NOUVELLES
25/01/2018 12:36 EST | Actualisé 25/01/2018 12:37 EST

Peu importe le verdict de la USITC, la guerre entre Bombardier et Boeing continuera

Les deux avionneurs brossent chacun un portrait bien différent du litige commercial.

La guerre que se livrent Bombardier et Boeing risque de se poursuivre indépendamment du jugement très attendu qui doit être rendu vendredi par la Commission internationale du commerce des États-Unis (USITC).

Advenant un revers du géant de Chicago, celui-ci reviendrait à la charge avec une autre plainte lorsqu'une nouvelle commande de C Series serait annoncée au sud de la frontière, fait valoir l'avionneur québécois dans des documents déposés mercredi auprès des autorités américaines.

Advenant que la USITC se range derrière Boeing, des avocats spécialisés en commerce s'attendent à ce que Bombardier et le gouvernement canadien fassent appel de la décision auprès des tribunaux commerciaux.

La USITC doit trancher vendredi après-midi afin de déterminer si les droits compensatoires et antidumping finaux de 292,21 pour cent réclamés par le département du Commerce seront appliqués sur la C Series

Pour que Bombardier puisse avoir gain de cause, trois des quatre commissaires devront se ranger derrière elle. En cas d'égalité, Boeing obtiendrait une victoire.

Lawrence Herman, un avocat de Toronto spécialisé en commerce, anticipe une victoire de l'avionneur américain et s'attend à ce que la décision soit portée en appel par Ottawa auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et en vertu du chapitre 19 de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Dans le cadre de leurs arguments finaux, les deux avionneurs brossent chacun un portrait bien différent du litige commercial qui a débuté en avril dernier.

Bombardier réitère que la C Series ne constitue pas une menace pour la famille d'avions 737 de Boeing et ajoute que le géant américain a délibérément exclu Embraer de sa plainte tout en cachant ses négociations visant à acquérir le constructeur brésilien.

Pour sa part, Boeing ne fait aucune mention d'Embraer dans son document et affirme que la cause actuelle déterminera l'avenir de l'industrie aéronautique américaine.

Les deux avionneurs ont également des opinions opposées à propos du projet de ligne d'assemblage américaine que souhaite réaliser Bombardier en Alabama aux installations d'Airbus dans le cadre de son partenariat avec la société européenne dans la C Series.

Entreprises dans cette dépêche: (TSX:BBD.B, NYSE:BA)