NOUVELLES
08/02/2018 13:01 EST | Actualisé 08/02/2018 13:01 EST

L'internet joue un rôle crucial dans l'intégration des immigrants, selon une étude

L'internet brise l'isolement, a fait valoir le professeur.

L'internet joue un rôle crucial dans l'intégration des immigrants au pays, autant pour se trouver un emploi que pour comprendre la culture de leur terre d'accueil, révèle une étude.

Cette étude a été entreprise par des chercheurs de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), qui voulaient comprendre si et comment l'internet favorisait l'intégration. Rien ou quasiment rien n'existait sur le sujet, a expliqué l'un des auteurs, le professeur Christian Agbobli, du département des communications sociales et publiques.

La conclusion? L'internet joue un rôle majeur pour eux.

Ils s'en servent plus depuis leur arrivée au Canada que dans leur pays d'origine, a même relaté M. Agbobli.

Et cela parce que leurs réseaux existants dans leur pays précédent les aidaient à se trouver un emploi, par exemple, alors qu'ici, dépourvus de contacts, ils se fient beaucoup à l'internet pour la recherche de logement et d'emploi.

Mais aussi pour obtenir une foule de services, comme ouvrir un compte bancaire, trouver des ressources dans leur quartier, et aussi pour comprendre les coutumes locales, comme savoir comment les gens se saluent.

L'un des sites internet les plus sollicités par ces nouveaux arrivants est «Google map», a souligné M. Agbobli.

Beaucoup de femmes immigrantes ont indiqué que cela les aidait à se déplacer d'elles-mêmes, trouver les autobus, et ainsi être plus autonomes sans craindre de se perdre dans la ville.

L'internet brise l'isolement, a fait valoir le professeur.

Évidemment, les immigrants se servent aussi de l'internet pour rester en contact avec leur famille et leurs amis dans leur pays d'origine.

La collecte de données de l'étude a été faite en 2016 auprès d'immigrants résidant au Canada depuis moins de 10 ans, et d'autres dans un sous-groupe des nouveaux arrivants depuis moins de 3 ans. L'équipe a choisi de mener cette recherche dans les quatre provinces qui accueillent le plus d'immigrants, soit l'Ontario, le Québec, l'Alberta et la Colombie-Britannique. Elle a été menée à l'aide d'entretiens en personne et de questionnaires.