BIEN-ÊTRE
30/01/2018 11:17 EST | Actualisé 30/01/2018 11:27 EST

Un meuble pour cultiver vos légumes à la maison? Oui, c'est possible!

Une invention québécoise et écolo!

Site OGarden

Qui n'a pas rêvé de tomates cerises goûteuses tout au long de l'année sans se ruiner?

Pierre Nibart, un entrepreneur de Levis, est l'auteur d'une invention qui fait jaser, il s'agit du meuble pour cultiver des légumes et fines herbes à l'intérieur - tous bio - et ce toute l'année. Non, vous ne rêvez pas! La compagnie se nomme OGarden.

« Le concept même du produit est de cultiver de façon simple et pratique chez soi donc pas salissante puisqu'on parle d'intérieur» - nous explique Pierre Nibart. «Notre culture d'entreprise est réellement une démarche durable, écologique, éthique et sociale. L'idée de départ: on avait à coeur que les gens aient plus d'autonomie et puissent manger des légumes de qualité quand ils le souhaitent sans se ruiner. Quand on sait que 45 % des Montréalais cultivent une plante comestible chez eux - exemple un plan de basilic -,nous on propose de se nourrir de ce qu'on produit! »

Au programme, il est possible de cultiver plus de 36 semences bio différentes allant du basilic aux tomates cerises, en passant par des laitues ou encore des fraises. Voici la liste complète des cultures possibles dans la fameuse machine.

Comment ça marche?

On commence par le début en mettant une semence dans l'espace prévu dans le meuble, puis la laisser pousser en l'arrosant régulièrement.

2 à 3 semaines plus tard, on dispose la plante dans la roue avec le substrat afin qu'elle termine son développement.

Les plantes poussent dans une roue qui tourne lentement. Les racines grandissent dans un mélange nourricier biologique qui subvient automatiquement à leurs besoins.

Une lampe spéciale au centre apporte la lumière nécessaire aux légumes. Celle-ci s'allume et s'éteint automatiquement.

Site OGarden

Fait-on des économies?

«Après l'achat de l'appareil (1695$), lorsque vous additionnez les semences bio (produites par un semencier québécois) ainsi que la terre et engrais bio - qui ne comportent donc pas de pesticides - un légume va vous coûter 30 sous. La machine elle consomme 2 fois moins d'électricité qu'un réfrigérateur. Ici, on évite le transport (avion et autres), les emballages..., on fait donc des économies tout en faisant un grand geste pour la planète.» - Pierre Nibart

Peut-on tout cultiver dans cette machine?

«Non! On ne peut pas cultiver de gros légumes racines ni les grands rampants tels que les melons d'eau, mais on y travaille. À terme on souhaiterait aller vers l'autosuffisance! »

Comment le projet a-t-il vu le jour?

«En novembre 2016, on a lancé un programme de sociofinancement. On a recueilli 110 000 $ en 30 jours. Les 7 mois qui ont suivi ont été consacrés à la chaîne de production, on en est d'ailleurs à la version 17 de la machine. Depuis juillet 2017, elle est offerte à la vente. C'est d'ailleurs un succès international. On en envoie aussi bien en Europe qu'aux État-Unis.»