NOUVELLES
07/02/2018 11:41 EST | Actualisé 07/02/2018 11:41 EST

Kim Boutin et Samuel Girard sont prêts à prendre la relève de St Gelais et Hamelin

Huit ans plus tard, St-Gelais et Hamelin en seront à leurs derniers Jeux olympiques, à Pyeongchang

La Presse canadienne//Ryan Remiorz
De gauche à droite en haut : Kasandra Bradette, Marianne St-Gelais, Kim Boutin, Valerie Maltais, Jamie Macdonald. En bas : Charles Hamelin, Samuel Girard, Pascal Dion, Francois Hamelin, Charle Cournoyer.

GANGNEUNG, Corée - La vie de Charles Hamelin et Marianne St-Gelais a changé pendant les Olympiques de Vancouver en 2010, quand ils sont devenus les sensations des jeux après un baiser par-dessus la bande.

Hamelin venait de gagner le 500 mètres et leur geste spontané a eu impact énorme sur leur vie.

"Du jour au lendemain, tout a changé, a raconté St-Gelais, maintenant âgée de 27 ans. J'étais partie à ces jeux-là comme une 'nobody'. Il n'y avait rien sur mon curriculum vitae. Je suis revenue à Montréal avec deux médailles et c'était la folie.

"Les Jeux de Vancouver ont été une superbe fenêtre pour nous. On s'est fait connaître individuellement, mais aussi comme couple. Ça nous a donné une certaine notoriété et nous sommes devenus le visage du courte piste."

Huit ans plus tard, St-Gelais et Hamelin en seront à leurs derniers Jeux olympiques, à Pyeongchang. La relève est toutefois déjà en place grâce à Kim Boutin et Samuel Girard, les étoiles de la nouvelle génération de patineurs.

"Je leur souhaite vraiment, a affirmé St-Gelais, qui est originaire de Saint-Félicien. Il est temps que le visage du courte piste change. J'adore avoir eu ce rôle, mais c'est bien si le visage change. Samuel et Kim sont prêts, ils ont de belles valeurs. Ils ont beaucoup appris des vétérans, mais ils ont déjà toutes les réponses. Ils sont prêts à prendre les commandes de l'équipe et c'est super rassurant pour quelqu'un comme moi qui s'en va, de savoir que notre sport est entre de bonnes mains. Ce sera leur moment, je leur souhaite. Et j'espère pouvoir partager le podium avec Kim. Ce serait encore plus spécial."

Cet automne, Boutin a mené la charge avec trois médailles d'or, autant d'argent et une de bronze lors des Coupes du monde. gée de 23 ans et originaire de Sherbrooke, elle préfère ne pas regarder trop loin devant elle.

"Je n'ai pas tendance à me projeter dans l'avenir comme ça, a-t-elle mentionné. Si ça arrive, je poserai des questions. J'aime mieux voir où le chemin va me mener parce que ce sont des choses qu'on ne sait pas et je ne veux pas me mettre ça dans la tête dès le début."

Pour sa part, Girard, qui a gagné une médaille de chaque couleur sur le circuit de la Coupe du monde cette saison, semble plus à l'aise à l'idée d'hériter des reponsabilités que Hamelin laissera vacantes.

"Ça fait partie du rôle d'un athlète, a dit le natif de Ferland-et-Boilleau âgé de 21 ans. Je ne veux pas garder ça juste pour moi, je veux le partager avec les gens. Je suis prêt à assumer, pas la pression, mais le prestige qui vient avec des médailles. Ça voudrait aussi dire que j'ai des bons jeux.

"Si ça vient, tant mieux, mais si ça ne vient pas, ça ne m'affectera pas non plus, parce que ce n'est pas le but premier."

L'uniforme des athlètes canadiens pour les Jeux d'hiver 2018

Autant Hamelin que St-Gelais ont assumé des rôles de mentor pour les deux nouvelles sensations. Boutin et Girard en sont à leurs premiers jeux à Pyeongchang et ils font revivre de belles sensations aux deux vétérans.

"Moi, je sais à quoi m'attendre, mais tu le vois dans ces yeux grands ouverts, a dit Hamelin au sujet de Girard. C'est agréable à voir. Je revis mes premiers jeux à travers lui.

"Ici, les yeux seront rivés sur Samuel et moi, Marianne et Kim. On ne pourrait pas demander mieux comme visibilité pour notre sport."

Hamelin, Girard et Pascal Dion, de Montréal, prendront notamment d'assaut le Palais des glaces de Gangneung samedi soir lors de la présentation du 1500 mètres. Hamelin aura l'occasion d'ajouter une cinquième médaille olympique à sa collection, ce qui lui permettrait de rejoindre Marc Gagnon et François-Louis Tremblay en tant qu'athlètes les plus décorés de l'histoire du Canada aux Olympiques en patinage de vitesse courte piste.