POLITIQUE
02/02/2018 18:20 EST | Actualisé 03/02/2018 11:32 EST

Un proche de Justin Trudeau, sous enquête pour des comportements inappropriés, a démissionné

Claude-Éric Gagné était suspendu depuis novembre dernier.

Facebook

Le HuffPost Québec a appris que le directeur adjoint des opérations du premier ministre Trudeau, Claude-Éric Gagné, a démissionné après avoir fait l'objet d'une enquête pour des allégations de comportements inappropriés.

M. Gagné, qui était en poste depuis la victoire des libéraux en 2015, était en congé forcé depuis le 1er novembre 2017 après que le bureau du premier ministre ait été mis au courant de ces allégations.

Eleanore Catenaro, une porte-parole du premier ministre, a confirmé vendredi en soirée que l'enquête externe est terminée et que M. Gagné ne travaillait plus pour le premier ministre.

« On ne peut pas faire plus de commentaires pour des questions de vie privée », a-t-elle insisté.

Mme Catenaro ne s'est pas avancée sur le contenu du rapport et n'a pas été en mesure de confirmer si le rapport sera rendu public.

Plusieurs femmes – possiblement une douzaine – ont témoigné de son comportement inapproprié.

Lorsque contacté par le HuffPost par la messagerie de Facebook, M. Gagné a dit qu'il avait remis sa démission lundi, le 29 janvier, après avoir « collaboré pleinement et entièrement » à l'enquête pour les plaintes dont il « réfute fermement les allégations ».

« Bien que je comprenne parfaitement la raison d'être de cette démarche, elle s'est avérée néanmoins très éprouvante sur le plan personnel [...]. Je constate que le processus s'est étiré et, par le fait même, que l'atteinte de sa conclusion était une source de stress de plus en plus ardue à gérer. »

M. Gagné dit qu'il l'a fait pour préserver son moral et sa santé « et éviter de devenir une source de distraction pour une équipe à laquelle je suis très attaché et que je respecte ».

Il ne pouvait pas se «retenir»

Une conseillère en communications et ex-employée politique, Myriam Denis, a témoigné au HuffPost qu'après avoir passé une entrevue pour un emploi avec M. Gagné et d'autres libéraux de haut niveau, il l'a contactée par Facebook.

« Il m'a dit que j'étais tellement jolie qu'il ne pouvait pas résister et se contrôler », raconte-t-elle dans un billet de blogue à paraître. Dans ses échanges, M. Gagné a confirmé qu'il ne fait « jamais ça », mais que c'était plus fort que lui, il n'a « pas pu [se] retenir ».

Mme Denis n'a pas participé à l'enquête indépendante de la firme Rubin Thomlinson LLP.

M. Gagné a contredit la version de Mme Denis, en disant qu'il avait fait un commentaire innocent à propos de l'une de ses photos sur Facebook. Il dit qu'il ne pouvait pas résister à l'idée d'« aimer » sa photo parce qu'il la trouvait belle.

Il a ajouté qu'il ne se souvenait pas l'avoir passée en entrevue l'année d'avant.

M. Gagné a également travaillé au Parti libéral du Québec (PLQ) pour les ex-ministres Yolande James, maintenant commentatrice politique à RDI, ainsi que Claude Béchard, qui est décédé. Il a aussi été président de la Commission-Jeunesse du PLQ.