POLITIQUE
29/01/2018 17:04 EST | Actualisé 30/01/2018 08:46 EST

Un an après la tuerie à la mosquée de Québec, Trudeau dénonce l'islamophobie

Le premier ministre a appelé les Canadiens à «se dresser contre l'islamophobie et toute forme de discrimination».

Le premier ministre canadien a appelé lundi les Canadiens à "se dresser contre l'islamophobie et toute forme de discrimination" en rendant hommage aux six musulmans tués il y a tout juste un an à la mosquée de Québec.

Le chef de gouvernement, qui devait présider lundi soir à Québec les cérémonies de commémoration de cette tuerie, a déploré la "normalisation" des actes de discrimination.

Justin Trudeau a promis de "combattre ce sentiment qui a mené" à la mort de six musulmans sous les balles d'un étudiant aux idées proches de l'extrême droite.

Les actes de discrimination qui "trop souvent, ne sont pas remarqués ou dénoncés", comme les insultes ou graffitis, "sont devenus des lieux communs, normalisés et même tolérés" au Canada, a souligné M. Trudeau.

"Nous n'aurions jamais dû en arriver là pour que nos attitudes changent", a poursuivi le premier ministre, en exhortant les Canadiens à empêcher "le racisme (de) prendre racine dans notre société".

Débats sur l'islamophobie

Tous les partis politiques fédéraux ont fait des déclarations à la Chambre des communes pour souligner l'événement, lundi après-midi.

Si le Parti conservateur et le Bloc québécois n'ont pas choisi de parler de l'islamophobie dans leurs discours à la Chambre des communes, le premier ministre Trudeau, ainsi que le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert ont utilisé cette expression.

"Les morts ont été pleurés, leurs vies ont été honorées. Et nous les honorons, encore aujourd'hui. Mais ce n'est pas suffisant de les honorer. Nous devons nous engager à lutter contre l'islamophobie, pour nous assurer que personne d'autre ne soit mis en danger par la haine", a affirmé le député néo-démocrate Guy Caron.

Le gouvernement libéral réfléchit actuellement à l'idée de désigner le 29 janvier comme journée nationale contre l'islamophobie, à la demande de certains groupes musulmans.

Les députés du Parlement ont d'ailleurs refusé de débattre d'une motion proposée par le conservateur Scott Reid, qui souhaite plutôt créer une journée nationale de solidarité envers les victimes d'intolérance et de violence basées sur la religion.

Le 29 janvier 2017, juste après la prière du dimanche soir, un tireur avait fait irruption dans la mosquée du quartier résidentiel de Sainte-Foy à Québec et ouvert le feu sur les fidèles rassemblés. Outre les six morts, quatre personnes souffrent toujours de handicaps, pour ce qui reste l'une des pires tueries dans un lieu de culte de l'islam en Occident.

Les jours suivants, des milliers de personnes dont le premier ministre s'étaient rassemblées à Québec pour exprimer leur soutien à la communauté musulmane.

L'auteur présumé de la fusillade, Alexandre Bissonnette, a été formellement inculpé en octobre pour le meurtre de six personnes et la tentative de meurtre concernant les 35 autres fidèles qui se trouvaient dans la mosquée, et son procès doit s'ouvrir fin mars.

Avec des informations de La Presse canadienne.