POLITIQUE
11/02/2018 14:50 EST | Actualisé 11/02/2018 14:50 EST

Québec investit près de 8,6 millions $ en santé d'ici le 31 mars

Toutes ces sommes serviront entre autres à augmenter les plages horaires ainsi qu'à réduire les listes d'attente.

PC/ Jacques Boissinot

Le gouvernement du Québec investit près de 8,6 millions $ dans l'«ajout» de services en santé, une somme non récurrente devant être mise à profit d'ici le 31 mars pour «répondre aux besoins croissants de la population et réduire les délais d'attente».

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a fait l'annonce de ce financement ponctuel, dimanche, à Montréal, visant à faciliter l'accès à la chirurgie, aux examens diagnostiques et à certains services de cardiologie.

Les volets de la chirurgie s'élèvent à 2,5 millions $, et permettront, selon le gouvernement, d'effectuer 1000 chirurgies supplémentaires.

Un autre montant de 2 millions $ doit servir au financement des services diagnostiques, notamment en imagerie par résonnance magnétique (IRM), en endoscopie, en radiologie générale et en tomodensitométrie (TDM).

Du côté de la cardiologie, près de 4,1 millions $ doivent être consacrés à l'augmentation des volumes en électrophysiologie, en échographie cardiaque et en chirurgie cardiaque.

Toutes ces sommes serviront entre autres à augmenter les plages horaires ainsi qu'à réduire les listes d'attente, «dans les établissements où le personnel et les installations le permettent», a-t-on indiqué.

«Nous payons en fonction des services qui sont rendus, (...) il doit y avoir reddition de comptes. Aux différentes administrations sur le réseau, voici une opportunité, saisissez-là», a dit le ministre en conférence de presse.

«Nous établissons chaque année un budget qui prévoit au moins la reconduction des services que nous offrions l'année précédente, c'est ça l'enjeu. Et si en cours d'année se dégagent de nouvelles sommes, la façon responsable de répondre à cette situation-là est de prendre ces nouvelles sommes pour les octroyer à une addition de services, oui momentanée», a aussi fait valoir M. Barrette relativement à ce financement non récurrent.