NOUVELLES
25/01/2018 11:38 EST | Actualisé 25/01/2018 11:38 EST

Érosion de la confiance envers les médias sociaux à l'ère de Trump

Au milieu de toute la désinformation, les citoyens cherchent des sources plus crédibles.

Denis Balibouse / Reuters

Dans la foulée de la controverse sur le rôle joué par les «fausses nouvelles» dans l'élection de Donald Trump, plusieurs personnes semblent perdent graduellement confiance envers les médias sociaux.

Une récente enquête du cabinet de relations publiques Edelman révèle que la confiance portée aux plateformes de médias sociaux a diminué dans 21 des 28 pays sondés au cours de la dernière année, y compris au Canada.

La baisse la plus importante a été répertoriée aux États-Unis, où la crédibilité accordée aux médias sociaux a chuté de 11% en un an. Ainsi, 42% des répondants affirment avoir confiance envers les médias sociaux, contre 53% l'an dernier. Les États-Unis sont à égalité avec le Canada, où 43% de la population affirme croire aux informations véhiculées par ces médias. Un pourcentage en baisse d'un pour cent chaque année.

Les États-Unis connaissent actuellement un «effondrement total de la confiance», a noté Edelman, poussé par «un manque incroyable de confiance au gouvernement». Selon le baromètre Edelman's Trust, avec seulement 33% des Américains qui affirment avoir foi en cette institution.

Même si le public mondial s'interroge sur la fiabilité des médias sociaux, la confiance envers le journalisme est en hausse.

Au Canada, 61% de la population croit en la crédibilité du journalisme. Aux États-Unis, 53% des gens ont dit faire confiance au journalisme.

Bien que les gens aient tendance à considérer les «médias» comme un ensemble unifié, un nombre croissant commence à faire la différence entre les réseaux sociaux et le journalisme, a déclaré Steve Rubel, stratège en chef du contenu chez Edelman.

Les gens «commencent à remettre en question leurs sources», a-t-il dit au HuffPost Canada. « Ils remettent en question l'environnement médiatique. »

Les citoyens recherchent davantage ce qu'ils considèrent être des sources d'information plus crédibles. Les résultats de l'enquête démontrent que les experts techniques et les universitaires sont les sources considérées comme étant les plus fiables, a déclaré Rubel.

Le déclin de la confiance envers les médias sociaux a fait des médias l'institution la moins fiable dans le monde pour la première fois dans le sondage annuel d'Edelman. Dans 22 des 28 pays sondés, incluant les États-Unis et le Canada, une minorité de répondants ont dit faire confiance aux médias.

L'enquête semble refléter un malaise croissant face au rôle des médias sociaux dans la société - de nos jours souvent exprimé par les personnes développant directement ces technologies.

Par exemple, le premier président de Facebook, Sean Parker, a averti l'automne dernier que le site avait été construit pour exploiter les faiblesses émotionnelles des gens.

La réflexion s'est poursuivie ce mois-ci à la suite d'une annonce de Facebook selon laquelle il est impossible de garantir les avantages des médias sociaux pour la démocratie.

« Je souhaite pouvoir garantir que les points positifs sont destinés à l'emporter sur les négatifs, mais je ne peux pas », a écrit Samidh Chakrabarti, un chef de produit Facebook.

La société, le plus grand réseau social du monde avec environ 2 milliards d'utilisateurs, affirme qu'elle se concentre sur l'élimination des « fausses nouvelles » qui, selon certains, affectent les résultats des élections aux États-Unis, au Royaume-Uni et ailleurs.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: