LES BLOGUES

Prophète à Gatineau

02/07/2014 10:14 EDT | Actualisé 01/09/2014 05:12 EDT

Dans une récente lettre d'opinion publiée dans La Presse, je félicitais le maire Coderre de vouloir que Montréal adhère à l'Ontario Municipal Benchmarking Initiative qui lui permettra de comparer la performance de la ville à 16 autres villes canadiennes sur 750 indicateurs de performance.

Cependant, je me demandais comment, une fois armé de telles statistiques, il pourrait créer les incitatifs requis pour que les cols bleus et blancs montréalais veuillent d'eux-mêmes s'améliorer, baisser les coûts et offrir un meilleur service. Je citais l'exemple du maire Stephen Goldsmith d'Indianapolis qui a mis ses cols bleus en concurrence contre le privé par des appels d'offres pour des activités ancillaires et non-stratégiques de la ville. Cette façon de faire lui a permis d'épargner des millions. Le maire Goldsmith a été surpris de constater que plusieurs appels d'offres ont été remportés par ses employés syndiqués. Ceci s'explique par le fait que ces employés ont souvent une expertise et une expérience qu'on ne retrouve pas toujours dans le privé et que, si on leur donne la marge de manoeuvre pour organiser leur travail, ils peuvent être très concurrentiels en étant plus efficaces sans pour autant diminuer leur salaire.

Suite à cet article, j'ai reçu le courriel suivant de François Desjardins.

Bonjour monsieur Pouliot.

Je viens de lire votre article publié dans La Presse du 30 juin. Nul besoin d'aller jusqu'à Indianapolis pour trouver cet exemple de soumissions remportées et effectuées par des cols bleus. Cette forme de compétition a eu lieu dans les années ´70 dans la municipalité de Hull, qui fait maintenant partie de Gatineau. À cette époque, mon défunt père, Jean-Aimé Desjardins, ingénieur civil de formation et gérant de la ville (c'est ainsi qu'ont nommait le directeur général à l'époque), a mis en place ce système où les cols bleus étaient invités à soumissionner sur les travaux majeurs. La ville louait aux soumissionnaires cols bleus la machinerie au prix du marché moins 10%. Selon mon paternel, les travaux effectués par les cols bleus ont fait économiser plusieurs millions de dollars à la ville sur plus d'une décennie. Pendant la crise du début des années '80, sous les pressions des entrepreneurs qui se plaignaient de ne presque plus avoir de contrats, la ville a malheureusement mis fin à cette façon innovante de faire. Le nouveau maire de Gatineau, Maxime Pedneau-Jobin, a proposé dernièrement de la réintroduire. Espérons qu'il en aura la volonté.

On dit souvent qu'on n'est pas prophète en son pays... en voilà la preuve!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ce que les maires ont laissé à Montréal

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?