DIVERTISSEMENT
26/01/2018 06:18 EST | Actualisé 26/01/2018 06:18 EST

Le Bureau de la concurrence poursuit Ticketmaster pour publicité trompeuse

Il fait valoir que les prix annoncés par Ticketmaster sont trompeurs.

Le Bureau de la concurrence poursuit Ticketmaster et sa société mère, Live Nation Entertainment, pour avoir eu recours à une pratique présumée trompeuse, connue sous le nom d'affichage de prix partiels.

Dans une déclaration transmise jeudi, l'organisme fédéral a fait valoir que les prix annoncés par Ticketmaster étaient trompeurs pour les consommateurs puisque ces derniers voient divers frais — des «frais de service», des «frais d'établissement» et des «frais de traitement de la commande» — s'ajouter à leur facture plus tard dans le processus d'achat.

Selon le Bureau, cet affichage de prix partiel force souvent le consommateur à payer plus de 20 pour cent que le prix annoncé. Dans certains cas, cette prime atteint plus de 65 pour cent. L'organisme précise que des déclarations présumées trompeuses ont été faites sur les sites internet ticketmaster.ca, ticketsnow.com et ticketweb.ca, ainsi que sur des applications mobiles.

Le Bureau demande ainsi au Tribunal de la concurrence de faire cesser ces pratiques publicitaires et d'imposer une sanction administrative pécuniaire aux entreprises.

Dans une déclaration, Ticketmaster a indiqué qu'elle «restait engagée à faire parvenir les billets aux partisans et qu'elle avait une longue tradition de transparence qui permettait de prendre des décisions d'achat éclairées».

La société de vente et de distribution de billets a ajouté qu'elle travaillait de près avec les gouvernements provinciaux pour améliorer la protection des consommateurs.

Pour sa part, Live Nation n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Le Bureau de la concurrence avait demandé en juillet aux vendeurs de billets pour des événements sportifs ou des spectacles de revoir leurs pratiques publicitaires afin d'afficher le prix véritable des billets dès le départ.

«Ces actions combinées envoient un message clair aux détaillants en ligne: les consommateurs doivent être certains que le prix affiché correspond à celui qu'ils vont payer», a déclaré dans un communiqué le commissaire à la concurrence, John Pecman.