BIEN-ÊTRE
11/02/2018 14:12 EST | Actualisé 11/02/2018 14:12 EST

Sèche-mains électrique ou papier à mains? Cette atroce photo de bactéries relance le débat

Si vous pensiez que les sèche-mains électriques étaient plus hygiéniques, voilà qui devrait vous refroidir.

Quand vous vous lavez les mains en sortant des toilettes, vous êtes plutôt adeptes du sèche-mains électrique ou des serviettes en papier? Le débat sur l'aspect hygiénique de chacun fait rage depuis des années, mais une image publiée sur Facebook est venue remettre une pièce dans la machine.

En guise de devoirs pour leur cours de microbiologie, des élèves infirmiers de Californie devaient se livrer à une petite expérience: placer une boîte de Petri stérile dans l'environnement de leur choix, l'ouvrir pendant trois minutes, puis la refermer et observer ce qui y poussait pendant les 48 heures suivantes.

Comme elle l'explique sur les réseaux sociaux, Nichole Ward a opté pour un sèche-mains électrique Dyson dans des toilettes pour femmes. Deux jours plus tard, lorsqu'elle est arrivée en classe avec son récipient transparent, elle s'est aperçue qu'elle détenait celui qui avait "de loin" généré le plus de bactéries. Devant la quantité impressionnante de champignons qui avaient poussés, la jeune femme a pris une photo et l'a publiée sur Facebook.

"Ma boîte de Petri avait une masse tellement plus importante", a-t-elle raconté au New York Times ce jeudi 8 février, expliquant que ses camarades avaient seulement "des colonies de bactéries qui ressemblaient à de petites taches par-ci par-là".

En moins de deux semaines, son image qui "ne se veut pas alarmiste" mais invite tout de même à "ne plus jamais utiliser un sèche-mains qui fait voler toutes ces bactéries et champignons sur vos mains alors que vous les pensez propres" a été partagé plus de 500 000 fois et fait réagir plus de 150 000 internautes.

Dyson s'est défendu auprès de la chaîne ABC en assurant que ses produits étaient équipés de filtres censés retenir les bactéries et qu'ils avaient été prouvés comme étant hygiéniques par des recherches et même installés dans des hôpitaux, usines de production de nourriture et autres.

Peu d'études indépendantes sur le sujet

Comme le note le quotidien américain, la photo n'apporte effectivement pas assez de réponses pour tirer une conclusion sérieuse sur l'hygiène de ces ventilateurs d'air chaud. Tout d'abord parce que les souches n'ont pas été testées et qu'il est donc impossible de dire si ces bactéries sont néfastes ou non pour l'être humain.

Mais le New York Times précise aussi que le débat fait aussi rage au sein même de la communauté scientifique. Si une étude de 2010 assurait que les sèche-mains répandaient moins de bactéries que les serviettes en papier, une autre expérience affirmait le contraire en 2014. La première était financée par Dyson, la seconde par un groupe vendant du papier.

Pour le journal, les études indépendantes sur le sujet sont très rares. Il cite notamment une enquête de 2000 qui a conclu que la différence en terme de bactéries entre sèche-mains électriques et serviettes en papier était... nulle.

À voir aussi: