LES BLOGUES

Lettre aux collègues de l'UQAM

24/11/2014 11:16 EST | Actualisé 25/01/2015 05:12 EST

Chères et chers collègues,

À la suite des dénonciations anonymes et des actes d'intimidation qui ont eu lieu en nos murs et qui ont fait la manchette dans les médias, le Syndicat des professeur(e)s de l'UQAM (SPUQ), par la voix de sa présidente, Michèle Nevert, a réagi officiellement et publiquement pour rappeler qu'il existe à l'UQAM des ressources, des mesures, de même qu'un règlement qui permettent de recevoir les plaintes et d'y répondre le plus adéquatement possible dans le respect des lois et des droits. Il faut donc se réjouir de cette prise de parole claire, et féliciter le SPUQ d'avoir affirmé que l'UQAM n'est pas un lieu où tout est permis.

Dans la même semaine cependant, s'est tenu à l'UQAM un colloque très médiatisé («Sexe, amour et pouvoir : il était une fois à l'université») donnant une large audience à sa principale organisatrice dont le discours, actuellement partagé par plusieurs militants et militantes, prétend lever le voile sur les dessous pervers de notre communauté. Bien. Révéler au grand jour des abus pour les combattre avec force est une démarche juste qu'on ne saurait vouloir empêcher. Mais quand on répète à l'envi l'expression apparemment reçue de «culture du viol» pour décrier le cadre institutionnel et l'enseignement universitaire si ce n'est la société dans son ensemble, quand on évoque la «complicité sexiste» et la «culture du silence» pour jeter un blâme insensé sur la totalité du corps enseignant, c'est la légitimité même de ce rappel à l'ordre qui est ébranlée.

LIRE AUSSI:

- Les «portes closes» à l'université, ou l'appel à une paranoïa généralisée - Céline Philippe

- Le courage des peureux - Claude Aubin

Depuis la mise en circulation de ce discours, nous sommes tous et toutes, membres du corps professoral de l'UQAM (et des autres universités), présumés complices à défaut d'être justiciers.

Le viol est un mot sacré que l'on ne doit pas prononcer en vain. Depuis des semaines on le profane pour en détourner et en dévoyer le sens. Il est nécessaire et urgent que nous refusions d'être associés à cette violence symbolique, et que nous refusions de participer à cette entreprise d'appropriation victimaire. Il se trouve que le viol est un acte criminel reconnu et puni par nos tribunaux. Mais le viol dont parlent ces voix dénonciatrices ne relève pas du code criminel. La perversion insupportable de ce discours a pour effet de faire de ces crimes (viol, agression, harcèlement) des actes d'une telle banalité - puisque « culture » il y a, autant dire soutien, défense et pratique généralisée - que la notion même de crime s'en trouve finalement faussée pour ne pas dire falsifiée. Effet inverse de ce que souhaitent produire à l'évidence ces conférences et autres manifestations à vocation purificatrice.

Dénoncer, porter plainte, exige du courage. D'autant plus qu'il convient de déposer ces plaintes, non pas en des alcôves où se chuchotent les confidences, mais en des lieux prévus pour recevoir ces paroles chargées qui sont des actes, et des actes légitimes. Recevoir une plainte pour ne la conserver en son cœur qu'à titre de confidence peut devenir un manquement à la déontologie la plus élémentaire. Si des étudiants nous confient avoir subi un outrage, ils devraient être guidés et soutenus s'ils souhaitent demander réparation ; il importe donc de les informer que leur plainte peut être portée aux oreilles de qui saura en faire une requête en bonne et due forme.

Il serait donc urgent de cesser d'entonner la ritournelle selon laquelle « celle qui porte plainte risque de subir des représailles, si ce n'est de perdre son directeur de recherche et ses chances d'obtenir des bourses, des contrats ou des lettres de recommandation ». Ceux et celles qui la fredonnent, en laissant croire à la toute-puissance des maîtres, cautionnent cette idée navrante qu'il ne faut jamais renoncer à un assujettissement payant. Les meilleures intentions ne sont jamais protégées des pires dérapages.

Un comité institutionnel travaille actuellement à l'UQAM à réviser la Politique contre le harcèlement sexuel. Mais réviser un règlement ne saurait aboutir en notre pays à instaurer des règles strictes de surveillance assorties d'une police des mœurs. Lorsqu'on va, à titre de militante et de membre du comité institutionnel en question, jusqu'à affirmer, dans les journaux et sur toutes les tribunes, que les histoires d'amour ne modifient en rien le fait qu'il s'agit d'abus ; lorsque, dans la foulée, on décrit l'enseignement comme un rapport de pouvoir (ce terme demeurant d'ailleurs non défini, et cela à des fins idéologiques manifestes) ; lorsqu'enfin on propose comme solution d'interdire avant tout les rencontres de travail entre étudiante et professeur derrière des portes fermées, on ne peut en aucun cas prétendre travailler pour la justice et la défense des droits.

Un professeur n'est pas dans un rapport de pouvoir avec ses étudiants. Et si nous sommes, chères et chers collègues, dans le cadre de nos multiples fonctions, en position d'autorité, il convient de rappeler que c'est parce que nous devons répondre en notre nom d'une rigueur que les textes, le savoir, notre propre parcours universitaire et l'acte de parole si exigeant qui est le nôtre nous obligent à soutenir. En cela, nous sommes les représentants et les passeurs d'une culture, au sens noble du terme, comme d'une histoire à déchiffrer et à critiquer dont nous ne sommes que les dépositaires provisoires. Travestir ce devoir en un pouvoir de dominants sur des dominés est une perversion non seulement du discours, mais de la profession qui est la nôtre.

Avec l'appui de: Denise Brassard, Véronique Cnockaert, Robert Dion, Dominique Garand, Bertrand Gervais, Vincent Lavoie, Jacinthe Martel, Johanne Villeneuve, professeures et professeurs à l'UQAM.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

#AgressionNonDenoncee - Réactions Twitter

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter