LES BLOGUES

Le Québec a les moyens de prendre soin de ses personnes ainées

11/06/2017 12:36 EDT | Actualisé 11/06/2017 12:36 EDT

Il est désormais routinier d'évoquer le vieillissement de la population comme une menace planant sur le Québec. Après le Japon et la Corée du Sud, le Québec est l'une des sociétés qui connaissent le vieillissement de sa population le plus rapide. D'ici 2031, une personne sur quatre aura plus de 65 ans.

Québec solidaire reconnaît avec lucidité que le vieillissement de la population représente un défi pour notre collectivité. Nous avons toutefois le devoir et les moyens de prendre soin de ceux et celles qui ont bâti le Québec.

Selon le Parti libéral, le déséquilibre démographique nous condamne à abandonner nos acquis sociaux. Au nom de la rigueur budgétaire et prétextant l'efficacité, les docteurs Couillard et Barrette sont partis en guerre contre nos personnes ainées. Aux oubliettes le serment d'Hippocrate, ils ne jurent désormais que par le rendement et le déficit zéro.

Les faits parlent d'eux-mêmes. Depuis les réformes Barrette, la qualité et l'offre des soins de santé pour les personnes âgées ont drastiquement diminué. Prenons tout simplement l'exemple des soins à domicile. Entre 2011 et 2016, le nombre de bénéficiaires de ce service est passé de 51 036 à 48 159 au même moment où la population vieillit constamment. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette prétend que la demande diminue tout simplement. Une véritable insulte à l'intelligence collective lorsqu'on sait qu'actuellement, plus de 16 000 personnes âgées attendent patiemment de recevoir ce type de soin. Pour maquiller la grande mascarade libérale, M. Barrette nous offre plutôt des coups d'éclat médiatiques dont le désolant spectacle d'une dégustation de « patates en poudre ».

La question de la santé n'est que la pointe de l'iceberg. D'un point de vue socioéconomique, les personnes âgées sont aussi très vulnérables. Entre 1995 et 2013, la pauvreté chez les personnes ainées a plus que doublé, même chez les travailleuses et travailleurs. Les salariés de 55 à 64 ans qui n'ont pas de régime de retraite associé à leur emploi se trouvent en situation de précarité. Ces chiffres sont encore plus alarmants lorsqu'on sait que 30 % des personnes ainées vivant seules se retrouvent sous le seuil de la pauvreté.

C'est pourquoi Québec solidaire a toujours pris des engagements très clairs afin d'améliorer les conditions de vie des personnes âgées. Un gouvernement solidaire ferait bien plus pour garantir le bien-être des personnes âgées au Québec. N'oublions pas que c'est Françoise David qui a porté le projet d'une loi afin de protéger les droits des locataires ainés.

Pour réparer les effets désastreux de la gouvernance Barrette, nous proposons d'investir 500 millions de dollars par année dans le soutien à domicile et l'hébergement aux personnes ainées. Ces sommes permettront d'embaucher 8000 professionnels et professionnelles de la santé supplémentaires, dont 3700 uniquement pour offrir davantage de soins à domicile.

Face à la précarité engendrée par les politiques néolibérales du gouvernement, nous proposons un régime de retraite public et universel pour l'ensemble des Québécois et des Québécoises. Financées par les employeurs, l'État et l'ensemble des travailleurs et travailleuses, les rentes de ce régime seront prédéterminées et indexées au coût de la vie et permettront à tout le monde de planifier leur avenir avec sérénité.

Le Québec a les moyens de prendre soin de ses personnes ainées, il ne lui faut désormais que le courage.

Mesures solidaires :

• Un soutien à domicile élargi et l'hébergement

Le parti propose d'investir 500 millions de dollars par année dans ce domaine ainsi que l'embauche de 3700 professionnels de la santé dans les CLSC pour les soins à domicile parmi les 8000 personnes que le parti souhaiterait voir embauchées dans l'ensemble des CLSC du Québec.

• Régime de retraite public et universel

Ce régime couvrira le travail autonome et le travail invisible effectué principalement par les femmes. Son financement sera assuré par les employeurs, l'État et les travailleuses et travailleurs. Ces derniers occuperont au moins 50 % des sièges sur l'instance du régime. Les rentes seront prédéterminées et indexées au coût de la vie.

• Revenu minimum garanti

Remplacer l'aide sociale par un revenu minimum garanti (RMG) de 12 600 $ annuellement. Ceci permettra de soutenir les personnes aidantes naturelles lorsqu'ils décident de prendre soin de leur(s) proche(s).

• Assurance médicament

La mise en place d'une assurance-médicaments publique et universelle afin de limiter le coût des médicaments et de les rendre accessibles à tout le monde.

LIRE AUSSI:

» Pour les baby boomers, la retraite ne se passe pas comme prévu

» Les nouveaux vieux: les différents visages de la retraite

» Où sont les vieux au Québec? (CARTE INTERACTIVE)


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter