BIEN-ÊTRE
14/02/2018 09:16 EST | Actualisé 14/02/2018 09:39 EST

Le père d'Eugenie Bouchard approuve son shooting photo pour Sports Illustrated

Pendant que plusieurs détracteurs de «Genie» ont saisi l'occasion de l'insulter, son père et Sophie Durocher sont venus à sa défense.

Pour la deuxième année consécutive, Eugenie Bouchard fait partie des modèles choisis pour l'édition maillot de bain 2018 du magazine Sports Illustrated.

Les clichés de la joueuse de tennis sont d'ailleurs très sexy, comme vous pouvez le voir dans la vidéo du shooting ci-dessous.

Ce ne doit pas être facile de voir des photos de sa fille en bikini, parlez-en à Michel Bouchard. Mais le père de la joueuse de tennis a envoyé un beau message à sa fille qui l'a ensuite relayé sur Twitter.

«Tu sais, c'est un peu étrange pour un père de voir sa fille à moitié habillée dans un magazine. Mais c'est fait avec goût. Je suis fier de toi. Bien joué!», montre la capture d'écran publiée par Eugenie Bouchard avec la mention «alors papa approuve... Dieu merci».

Les détracteurs de «Genie» ont évidemment saisi l'occasion (de manière très déplacée parfois) pour rappeler à la jeune femme de 23 ans qu'elle devrait se concentrer sur le tennis au lieu de jouer au mannequin.

«Faire la couverture du Sports Illustrated deux ans de suite. Un incroyable accomplissement de tennis.» (NDLR: Eugenie Bouchard n'a pas été sur la couverture du magazine l'an dernier ni cette année.)

«Deux fois en vedette dans l'édition maillot de bain de Sports Illustrated, mais encore à la recherche d'un 2e titre en carrière. J'espère que tu es fière de toi en tant que joueuse de tennis lol.»

D'autres ont aussi reproché à Bouchard de se dévêtir un peu trop pour la caméra, et encore une fois, des commentaires sont allés trop loin.

«Mets des vêtements.»

«Elle devrait faire de la pornographie au lieu du tennis.»

«Wow, es-tu fière de toi? Honteux...»

«J'espère que cela est pour l'émancipation des femmes.»

La plupart des abonnés de «Genie» ont salué la beauté de la jeune femme et la qualité des photos publiées par le magazine.

Une autre personne est aussi venue à sa défense (pour une deuxième année de suite). Dans sa chronique de mercredi matin intitulée «Eugenie Pétard (euh, je veux dire Bouchard), Sophie Durocher du Journal de Montréal a souligné qu'il était «rafraîchissant de voir qu'il y a encore des femmes qui ne voient pas dans la (quasi) nudité un scandale inouï».