NOUVELLES
12/02/2018 17:55 EST | Actualisé 12/02/2018 20:46 EST

Trump se plaint du Canada et menace d'imposer une nouvelle taxe

«Le Canada ne nous traite pas bien pour ce qui est de l'agriculture et du trafic frontalier»

Le président américain Donald Trump se plaint des pratiques commerciales du Canada et menace d'établir une taxe sur les importations internationales, signalant lundi que l'idée d'imposer une forme de tarif douanier demeurait sur la table.

M. Trump a fait ces remarques lundi, à la Maison-Blanche, où il dévoilait un plan sur les infrastructures. Lors d'une longue séance avec les journalistes, il a déploré le comportement de pays considérés comme des alliés des États-Unis.

Et il a mentionné directement le Canada.

«Le Canada ne nous traite pas bien pour ce qui est de l'agriculture et du trafic frontalier», a-t-il déclaré, selon le récit des journalistes qui étaient présents à la rencontre.

«Les autres pays ne peuvent pas continuer à profiter de nous.»

On ne sait pas exactement à quoi il faisait référence, mais M. Trump s'est déjà plaint par le passé du contrôle des produits laitiers et du commerce du bois d'oeuvre.

L'administration Trump a aussi exprimé sa colère face à la plainte déposée par le Canada à l'Organisation mondiale du commerce pour contester les droits compensateurs imposés par les États-Unis.

Le président américain a promis de clarifier sa pensée sur l'idée d'une nouvelle taxe, aussi tôt que cette semaine.

«Nous allons faire payer les autres pays à l'extérieur de notre pays — des pays qui profitent des États-Unis», a-t-il soutenu.

«Certains d'entre eux sont de soi-disant alliés, mais ils ne sont pas des alliés sur le commerce (...) Alors nous ferons une taxe sur les échanges et vous en entendrez parler pendant la semaine et dans les prochains mois.»

Difficile de savoir pour l'instant à quel type de taxe il fait référence. Plus tôt cette année, l'administration a abandonné l'idée d'une taxe d'ajustement aux frontières qui était incluse dans une ancienne version de sa réforme fiscale. Cette mesure a finalement été mise de côté en raison de l'opposition des élus du Congrès.

La Presse canadienne