardo Verdú, qui s'interroge sur l'avenir de La Furia Roja depuis qu'elle a remporté la Coupe du monde de football de 2010.

Pour conclure, je me permets de citer le billet d'ouverture de Montserrat Dominguez : «Nous croyons que le journalisme joue un rôle essentiel, car il apporte des solutions à des situations inédites et permet de nous diriger vers une Europe plus pacifique et démocratique. Pour mener à bien leur mission, les journalistes doivent absolument gagner la confiance de leurs lecteurs, jour après jour, par l'entremise de textes indépendants, rigoureux, audacieux et diversifiés.»

Nous sommes enchantés d'inviter les lecteurs d'Espagne et du monde entier, ainsi que tous les aficionados de culture espagnole, à découvrir El Huffington Post. Ses débats virtuels sont ouverts à tous; vos lettres d'opinion et vos commentaires lui permettront de grandir.

Soyez les bienvenus, et n'hésitez pas à nous faire part de vos premières impressions.

 
Suivre Le HuffPost Québec