NOUVELLES
27/01/2018 17:12 EST | Actualisé 27/01/2018 17:12 EST

Le Parti vert défend Elizabeth May accusée d'intimidation

Selon le directeur des communications du parti elle est traitée différemment parce qu'elle est une femme.

THE CANADIAN PRESS

Le Parti vert dit se tenir "fermement derrière" sa chef Elizabeth May, malgré les récentes allégations voulant qu'elle ait intimidé et invectivé d'anciens employés.

Selon un article du Toronto Star publié samedi, trois anciens employés reprochent à Mme May d'avoir créé un milieu de travail hostile par ses cris et ses insultes.

Dans un communiqué de presse du parti, publié quelques heures après la parution de l'article, les Verts soutiennent que ces allégations ont été lancées par d'anciens employés "mécontents".

Selon le parti, Mme May est traitée différemment parce qu'elle est une femme. "Elle est soumise à des normes différentes que ses homologues masculins", soutient-il.

"Un homme avec ces qualités est admiré pour son leadership. Une femme avec les mêmes qualités est perçue comme autoritaire et intimidante. Ces stéréotypes dépassés liés au genre n'ont plus leur place au Canada du 21e siècle", écrit le Parti.

Mais les employés estiment que le comportement de Mme May était inapproprié et qu'elle doit en être blâmée.

Un de ces employés a raconté au Toronto Star que Mme May lui avait ordonné de repeindre son bureau et qu'elle a piqué une sainte colère lorsqu'elle a constaté que le travail n'avait pas été fait à son retour.

Mme May a dit au quotidien torontois que la pièce, d'un rouge écarlate, était la seule à ne pas avoir été repeinte à son retour d'un voyage entrepris pour des raisons professionnelles.