NOUVELLES
09/02/2018 14:47 EST | Actualisé 09/02/2018 14:47 EST

Le stade olympique sud-coréen sera détruit après seulement 4 événements

Les Jeux de Pyeongchang devaient être un exemple de modestie.

Pyeongchang, en Corée du Sud, a construit un tout nouveau stade valant 109 millions de dollars pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2018. Après seulement quatre cérémonies - incluant les festivités d'ouverture de vendredi - Pyeongchang a l'intention de détruire le site.

Ironiquement, l'idée de démolir le stade est de l'empêcher de devenir un éléphant blanc rapidement et de devenir un rappel constant de l'excès olympique.

Les Jeux de Pyeongchang devaient être un exemple de modestie, un rappel que les Jeux olympiques n'avaient pas à imposer à leur hôte le coût record de 50 milliards de dollars qui accompagnait les Jeux d'hiver de 2014 à Sotchi, en Russie - du monde contre l'idée d'accueillir les jeux.

La construction d'un stade uniquement pour accueillir quatre cérémonies - dont aucune n'implique de véritables sports - ressemble davantage à un exemple de la façon dont Pyeongchang est tombée dans le piège olympique.

Les Jeux olympiques d'hiver de cette année coûteront environ 13 milliards de dollars - loin des coûts de Sotchi, mais environ deux fois plus que ce que les organisateurs olympiques avaient initialement prévu. Cela entretient une tendance malsaine pour les jeux.

Entre 1960 et 2012, tous les Jeux olympiques, hiver et été, ont dépassé leurs projections budgétaires initiales, selon des chercheurs de l'Université d'Oxford. Les chercheurs ont découvert que le dépassement médian des Jeux d'hiver était de 109%.

Pyeongchang a déjà averti le gouvernement sud-coréen que le coût final des jeux serait trop élevé.

La justification publique de l'organisation de ces jeux, à Pyeongchang et dans toute la Corée du Sud, est que les premiers Jeux olympiques d'hiver de la Péninsule coréenne amélioreront non seulement les relations entre le Nord et le Sud, mais aussi stimuleront les sports d'hiver.

Les Sud-Coréens ne se soucient guère des sports d'hiver. Dans un sondage de l'année dernière, seulement 35% d'entre eux ont déclaré avoir un intérêt pour les Jeux olympiques. Les ventes de billets domestiques, même pour les événements les plus populaires, ont pris beaucoup de retard par rapport au rythme olympique normal.

Par contre, la ville semble prête et les sites sont complets. Il n'y a pas eu les accrochages qui provoquent généralement l'hystérie à la veille des Jeux olympiques.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.