LES BLOGUES

Les vierges offensées

26/11/2012 01:21 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST
CP

Il est plutôt surréaliste de voir les libéraux jouer les vierges offensées ces jours-ci sur la supposée volonté du ministre Breton de politiser le BAPE.

Cet organisme compte six membres à temps plein nommés par le gouvernement. Son président jusqu'à tout récemment, Pierre Renaud, aurait d'abord été pressenti par le Parti libéral comme candidat dans Chomedey en 2007 avant d'être nommé au BAPE.

Son vice-président de 2007 à 2012, Pierre Fortin, était de son côté un ancien attaché politique du PLQ. Quant aux quatre autres membres du BAPE qui sont toujours en poste, trois d'entre eux sont d'anciens employés du PLQ et l'autre a été candidate à l'investiture du Parti libéral en 1994, tout en ayant fait des dons substantiels au PLQ au fil des ans.

Tous les membres nommés au BAPE par le Parti libéral y étaient donc associés de très près.

Qui sont les deux nouveaux membres nommés par le ministre Breton? Louis-Gilles Francoeur, un journaliste spécialisé en environnement, et Pierre Baril, le directeur général d'un consortium sur la climatologie régionale et l'adaptation aux changements climatiques. Deux hommes qui ont comme point commun d'avoir à cœur l'environnement, et non l'allégeance politique.

Donc, dans les faits, c'est plutôt à une dépolitisation et à une professionnalisation du BAPE à laquelle on assiste! Et, qui sait, c'est peut-être pour cette raison que les libéraux en font si grand cas. Qu'un ministre de l'Environnement se préoccupe enfin d'environnement semble en indisposer plus d'un dans les deux principaux partis d'opposition.

Et si la seule intention du PLQ était de se débarrasser d'un ministre se préoccupant un peu trop d'environnement? Ou peut-être simplement de détourner l'attention de la commission Charbonneau qui les écorche à vif?

Disons qu'il y aurait matière à bien des commissions parlementaires sur les agissements des libéraux au cours des 9 dernières années. Si j'étais à leur place, je me garderais une petite gêne...

Assemblée nationale