Maripier Isabelle

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Maripier Isabelle
 

Un sincère merci

Publication: 06/09/2012 09:38

Je ne m'étendrai guère ici sur l'impressionnante chronologie de votre parcours politique. Nombre d'analystes, de journalistes, de chroniqueurs, de commentateurs s'en chargeront. En réponse à cet au revoir que vous nous adressez aujourd'hui avec noblesse. Je tiens pour ma part à souligner le rôle marquant que vous avez eu dans ma vie, comme militante du parti politique que vous avez dirigé, comme ancienne présidente de sa Commission-Jeunesse, mais avant tout comme l'une des huit millions de Québécois pour lesquels vous avez donné le meilleur de vous-même pendant plus de neuf ans.

Vous étiez déjà député de Sherbrooke depuis 3 ans quand je suis née. Vous aviez d'ailleurs à peine plus d'un an que moi aujourd'hui lorsque vous avez la toute première fois fait le choix de porter la voix de vos concitoyens dans le comté de Sherbrooke. Un rôle que vous avez assumé sans répit depuis, et de façon admirable. C'est donc dire que j'ai grandi avec vous. Non seulement parce que vous avez été une figure marquante de la politique québécoise tout au cours de ma vie, mais d'abord et avant tout parce que vous m'avez énormément appris.

Vous m'avez appris la signification des mots détermination et travail. D'abord, en choisissant de consacrer plus de la moitié de votre vie au service de vos concitoyens. En y accordant tout votre coeur, c'est sans relâche que vous avez donné tout ce que vous aviez, et même davantage, pour honorer les mandats qui vous ont été confiés.

Vous m'avez appris l'essence du mot engagement et la profondeur du mot courage.Ceux qui vous connaissent auront tous constaté cette force de caractère qui est la vôtre, grâce à laquelle chaque obstacle, d'une crise économique à la perte d'un être cher, devient une occasion de se rassembler et de mettre en commun ce que nous avons de meilleur pour avancer. Pour faire mentir même l'ombre d'une fatalité.

Vous m'avez appris que l'Humanité avec un grand H réfère également à cette capacité qu'on les grands hommes et les grandes femmes à s'intéresser aux gens, de tous les horizons, et d'apprendre leur nom, de rire avec eux malgré un horaire chargé, et de s'intéresser à leurs espoirs et à leurs projets. De le faire tantôt avec humour, tantôt avec compassion, mais toujours avec sincérité.

Vous m'avez appris la richesse du mot confiance.

Une confiance inébranlable envers le potentiel des Québécois doublée d'une passion pour le Québec qui font en sorte que lorsqu'on se tient à vos côtés, tout semble devenir possible, de nos petits projets à nos plus grandes ambitions. Ce sont ces mêmes ambitions qui vous ont permis, avec les Québécois de tous les horizons, de faire avancer le Québec en ne redoutant ni les défis, ni les obstacles; en les supplantant à coups de projets visionnaires.

Vous m'avez appris à croire en ces rêves que j'ai pour le Québec.

Vous m'avez donné envie de m'engager pour contribuer à les camper dans la réalité.

Les rêves que vous avez eus pour les Québécois, et avec les Québécois, ils font partie d'un riche héritage que nous avons construit à vos côtés. Nous avons aujourd'hui un Fonds des générations, qui sert d'exemple en matière de gestion responsable des finances publiques et d'équité intergénérationnelle. Nous sommes partie prenante d'une démarche d'ouverture des marchés avec l'Europe qui permettra à nos talents de rayonner par-delà l'Atlantique. Nous avons défoncé nombre de plafonds auxquels se heurtaient les femmes sur le marché du travail. Nous avons renouvelé le fédéralisme canadien avec la création du Conseil de la fédération. Nous avons mis sur pied un plan de lutte aux changements climatiques cité en exemple dans toute l'Amérique du Nord, et nous avons la plus faible empreinte carbone au Canada. Nous avons repoussé nos frontières à l'est, au nord, au sud en faisant le pari de l'ouverture, en repoussant nos frontières et nos limites.

Vous m'avez aussi appris qu'un vrai chef ne marche pas devant son équipe, mais qu'il fait toujours le choix de marcher à ses côtés.

Comme chef du Parti libéral du Québec, vous nous avez fait confiance, vous nous avez connus, appréciés un à un, pour ceux que nous sommes, pour les valeurs que nous partageons, pour les opinions que nous exprimons. Nous avons toujours su trouver en vous un homme qui s'est profondément intéressé à nos aspirations, qui a fait confiance à notre vision, particulièrement à celle de cette Commission-Jeunesse dont vous avez toujours su reconnaître l'indépendance et la contribution au débat public (en tout respect de nos idées, même de nos plus audacieuses et de nos plus contestataires). C'est ce qui m'a rendue si fière d'élaborer avec vous ces projets que le PLQ a porté pendant les 14 dernières années.

Après 14 ans comme chef du Parti libéral du Québec, 9 ans comme premier ministre du Québec, vous nous dites au revoir. Je vous réponds que vous me manquerez. Beaucoup. Mais en regardant l'avenir du Québec, je reconnaitrai votre signature. Ça me rappellera la fierté qui m'habite d'avoir milité aux côtés du grand Québécois que vous êtes.

Chapeau.

Et surtout, merci, M. Charest.

Loading Slideshow...
  • Il a versé quelques larmes en évoquant le soutien indéfectible de sa famille.

  • À 54 ans, Jean Charest tourne la page sur une carrière politique de 28 ans.

  • Lors de son discours de défaite, mardi soir, le 4 septembre.

Loading Slideshow...





 

Suivre Maripier Isabelle sur Twitter: www.twitter.com/@maripier_i

Suivre Le HuffPost Québec