LES BLOGUES

Trouvons le courage d’appeler un chat un chat

Le Québec dont nous sommes fiers mérite que nous ayons le courage de reconnaître les problèmes qui nous font obstacle.

30/01/2018 13:41 EST | Actualisé 30/01/2018 14:13 EST
La Presse canadienne
Depuis ces événements, et même avant, on débat à juste titre sur une épineuse et lancinante question: l’islamophobie existe-t-elle au Québec?

L'attentat à la mosquée de Québec, c'était il y a un an: 6 morts, 19 blessé.es et une minorité identifiable terrorisée à l'idée que ce qu'a fait Alexandre Bissonnette puisse se répéter.

Heureusement, le Québec tout entier a réagi avec justesse et dignité. Accusés par plusieurs d'alimenter la haine contre les immigrant.es et les musulman.es, même des radio-poubelles et certains de leurs animateurs se sont empressés de se montrer solidaires avec les victimes de la tuerie, bien qu'on doive un jour examiner avec sérieux la responsabilité de leurs propriétaires, qui n'ont habituellement aucun scrupule à faire du fric en alimentant les ressentiments, sinon la haine des uns contre les autres.

Depuis ces événements, et même avant, on débat à juste titre sur une épineuse et lancinante question: l'islamophobie existe-t-elle au Québec?

Une enseignante québécoise, immigrée du Maghreb, proche de l'une des victimes de la fusillade, se confiait ainsi à l'émission de Denis Lévesque « Personnellement, nous n'avons pas été victimes d'islamophobie. (...) Au Québec, moi j'ai été agressée par des musulmans, pas des Québécois ». Elle affirmait même que réclamer une journée de sensibilisation sur l'islamophobie est « s'ingérer dans les affaires du Québec.»

Bien que ces affirmations contiennent beaucoup de contresens, je ressens de la sympathie pour cette enseignante, chez qui je devine un souci aigu d'éviter d'alimenter les ressentiments ou d'offenser celles et ceux qui ont fait preuve de générosité envers elle et sa famille en les accueillant au Québec.

Cette précaution louable de ne pas amalgamer l'ensemble du Québec avec la terrible vision du monde et les agissements d'un petit nombre de xénophobes et de racistes doit-elle nous empêcher d'appeler un chat, un chat?

Rend-on pour autant service au Québec en occultant ce qui nous arrive? Cette précaution louable de ne pas amalgamer l'ensemble du Québec avec la terrible vision du monde et les agissements d'un petit nombre de xénophobes et de racistes doit-elle nous empêcher d'appeler un chat, un chat?

Non, le Québec n'est pas islamophobe dans son ensemble, pas plus que le Québec n'est raciste ou xénophobe. Mais il existe malheureusement, au Québec comme ailleurs dans le monde, des racistes et des xénophobes.

Je parle d'ailleurs, car lorsqu'on pense à ce qui se vit aux États-Unis ou dans certains pays européens, on peut sans gêne affirmer que nous sommes une société heureusement tolérante dans son ensemble, où les manifestations de haine et de racisme pâlissent en comparaison.

Mais le Québec mérite mieux de notre part. Nos attentes devraient être plus élevées que de remporter la comparaison avec nos voisins du sud, où la montée en puissance de suprémacistes blancs, galvanisés par leur président, est franchement inquiétante.

Le Québec dont nous sommes fiers mérite que nous ayons le courage de reconnaître les problèmes qui nous font obstacle.

Le courage de reconnaître que les idées délirantes qui ont alimenté la haine d'Alexandre Bissonnette pour qui « les Blancs risquent la marginalisation au Québec » ont malheureusement d'autres adeptes chez nous.

Le courage de reconnaître qu'Alexandre Bissonnette n'est pas seul à vouer une admiration sans bornes pour Trump et Le Pen, qui tous deux ont cherché leur succès politique en brandissant la présence des minorités d'origine musulmane sur leur territoire comme une menace aux sociétés occidentales. Cela s'appelle de l'islamophobie et on en trouve plusieurs adeptes et partisans ici.

Le courage de reconnaître qu'il y a aussi chez nous une minorité franchement raciste et dangereuse, comme le groupe Atalante, qui affiche ses convictions néonazies et qualifie de « parasite » un immigrant comme moi sur des affiches placardées dans les rues de Montréal.

Le Québec dont nous pouvons collectivement être fiers doit trouver le courage d'admettre le problème de xénophobie et d'islamophobie croissantes, qui permet aujourd'hui à ces groupes néo-nazis d'organiser des rassemblements provocateurs pour alimenter la haine contre les immigrants.

Critiquer l'Islam dans un débat d'opinion n'est pas de l'islamophobie.

Critiquer l'Islam dans un débat d'opinion n'est pas de l'islamophobie. Pas plus que critiquer les musulmans comme n'importe quels acteurs de la société - pour ce qu'ils font et non pour ce qu'ils sont. Mais des gens influents présentent les citoyens québécois d'origine maghrébine ou musulmane comme une menace à « la survie de notre nation»! Il y a même des animateurs et des chroniqueurs régulièrement payés pour écrire tout ce qui peut alimenter le ressentiment contre cette minorité. C'est ce qu'on appelle islamophobie et nous pouvons avoir le courage de le reconnaitre.

Nous devons trouver ce courage pour ne plus voir l'Assemblée nationale et les élites politiques se montrer frileuses à l'idée même de débattre de manière structurée et formelle de la discrimination systémique en Commission parlementaire.

Qu'on le nomme ou pas, ces problèmes existent. Et ils risquent de croitre si nous ne trouvons les mots et le courage pour le dire.

Premier anniversaire de l'attentat de Québec