POLITIQUE
25/01/2018 16:15 EST | Actualisé 25/01/2018 16:15 EST

Justin Trudeau salue le courage des femmes qui ont dénoncé Patrick Brown

Patrick Brown a démissionné la nuit dernière après la diffusion d'un reportage du réseau CTV.

THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson

Le premier ministre Justin Trudeau a salué, jeudi, le courage des femmes qui ont dénoncé les inconduites sexuelles du chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

Patrick Brown a démissionné la nuit dernière après la diffusion d'un reportage du réseau CTV qui faisait état d'allégations d'inconduite sexuelle portées par deux femmes. M. Brown avait nié catégoriquement les allégations, en point de presse mercredi soir. Les faits allégués auraient eu lieu alors qu'il était député fédéral.

En voyage officiel à Davos, en Suisse, M. Trudeau a indiqué jeudi que de telles allégations doivent toujours être prises «très au sérieux».

«Mes pensées aujourd'hui sont pour ces jeunes femmes qui se sont mises de l'avant pour raconter leurs histoires, pour partager des expériences très difficiles. Je veux les assurer du soutien (...) de tous les gens qui doivent comprendre que ce monde doit changer et que ça prend des femmes, surtout, et des hommes courageux pour prendre leurs responsabilités et partager leurs histoires», a-t-il commenté.

Patrick Brown a été député conservateur à Ottawa de 2006 à 2015, avant de devenir chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

L'actuel chef conservateur à Ottawa, Andrew Scheer, a estimé que les allégations qui visent M. Brown doivent faire l'objet d'une enquête approfondie.

«L'inconduite sexuelle et le harcèlement sexuel n'ont pas leur place dans la société canadienne, en particulier dans notre système politique», a-t-il soutenu dans un communiqué.

M. Trudeau, qui répète que son gouvernement pratique la politique de tolérance zéro en cette matière, avait d'ailleurs profité de son allocution au Forum économique mondial de Davos, plus tôt cette semaine, pour encourager les chefs d'entreprises et les politiciens à en faire davantage pour lutter contre ce problème.

«#Moi aussi, #Times Up, la Marche des femmes: ces mouvements nous enseignent qu'il faut entamer une discussion sérieuse sur les droits des femmes, l'équité, et les dynamiques de pouvoir entre les genres», disait M. Trudeau mardi.

VOIR AUSSI: