LES BLOGUES

Et tant pis pour grand-maman

26/10/2016 08:22 EDT | Actualisé 26/10/2016 08:22 EDT

Votre grand-maman doit rester dans sa couche jusqu'à ce qu'elle soit bien pleine de patates en poudre digérées, même si on ne lui donnera qu'un bain rapide par semaine comme si c'était un luxe? Votre p'tit neveu n'a plus les services qui lui permettraient de partir dans la vie avec la même chance que les autres? Les écoles moisissent, les jeunes décrochent et l'éducation supérieure n'est plus accessible pour une majorité? Et vous, ne vous avisez pas d'avoir un problème de santé mentale et d'avoir besoin de soins: vous allez voir que le mot patient prend tout son sens et que souvent, il n'y a plus grand-chose au bout de l'attente! S'il fallait en arriver à l'aide sociale, votre gros chèque de même pas 700$ par mois pour vivre, ben on jasera sans arrêt de vous le couper.

Suis le rythme et marche, ou crève.

On vous justifiera ce manque total d'humanité et de solidarité en vous disant qu'on n'a pas les moyens, gang! On n'a pas-les-mo-yens. Pas assez de cash. On ne va pas taxer justement nos privilégiés économiques ou lutter sérieusement contre l'évasion fiscale. On ne va pas remettre en question les subventions qu'on donne à Bombardier ou les privilèges qu'on donne aux MD sans rien recevoir en retour. On va se contenter de jouer la carte de l'impossible solidarité, parce qu'elle fitte bien dans le jeu idéologique qu'on joue. On est pauvre, comme société. Pauvre et incapable.

Or, on a cette année des beaux surplus de 2 milliards, pris sur la dignité des personnes les plus vulnérables. Du beau cash de coupure dans l'inutile, selon certains.

Sans surprise, les libéraux parlent maintenant de baisses d'impôts tsé, ce principe de redistribution de la richesse qu'on gagne en membre d'une société et qui fait le revenu de l'État, qui permet de financer les services publics. Pire, la CAQ les réclame même à grands cris, ces baisses d'impôts: «c'est non négociable» semble-t-il.

Les «austères-lucides», qui généralement n'ont aucune idée de ce que c'est pour eux, l'austérité, vous enjoignent à être raisonnables.

Restons pauvres comme société, pendant que tout le monde creuse, le coffre-fort de leurs avoirs pour certains, le fond de leur misère pour d'autres.

Sérieux, soit on est administré par des parfaits crétins, soit on se fait prendre pour des valises. J'irais pour les crétins chez la CAQ et les idéologues qui défendent leurs intérêts, comme d'hab, chez les libéraux. Les «austères-lucides», qui généralement n'ont aucune idée de ce que c'est pour eux, l'austérité, vous enjoignent à être raisonnables. Et vous encouragent à vous calmer le pompon et à vous réjouir, classe moyenne, de vous faire un p'tit 500$ de plus par année, 1 000$ pour une famille, sur le dos des plus vulnérables, tout en leur redonnant de l'autre main bien plus que ça au privé.

Et à réélire ceux qui défendent leurs intérêts, et à penser qu'ils défendent les vôtres.

Anyway, entre un beau 500$ et la perspective de choisir un peu de dignité pour grand-maman, le neveu ou pire, tous ces gens qu'on ne connait pas et qui ont surement mérité un peu d'être dans le trouble, hé, le choix se prend souvent vite.

C'est lourd.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter