NOUVELLES
03/02/2018 19:37 EST | Actualisé 03/02/2018 19:37 EST

Aucun gros ego ne sera toléré au Super Bowl

«Les gars jouent en équipe».

Le parcours impressionnant de Bill Belichick lui rend la tâche un peu plus facile lorsqu'il demande à ses joueurs de laisser leur ego de côté à leur arrivée avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Doug Pederson n'a pas trop eu de difficulté non plus.

Les Eagles de Philadelphie sont composés d'un noyau de joueurs qui priorise la victoire plutôt que les accomplissements personnels. C'est l'une des raisons qui expliquent pourquoi les Eagles croiseront le fer avec les Patriots au Super Bowl dimanche.

«C'est une équipe qui ne se soucie pas de celui qui a le ballon. Le but, c'est de remporter le match, a expliqué Pederson. Je n'ai pas eu à expliquer ce concept-là à mes joueurs bien longtemps.»

L'an dernier, Pederson a mené son équipe vers une saison de 7-9 lors de sa première année à la barre de l'équipe. Il a par la suite guidé les Eagles vers les hauts sommets du classement en quête du premier titre de la concession depuis 1960. Il a trouvé un moyen de fusionner une bande de jeunes joueurs avec un groupe de vétérans accomplis.

Les receveurs Alshon Jeffrey et Torrey Smith, les demi-offensifs LeGarrette Blount et Jay Ajayi, les ailiers défensifs Chris Long et Tim Jernigan, ainsi que les demi-défensifs Ronald Darby, Patrick Robinson et Corey Graham, ont rejoint les rangs de l'organisation cette saison.

«Je me souviens de m'être présenté en avril et d'avoir parlé du dernier rang de l'an dernier, de nos rêves, nos aspirations, s'est rappelé Malcolm Jenkins.

«Les gars jouent en équipe, nous avons ajouté des joueurs à notre formation en cours de route pour nous aider à pousser dans la bonne direction et chaque match que nous gagnions — même dans l'adversité — cette équipe a continué de croire de plus en plus en ses chances. C'est incroyable d'avoir l'opportunité de faire partie de cette aventure.»

Blount a mené la ligue avec 18 touchés par la course et a remporté sa deuxième bague du Super Bowl avec les Patriots la saison dernière. Il n'a pas touché au ballon du match face aux Chiefs de Kansas City, au premier tour des éliminatoires, et ne s'est pas plaint. Même chose pour Jeffery, qui est passé du receveur numéro un à Chicago à un receveur parmi tant d'autres à Philadelphie.

«Nous ne pourrions pas plus nous moquer de qui a le plus de portées ou le plus d'attrapés, a admis Blount. Nous avons tous le même objectif en tête. Nous avons tous cette chose que nous désirons plus que n'importe quoi. Tu ne peux pas être égoïste lorsque tout le monde autour de toi a le même but en tête parce que tu dois faire des sacrifices pour le bien de l'équipe. C'est ce que nous avons fait et ça nous a amené loin.»

Pederson a donné le ton et Carson Wentz l'a transmis à son équipe grâce à son attitude.

«C'est le gars le plus humble que j'ai rencontré, a souligné Pederson. Il donne tout ce qu'il a à l'équipe.»

La transition n'a pas été trop brutale lorsque Nick Foles a repris les rênes de l'équipe suite à la blessure de Wentz. Foles est également un leader respecté dans le vestiaire qui prêche par l'exemple. Ce n'est pas une coïncidence puisque les Eagles cherchent ce genre de joueur.

Les Eagles constituent l'une des équipes les plus tissées serrées de tout le circuit, chose qui demeure très rare à travers la ligue selon Fletcher Cox.

Si les Eagles mettent la main sur quelques championnats, peut-être que le mode de fonctionnement de Pederson deviendra similaire à celui de Belichick et les Patriots. Mais ils devront d'abord remporter le premier de leur lignée, dimanche.