NOUVELLES
08/02/2018 09:00 EST | Actualisé 09/02/2018 15:51 EST

La startup montréalaise Hardbacon souhaite devenir le «Netflix de l'investissement»

Julien Brault, ancien chroniqueur au journal Les Affaires, est derrière ce nouvel outil.

La startup Montréalaise Hardbacon souhaite devenir le «Netflix de l'investissement au Canada» en lançant ce matin une application iPhone compatible avec une dizaine de courtiers en ligne dont Desjardins Courtage en Ligne et Placements directs TD.

Cette nouvelle application permet aux utilisateurs de surveiller leurs investissements ainsi que d'obtenir une analyse en temps réel de leur portefeuille boursier.

Julien Brault, ancien chroniqueur au journal Les Affaires, est derrière ce nouvel outil et Hardbacon. «Les Milléniaux veulent la liberté d'investir dans ce qui leur chante, explique-t-il. Tout le monde dans l'industrie de la finance propose quelque chose qui s'apparente au câble, tandis que nous, on offre quelque chose de similaire à Netflix : une application mobile à 5$ par mois qui donne accès à tous les outils et les données financières dont un investisseur a besoin pour avoir du succès en Bourse.»

Courtoisie
Julien Brault et Yazzan Khayyat, cofondateurs de Hardbacon.

Pour arriver à ce lancement aujourd'hui, Hardbacon a d'abord amassé près de 70 000$ grâce à une campagne de sociofinancement au printemps 2017 et a reçu un investissement de la part de Queen City Fintech, un accélérateur spécialisé en technologies financières qui l'aidera à faire son entrée sur le marché américain.

L'application a été mise de l'avant par Apple, qui l'a inclut dans sa liste des «Nouvelles apps qu'on aime» du App Store.

Hardbacon pourra aussi compter sur l'appui de François Barrière, ancien premier vice-président et trésorier de la Banque Laurentienne. Il se joint au comité aviseur de l'entreprise. «L'application de Hardbacon comble un besoin criant du marché, lance l'ancien banquier. Elle aider les gens à comprendre leur propres finances et à investir en Bourse, mais contrairement à ce qui est répandu dans l'industrie, Hardbacon ne fait pas d'argent en poussant des produits financiers.»

La startup compte pour l'instant quatre employés.