DIVERTISSEMENT
02/02/2018 06:51 EST | Actualisé 02/02/2018 07:05 EST

Une première en or pour 2 frères

La popularité du duo tient probablement en un seul mot : la simplicité.

Paméla Lajeunesse

En novembre, le duo 2 frères lançait son deuxième album, La route. Jeudi, moins de trois mois plus tard, Erik et Sonny Caouette, qui montaient sur la scène du Club Dix30, à Brossard, pour la première de leur spectacle du même titre, recevaient un disque d'or des mains de leur pas peu fier producteur, Mario Pelchat.

Il n'aura donc fallu à ces attachants 2 frères que quelques semaines, entrecoupées de la lucrative période de Noël, pour atteindre le chiffre magique de 40 000 copies écoulées de La route.

Et c'est sans compter le succès de leur premier opus, Nous autres, lancé au printemps 2015 et certifié disque platine quelques mois plus tard – à ce jour, plus de 120 000 exemplaires ont trouvé preneurs, un chiffre qui a de quoi faire écarquiller bien des yeux en ces temps hasardeux pour l'industrie artistique -, les 48 000 billets vendus dans le sillon de leur première tournée, dérivée de Nous autres, qui les amenés aux FrancoFolies de Montréal deux années de suite, et le record consacré par les frangins Caouette de 22 semaines consécutives au sommet du palmarès des chansons francophones les plus jouées sur les ondes radiophoniques québécoises, grâce à la pièce Comme avant, premier extrait de La route.

Paméla Lajeunesse

Dans un marché de la musique qui crie présentement famine, 2 frères est un petit phénomène.

On se gratte encore la tête à chercher pourquoi et comment le Félix du Groupe ou duo de l'année a pu leur échapper – aux mains des Sœurs Boulay – au dernier Gala de l'ADISQ. Un non-sens.

«Les gars, vous êtes les plus aimés, les plus tournés, les plus, plus, plus, plus, au monde!», les a encensés Mario Pelchat juste avant l'entracte, en leur remettant les précieuses plaques de leur disque d'or devant une salle comble, jeudi.

Le sourire fendu jusqu'aux oreilles, les deux artistes ont procédé aux remerciements d'usage, ont chaleureusement salué le public en lui accordant le crédit de cet énième accomplissement... et ont ensuite prié les spectateurs d'entonner une sentie Bonne fête à leur mentor Mario Pelchat, qui célébrait ses 54 ans en ce soir important. Gageons que l'homme n'aurait pas pu recevoir plus beau cadeau que cette preuve supplémentaire de la réussite de ses protégés.

2 frères au Club Dix30

En toute simplicité

Pas besoin de chercher de midi à quatorze heures pour expliquer la popularité de 2 frères, qui tient probablement en un seul mot : la simplicité.

Simplicité dans les accords. Simplicité dans les paroles. Simplicité dans les thèmes abordés. Simplicité dans la personnalité de ces deux gaillards originaires de Chapais, dans le Nord-du-Québec, qui sont tellement terre-à-terre et accessibles. On s'identifie à ce tandem sympathique et pas prétentieux pour cinq sous, on retient leurs ritournelles ensoleillées et positives, on les fredonne avec eux parce qu'elles nous ramènent à nos propres souvenirs. On voudrait les avoir comme amis. Et c'est réciproque : Erik et Sonny signent des autographes après chacune de leurs prestations, jusqu'au tout dernier fan.

Qu'importe que leur deuxième disque soit une quasi copie conforme du premier dans le style, les arrangements, les sonorités, les propos : ils ont imposé leur facture, et on n'attend rien d'autre d'eux. Qu'on pense ce qu'on veut de la facilité de leur démarche – la bonne vieilletune de feu de camp – il faut reconnaître que celle-ci répond à un besoin de rassemblement et d'espoir.

Jeudi, le charme a encore opéré auprès d'un parterre hétéroclite, composé autant de personnes âgées que de groupes de jeunes femmes venues festoyer, un verre à la main. La connexion a été immédiate : dès le deuxième morceau, l'irrésistible 33 tours, ça tapait allègrement des mains dans le petit cabaret de la Rive-Sud. Les chanteurs ont laissé la foule terminer le dernier ver, et c'est en chœur qu'on a prononcé le «Du premier disque de Johnny Cash...» tellement entendu à la radio. L'ovation a été spontanée.

Des réactions similaires ont accompagné les Qu'est-ce que tu dirais, Roadtrip, Comme avant, Maudite promesse (qui a créé une véritable communion dans la salle), M'aimerais-tu pareil etNous autres (pour laquelle tout le monde a dû se lever pour se déhancher et conclure le partyen beauté), titres-signatures du tandem. La réception n'a pas été moins bonne au son des nouvelles Une seule fois, Ti-gars, On est ben, Au sommet et Mom, que les frères dédient à leur maman.

Accompagnés de leurs trois musiciens – et partenaires de mauvais coups, à en juger par la complicité qui semble animer la petite troupe -, nos 2 frères ont amalgamé le matériel de leurs deux disques, mais ils ont aussi offert un amusant numéro de danse sur Get Down, des Backstreet Boys. Ils ont revisité Donne-moi ma chance et Fais attention des BB – un genre qui leur va bien – pendant que les instrumentistes, derrière, arboraient des perruques semblables aux crinières du mythique trio. Ils ont même traversé les tables du Club Dix30, au retour de l'entracte, leurs seules guitares au cou, en poussant Je l'aime à mourir, L'encre de tes yeux etElle écoute pousser les fleurs, de Francis Cabrel. Les demoiselles présentes n'en demandaient pas tant et ont fortement exprimé leur joie.

Pendant tout le concert, ils ont interagi avec les gens, cherchant les «vieux» et «jeunes» couples dans l'assistance, dénichant une ou deux têtes de Turc à taquiner de façon récurrente, se tirant la pipe entre eux et se permettant même quelques blagues baveuses ou grivoises («Vos photos de voyages, on s'en câl*sse!»). Ils se sont fait prendre à leur propre jeu quand ils ont invité une «matante chaudasse» à aller interpréter Provocante, de Marjo, avec eux : la Marilyne qui a répondu à l'appel, jeudi, avait du cran et du chien.

Fait à signaler, il s'agissait de la «vraie» première du spectacle La route, cette nouvelle tournée ayant réellement débuté à Brossard jeudi. Pour l'occasion, les deux Caouette se sont permis quelques folies, dont un long numéro de percussions sur La route, agrémenté d'effets visuels évoquant une sorte de brume. Résultat : ça sentait la poudre pour bébé jusqu'au balcon à la tombée du rideau. Quand on parlait de simplicité...

Pour connaître l'itinéraire de tournée de 2 frères, on consulte leur site officiel.