NOUVELLES
28/01/2018 20:51 EST | Actualisé 28/01/2018 20:52 EST

L'Iran accorde une permission à un prisonnier américain en mauvaise santé

C'est le plus âgé des citoyens américains détenus en République islamique d'Iran.

Leonhard Foeger / Reuters

Les autorités iraniennes ont accordé dimanche une permission de quatre jours pour raisons médicales à Baquer Namazi, le plus âgé des citoyens américains détenus en République islamique d'Iran.

Son avocat, Me Jared Genser, a indiqué que Baquer Namazi, américano-iranien de 81 ans, un ancien responsable de l'Unicef, le fonds des Nations unies pour l'enfance, ne pouvait pas quitter l'Iran et qu'il lui est interdit de s'exprimer dans les médias.

Baquer Namazi avait été conduit à l'hôpital le 15 janvier, la quatrième fois en un an, après une "sévère" baisse de pression artérielle, une arythmie cardiaque et un épuisement général, a précisé l'avocat.

Il avait subi en septembre une intervention chirurgicale pour lui placer un pacemaker.

Son fils, l'homme d'affaires Siamak Namazi, est toujours emprisonné.

"Nous saluons la libération de Baquer Amazi au regard de la détérioration de sa santé mais nous notons que cette libération n'est que temporaire", a indiqué la porte-parole du département d'Etat américain, Heather Nauert.

"Nous appelons à la libération immédiate et inconditionnelle de la famille Namazi ainsi que celles des autres Américains injustement emprisonnés par le gouvernement iranien", a-t-elle ajouté.

Les Namazi ont été condamnés en octobre à 10 ans de prison pour "espionnage et collaboration avec le gouvernement américain".

L'aîné des enfants de Baquer Namazi a déclaré qu'un retour en prison de son père "mettrait sa vie en danger".

"J'implore les autorités iraniennes à faire preuve de compassion et à accorder à mon père une libération totale afin qu'il puisse passer le temps qu'il lui reste auprès des siens".

Me Genser a estimé qu'un retour en prison jeudi équivaut à "la peine de mort" pour M. Namazi.

"Pour raisons humanitaires, il doit être libéré. Et il est urgent que Siamak Namazi et les autres Américains injustement emprisonnés voient eux aussi leurs cas résolus", a-t-il ajouté.

Xiyue Wang, un chercheur sino-américain de l'université de Princetown, a également été condamné à 10 ans de prison pour espionnage.

Un ex-agent du FBI et membre de la CIA, Robert Levinson, est porté disparu depuis mars 2007.

Les Etats-Unis et l'Iran n'ont plus de relations diplomatiques depuis avril 1980 dans le sillage de la Révolution islamique, et les tension se sont accrues depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis après un bref réchauffement sous l'ère Obama.

Les deux pays aux côtés d'autres grandes puissances ont signé en juillet 2015 un accord sur le programme nucléaire iranien, aux termes duquel Téhéran s'est engagé à réduire ses capacités nucléaires en échange d'une levée progressive des sanctions internationales qui lui sont imposées.

Washington honore toujours cet accord malgré les menaces de Donald Trump durant la campagne électorale en 2016 de "le déchirer".