Anne Minh Thu Quach

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Anne Minh Thu Quach
 

Sous un ciel noir

Publication: 20/09/2012 16:17

Les astronomes amateurs de l'Estrie ont eu une bien mauvaise surprise cet été. Du jour au lendemain, un gigantesque rayon de lumière pointant vers le ciel est apparu le long de la frontière américaine, à quelques kilomètres seulement de la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic.

«On voyait un immense dôme lumineux, surtout quand les nuages étaient en basse altitude. Ça a intrigué tout le monde», a raconté par la suite à la Presse canadienne Raymond Fournier, fondateur du club d'astronomes amateurs de la région.

La mystérieuse lumière était si puissante qu'elle gâchait en bonne partie la visibilité autrement exceptionnelle du ciel dans cette partie du Québec. Quelle en était la source? Après quelques déductions et observations, M. Fournier a trouvé le coupable: il s'agissait de projecteurs installés par les douanes américaines dans le cadre de leur nouveau système de protection des frontières.

La Réserve internationale de ciel étoilée du Mont-Mégantic, l'une des plus remarquables mesures de protection environnementales des dernières années au pays, se voyait une fois de plus menacée.

Dans le grand ordre des choses, la protection de la pureté du ciel étoilé n'est pas en tête des priorités de plusieurs décideurs et citoyens. Ce n'est pas un reproche, mais un constat: disons qu'il y a plus sexy, pour un élu, que de se lancer dans la sauvegarde d'une chose aussi abstraite que la virginité du ciel nocturne.

Cela ne veut pas dire que l'enjeu n'est pas important. Pour les astronomes amateurs et les chercheurs, la Réserve est un rêve devenu réalité en 2007 après des années de travail et de concertation. D'une superficie de 5 500 kilomètres carrés, elle permet aux spécialistes d'utiliser à leur plein potentiel les instruments de pointe de l'observatoire et, ainsi, de faire des découvertes majeures. Grâce à son téléscope de 1,6 mètre - le plus puissant dans l'Est de l'Amérique du Nord - l'observatoire a notamment percé les mystères de la nébuleuse du Crabe. Pour les amateurs, il s'agit aussi d'un sanctuaire où pratiquer un loisir millénaire dans les meilleures conditions possibles.

La Réserve est non seulement une nécessité pour ces gens, mais représente aussi un pas de géant dans l'histoire de la compréhension de l'univers. Pour la toute première fois, une communauté entière s'est donnée comme mission de protéger les conditions d'observation du ciel. Il ne faut pas sous-estimer son importance scientifique et symbolique.

Or, les plus récentes mesures montrent que, malgré l'instauration de la Réserve, la croissance annuelle de pollution annuelle se situe en moyenne entre 5 et 10%. Les sources de cette pollution sont nombreuses, des lampadaires installés par les municipalités aux lumières des commerces en passant par les stations de ski de la région.

À terme, même la rentabilité scientifique de l'Observatoire du Mont-Mégantic se retrouve menacée par cette augmentation de la pollution lumineuse.

Heureusement, la communauté a commencé à se mobiliser pour régler le problème. Mon collègue néo-démocrate Jean Rousseau, député de Compton-Stanstead, a été particulièrement brillant dans le dossier de la frontière américaine . Il a d'abord envoyé une lettre au commissaire intérimaire du bureau américain des douanes et de la protection des frontières, David V. Aguilar, pour lui expliquer la situation, puis a organisé une rencontre entre le consul américain, Andrew Parker, et les responsables de l'Observatoire du Mont-Mégantic. Sous l'impulsion de M. Rousseau, les autorités américaines ont promis de chercher une solution.

Pour l'instant, les projecteurs de la frontière américaine continuent d'inonder de rayons aveuglants le ciel de l'Estrie. Mais si la communauté continue de se mobiliser, nous pourrons convaincre nos voisins du Sud de trouver un compromis entre leur sécurité nationale et notre Réserve. Il sera aussi possible de proposer des solutions gagnants-gagnants avec les municipalités de la région afin de diminuer le plus possible la pollution engendrée par leurs lampadaires.

La Réserve internationale de ciel étoilée a de quoi faire notre fierté. À nous maintenant de permettre aux professionnels et aux amateurs, comme M. Fournier, de pouvoir pratiquer leur métier et leur passion dans les meilleures conditions possibles.

 

Suivre Anne Minh Thu Quach sur Twitter: www.twitter.com/@AnneMTQuach

Suivre Le HuffPost Québec