LES BLOGUES

Lire, agir et s'enrichir

01/10/2013 12:47 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST

Lors de la session stratégique réunissant les députés du NPD à Saskatoon au début du mois de septembre, j'ai eu deux coups de coeur qui m'ont beaucoup fait réfléchir sur les buts de mon implication en politique. J'avais envie de vous partager mes réflexions.

D'abord, j'ai été inspirée par le discours que nous a livré le grand romancier Yann Martel (auteur de L'Histoire de Pi). Il exposait l'importance des arts, entre autres de la lecture, en politique et expliquait en quoi ces deux sphères sont intimement liées.

En fait, l'expression artistique sous ses diverses formes a été une des seules choses véritablement démocratiques. Du plus pauvre au plus riche, du plus jeune au plus âgé, les arts sont venus enrichir notre vie quotidienne.

Bien sûr, les arts nous divertissent. Mais très souvent, ils nous amènent beaucoup plus loin, à explorer notre imaginaire et nos comportements ou bien à examiner certains enjeux de société.

Les artistes posent régulièrement un regard critique sur la société et proposent une nouvelle façon d'aborder un problème. Ils nous permettent de sortir de nous-mêmes, de nous mettre à la place de l'autre et d'adopter un autre point de vue - ou du moins, de le considérer - lors de nos réflexions.

En tant qu'élue, je ressens très fortement cette interdépendance entre les arts et la politique. L'artiste crée une œuvre avec le but particulier de transmettre un message en ayant recours tantôt à la logique, tantôt aux émotions. L'élu doit être capable de se mettre dans la peau des autres pour comprendre les intérêts et les besoins de ceux qu'il représente avant de prendre des décisions qui affecteront tous et chacun.

Ensuite, j'ai été interpelée par le discours de mon chef, Thomas Mulcair, empreint de la conviction profonde que nous pouvons gouverner un pays en trouvant des initiatives qui permettront aux entreprises de prospérer tout en nous assurant qu'elles contribuent au bien commun, à la richesse collective tant culturelle, environnementale qu'économique. Pourquoi ne pas réussir à faire des profits en tirant les autres vers le haut? Certaines entreprises prospères permettent aux gens de mieux s'alimenter, de mieux respirer, de travailler en se gardant en forme, d'obtenir de meilleures conditions de travail, d'utiliser nos ressources de façon plus efficace et moins polluante. Alors pourquoi ne pas extrapoler cela à toutes les sphères de notre gouvernement?

On n'a pas à chercher loin pour trouver un modèle. Dans la métropole montréalaise, la Chambre de commerce et le Conseil des arts de Montréal collaborent depuis des années pour favoriser l'épanouissement artistique de la ville. Chaque année, ils remettent les Prix Arts-Affaires de Montréal qui soulignent et récompensent les gens d'affaires pour leur contribution au sein du milieu artistique et culturel.

La semaine dernière, j'ai rencontré le CRI Council (Construction resource initiatives) un regroupement de gens d'affaires et d'élus provinciaux et municipaux oeuvrant dans le domaine de la construction, de la rénovation et de la démolition. Le but de cette organisation est de trouver des solutions pour éliminer le gaspillage des matériaux utilisés dans son secteur d'activité tout en continuant de permettre aux entreprises d'accroître leurs profits. Le cycle de vie des matériaux, l'état financier des compagnies, les impacts des choix économiques sur l'environnement et la façon de sensibiliser les gens aux bienfaits de leur mission sont des éléments avec lesquels les membres du CRI Council jonglent au quotidien.

Au NPD nous voulons favoriser l'épanouissement des arts et de la culture; de la recherche, du développement et de l'innovation, et ce, tout en stimulant notre économie. Je crois sincèrement que c'est ainsi qu'on développera une fierté, une identité québécoise et canadienne forte, qui rayonnera autant ici qu'à l'étranger. Pour tout ce que ces secteurs nous apportent, c'est de notre ressort de nous assurer qu'ils soient bien supportés et mis en valeur par notre gouvernement.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les oeuvres les plus chères jamais vendues aux enchères

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.