DIVERTISSEMENT
05/02/2018 18:55 EST | Actualisé 06/02/2018 07:04 EST

Nouvel album de Galaxie : «On est tous des Super Lynx Deluxe» - Olivier Langevin

Le nouvel album est de qualité équivalente au précédent.

Marc-Étienne Mongrain

Le groupe électro-rock québécois Galaxie, mené par le guitariste et auteur-compositeur-interprète Olivier Langevin, offert le 2 février un cinquième album intitulé Super Lynx Deluxe. Depuis près de 15 ans, le groupe propose un fuzz groovy décapant qui plait à de nombreux Québécois. Rencontre.

Le nouvel album est de qualité équivalente au précédent, qui est titré Zulu (paru en 2015). Il est toutefois plus mordant. Le disque est aussi moins imprégné d'influences africaines. Pour le reste, Super Lynx Deluxe est toujours aussi libérée et énergique que les précédents opus produits par le collectif : des guitares rugissantes, des synthétiseurs hardis puis une batterie rock et lucide.

Du rock sauvage, disons, mais qui s'apprivoise assez aisément...

Histoire de félin

D'entrée de jeu, la question à propos du lynx a été posée. Quelle est la signification du félin dans le parcours de Galaxie ? Soulignons qu'un des populaires morceaux de l'album Zulu se nommait Robot Lynx.

«Le lynx est partout», de lancer d'abord Olivier Langevin en riant.

«Il y a plusieurs années, un de mes chums a commencé à nous appeler les lynx et tout ça a dégénéré. Nous avons tous un gène de lynx en de-dedans. Quand les membres du groupe se retrouvent sur scène, on devient tous des super-lynx-deluxe. Les filles autant que les gars.»

D'ailleurs, le titre de l'album fut influencé par une autre histoire invraisemblable associée au lynx.

«On était en tournée, de raconter le chanteur. Fred [Fortin] a décidé d'acheter une basse. Finalement, le gars qui l'avait mis en vente sur Kijiji a dit qu'il avait aussi une guitare. Dans ce temps-là, on s'appelait lynx sans arrêt entre nous.

«J'ai demandé au [vendeur] d'apporter la guitare au rendez-vous qui était fixé dans une halte routière, située entre Québec et Montréal. Je voulais la voir. Quand j'ai ouvert l'étui, j'ai réalisé que la guitare portait la marque Vox Super Lynx Deluxe... C'était un signe de la vie !»

«Ça déménage plus»

Selon Olivier Langevin, Super Lynx Deluxe est dans la continuité de Zulu, mais il est plus abrasif. «Ça déménage plus que Zulu. Il est plus électro aussi. J'adore le synthétiseur. On a encore plus de guitare et de synthétiseur. Tout comme pour Zulu, j'ai fait beaucoup de place à Frank (François Lafontaine) dans la musique. Ça fait déjà trois ou quatre albums qu'on utilise passablement le synthé, mais là, c'est plus que jamais.»

La bande de [très bons] musiciens de Galaxie ont concocté un rock féroce qui fera déhancher les amateurs de Galaxie. Leur signature, toujours agrémentée de distorsion et de passages rugueux, est assez singulière dans l'univers musical québécois.

«On était pratiquement la même gang pour faire l'album. Le noyau était encore formé de Pierre Fortin, Frank et moi-même. Karine Pion a livré les voix féminines (chœurs). J'ai de nouveau assuré la coréalisation avec Pierre Fortin et Pierre Girard.»

Réfléchis en bonne partie durant des marches dans les rues de Montréal, les sujets de Super Lynx Deluxe ont été écrits en grande majorité à la maison de Langevin.

«Je parle beaucoup de la route et des soirées qui se terminent très tard (pensons à la chanson Jujube). Il y a aussi le thème de la drogue. On vit plus que jamais dans un monde de drogués. Sur la pièce Une dose de trop, j'aborde le sujet des dépendances. Tout le monde à sa béquille, que ce soit pour avoir du plaisir ou pour fuir ses problèmes.»

Ailleurs dans la galaxie ?

Certes, il participe aux tournées de son vieux chum du Lac-Saint-Jean, Fred Fortin, qui est un collaborateur de longue date. Il est également membre du groupe de rock garage Gros Mené (encore avec Fortin). Oui, il travaille sur le projet Galaxie depuis plus de 15 ans...

Cela dit, Olivier Langevin touche à beaucoup d'autres choses. Au cours des dernières années, par exemple, il a réalisé plusieurs disques d'artistes. Nommons Mara Tremblay, Vincent Vallières, Les Dales Hawerchuk et, bien entendu, Fred Fortin.

«Récemment, j'ai surtout fait des guitares pour quelques artistes. Je dois dire que j'ai été beaucoup occupé par la tournée de spectacles pour le projet solo de Fred, qui a été assez intense. J'ai composé pour la publicité. J'ai participé à des projets télé, fait de la musique d'application et vendu une pièce pour un film. J'ai aussi été impliqué dans un projet de réalité virtuelle, qui va sortir dans environ deux ans.»

Sur les planches

Le premier spectacle de la tournée Super Lynx Deluxe sera livré le 30 mars. Ensuite, quelques autres concerts sont au programme pour l'été, dont celui du MTelus [dans le cadre des Francos de Montréal]. Cependant, gros du boulot va commencer à l'automne. Au dire de Langevin, Galaxie va visiter beaucoup d'endroits au Québec.