POLITIQUE
03/02/2018 12:18 EST | Actualisé 03/02/2018 14:11 EST

Sommet du transport aérien: Lisée accuse Couillard d'avoir cédé devant Air Canada

Selon certains participants au sommet, les billets d'avion coûtent 55 pour cent plus cher au Québec qu'en Ontario.

shutterstock

Au lendemain d'un Sommet sur le transport régional, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a accusé le gouvernement du Québec d'avoir "cédé devant le lobby d'Air Canada" en s'engageant à rembourser les voyageurs québécois plutôt que de s'attaquer au transporteur aérien qui contrôle essentiellement le marché.

Lors de la rencontre qui s'est tenue à Lévis, vendredi, le premier ministre Philippe Couillard s'est engagé à élargir un programme d'aide visant à rembourser les voyageurs qui se procurent des billets d'avion pour se déplacer dans les régions du Québec.

Selon certains participants au sommet, les billets d'avion coûtent 55 pour cent plus cher au Québec qu'en Ontario.

Or, le chef péquiste estime qu'il s'agit d'une mauvaise solution, car le gouvernement se retrouve à "payer les consommateurs pour qu'ils achètent les billets trop cher à Air Canada".

"On va perdre des deux côtés. On perd parce que les billets sont trop chers, puis on perd parce que les contribuables vont payer une deuxième fois", a-t-il déploré.

"Vraiment, là, celui qui sort gagnant de ça, c'est Air Canada. Eux, ils ne s'en peuvent plus!"

M. Lisée exhorte le gouvernement libéral à imposer dès maintenant un prix plancher pour qu'Air Canada cesse de "casser ses compétiteurs" en imposant des prix plus bas qu'eux.

Le gouvernement libéral s'est engagé vendredi à former un groupe de travail pour notamment étudier la possibilité d'imposer un prix plancher, ce qui pourrait encourager la concurrence entre les transporteurs.

"Plutôt que de le faire, ils envoient ça à un comité permanent, et là on est à six mois de l'élection alors est-il certain que ça arrivera pas?", a laissé tomber M. Lisée.

Vendredi, le gouvernement a dit vouloir favoriser la concurrence entre transporteurs, en finançant éventuellement un fonds de démarrage pour offrir de nouveaux services aériens.

"On aime mieux, en général, comme gouvernement, laisser les forces du marché agir et la compétition s'établir, mais ça ne marche pas. Il y a quelque chose de vicié. Les forces du marché ne fonctionnent pas de façon équitable", selon le premier ministre.

Pour sa part, Québec solidaire dit qu'il serait important que cette aide financière du gouvernement ne bénéficie pas seulement à "l'élite".

"Il faut s'assurer que les baisses de tarifs ne profitent pas seulement aux gens d'affaires ou une petite élite qui peuvent se permettre de faire régulièrement des aller-retour en avion entre Québec et Montréal. Ça pollue et on injecte des fonds publics qui bénéficient seulement à une minorité", a plaidé la co-porte-parole du parti, Manon Massé, dans une déclaration écrite.

"Ce n'est pas normal que ce soit plus cher de se rendre en Gaspésie ou aux Îles-de-la-Madeleine que d'aller à Cuba. Le territoire du Québec est immense et magnifique : il faut permettre à tout le monde de voyager."

La Coalition avenir Québec compte réagir à l'annonce du gouvernement mardi, à l'Assemblée nationale.