NOUVELLES
10/02/2018 08:34 EST | Actualisé 10/02/2018 08:34 EST

Les deux Canadiennes, libérées au Cambodge, sont arrivées au pays

Elles ne seront pas accusées de productions d'images pornographiques.

THE CANADIAN PRESS
Jessica Drolet, 26 ans, et Eden Kazoleas, 19 ans, sont revenues au Canada vendredi après avoir été relâchées par les autorités cambodgiennes.

Les deux Canadiennes qui étaient accusées au Cambodge d'avoir produit des images pornographiques lors d'une fête dans la ville de Siem Reap, près des fameux temples cambodgiens d'Angkor, sont rentrées au pays vendredi soir.

Eden Kazoleas et Jessica Drolet ont brièvement répondu aux questions des journalistes à leur arrivée à l'aéroport international Pearson, à Toronto.

Les deux femmes font partie des sept étrangers qui ont été relâchés après avoir été arrêtés le mois dernier pour avoir supposément diffusé sur les réseaux sociaux des images les montrant en train de danser dans des positions explicites.

L'avocat torontois Michael Tibollo, qui a été impliqué dans ce dossier, a dit que les deux jeunes femmes ont été libérées de prison plus tôt cette semaine et que les procureurs ont abandonné toutes les accusations contre elles.

Mme Kazoleas, 19 ans, est originaire de l'Alberta et Mme Drolet, 25 ans, de l'Ontario. Elles ont été incarcérées pendant plus d'une semaine dans une cellule avec 45 autres femmes, selon Me Tibollo.

En point de presse à l'aéroport, Eden Kazoleas a remercié les autorités cambodgiennes pour leur "compréhension" tout au long de cette épreuve.

Elle a ajouté qu'elle n'était pas au courant que de participer à une "fête autour d'une piscine extérieure" pouvait être offensant pour la culture cambodgienne, mais elle a insisté pour dire qu'elle n'a aucunement participé à une "danse pornographique".

Les deux jeunes femmes sont rentrées au pays avec la fille de Me Tibollo, Frances, qui a négocié leur libération.

Un porte-parole du tribunal de la province de Siem Reap, dans le nord-ouest du Cambodge, a dit que l'enquête est complète et que les sept personnes accusées ont été libérées mercredi.

Parmi les dix étrangers arrêtés figuraient cinq ressortissants du Royaume-Uni, deux du Canada, un de la Norvège, un des Pays-Bas et un de la Nouvelle-Zélande.